Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
4 mars 2007 7 04 /03 /mars /2007 19:48
Par Hong Kong Fou-Fou


En caricaturant à l'extrême, il est globalement possible de classer la production cinématographique actuelle en deux grands genres : d'un côté, les drames psycho-socio-intellos (grande spécialité des Français). Exemple de script : l'action (ou plutôt l'inaction) se passe au Havre, une jeune employée de la Poste tombe follement amoureuse d'un jeune chômeur issu de l'immigration. Le père de la jeune fille, veuf et alcoolique, s'oppose à cette idylle. Le jeune homme, passionné de danse classique, veut devenir danseur étoile. Ses copains de la cité lui tournent le dos, sa propre famille le renie. Tout le film n'est qu'une succession de monologues (la jeune fille lit d'une voix atone son journal intime, le jeune homme parle à son miroir en se rasant le matin), de face-à-faces (le jeune homme avec la jeune fille, la jeune fille avec son père, le jeune homme avec le père de la jeune fille), ponctués de silences pesants - seulement troublés par les ronflements de la poignée de spectateurs présents dans la salle. Un peu de mouvement, quand même : une bande de nazillons agresse le jeune homme, un matin sur la plage, jetant à l'eau son justaucorps et autres affaires de danse. La mer est grise et froide, les mouettes tournoient en piaillant sinistrement. A genoux dans le sable, le jeune homme regarde par-delà l'horizon. Qu'importent ces abrutis ivres de bière, il ira jusqu'au bout de son rêve. Que d'émotions... A la fin, soit le père se révèle atteint d'un mal incurable et il se résout à ne pas s'opposer au bonheur de sa fille, soit la jeune fille meurt du Sida, le père et le jeune homme se jettent dans les bras l'un de l'autre, pleurant de concert sur leur funeste destin. Le spectateur ressort de la salle abattu ou, dans le meilleur des cas, ensommeillé. Pour peu qu'il ait reçu sa feuille d'impôts le même jour, c'est la dépression garantie...

       De l'autre, les gros blockbusters à l'américaine. Exemple de script : une jeune femme peroxydée, serveuse dans un Burger King de Berveley Hills tombe follement amoureuse d'un joueur de foot à la musculature puissante et à l'humour super humoristique. Le père de la jeune fille, gros bonnet de la pègre, s'oppose à cette idylle. Tout le film n'est qu'une succession de poursuites en voitures, de fusillades (le jeune homme abat d'une seule rafale la bande de gros bras que le père de la jeune fille avait envoyés pour l'éliminer, il abat d'une seule rafale une bande de terroristes qui voulaient saboter la finale du Super Bowl, il abat d'une seule rafale la bande d'extraterrestres qui voulaient contrôler notre planète). Dans la salle, les réflexions graveleuses fusent à chaque apparition à l'écran de la jeune fille, dont le chemisier échancré cache difficilement d'ambitieuses prothèses mammaires. A la fin, le jeune homme et le père de la jeune fille vident des canettes de Budweiser ensemble, en se flanquant de grandes tapes dans le dos. Au passage, le jeune homme est décoré pour avoir éradiqué les menaces intégriste et extraterrestre (en fait, les intégristes ce sont des extraterrestres, non ?). Le spectateur ressort de la salle surexcité. Il rentre chez lui en grillant tous les feux rouges au volant de sa 205 Peugeot "Tuning Touch".

       Entre ces deux extrêmes désolants, on trouve heureusement tout un tas de films épatants. "Kill Bill" est l'un d'eux. Sans prétention, sans masturbation intellectuelle, sans concessions commerciales. Tarantino nous offre un spectacle purement récréatif, jubilatoire. Ses détracteurs l'accusent d'avoir pillé le film de sabre asiatique, le western spaghetti, le film de blaxploitation. Et alors ? Lui au moins ne s'en cache pas. Et s'il puise dans des oeuvres des quarante dernières années, c'est avant tout pour leur rendre hommage. Il n'y a qu'à voir le programme du festival qu'il organise (ou organisait ?) chaque année pour se convaincre qu'il est un authentique cinéphile, exhumant de vieilles bobines oubliées pour leur faire l'honneur d'une nouvelle projection sur grand écran (voir à l'adresse suivante : http://www.tarantino.info). On lui reproche également l'excès de violence, omniprésente tout au long du film. Soit, le film est violent. Mais sa violence n'est pas glauque, parce que pas crédible. Le sang qui s'échappe en geysers à chaque coup de sabre est bien rouge, la pression artérielle excellente, on s'étripe allègrement, mais entre gens en bonne santé ! Et surtout, entre gens du même milieu, entre tueurs, yakusas et autres assassins. Aucun risque qu'un passant (un simple pékin, suis-je tenté d'écrire...Hum...) reçoive un coup de katana perdu.

 

     Et cette bande originale ! Une fois de plus, Tarantino montre que sa culture musicale est presque aussi étendue que sa culture cinématographique. Il réunit quelques perles de la soul, du funk, du rock, du hip hop pour faire une B.O. qui décoiffe. Sérieusement, qui à part lui oserait accompagner un duel au sabre par une musique de western ? Qui oserait utiliser la musique du générique du "Frêlon Vert" ("Green Hornet" aux USA), cultissime et kitchissime série TV des Sixties, qui a lancé la carrière de Bruce Lee qui y interprétait le rôle de Kato, personnage masqué dont Tarantino s'est inspiré pour le look des Crazy 88 ? Qui oserait ouvrir son film sur le logo de la "Shaw Brothers", suivi d'un vieux proverbe klingon ? Qui pourrait oser faire ça sans paraître ridicule ou racoleur ? Personne, et c'est peut-être pour cela que Tarantino est jalousé, envié, critiqué, lui qui nous livre un film au rythme endiablé, chapitré comme il se doit chez lui, bourré de références truculentes.

 

         Une autre qualité de Tarantino : la fidélité envers les acteurs. A l'heure où la plupart des films se montent sur la renommée de la star qui jouera dedans, lui impose des acteurs en perte de vitesse ou ayant carrément sombré dans l'oubli. Il a ainsi permis à John Travolta de relancer sa carrière avec "Pulp Fiction" ; il a offert le rôle titre de "Jackie Brown" à Pam Grier, star de la blaxploitation des années 70 avec des oeuvres comme "Scream, Blacula, scream !", "Coffy, la panthère noire de Harlem" ou "Foxy Brown". Dans "Une nuit en enfer" (réalisé par Robert Rodriguez sur un scénario de Tarantino, qui joue également dans le film) apparaissent des figures du cinéma de quartier des années 70 et 80, comme Fred Williamson, acteur noir de légende ("Black Caesar", "Boss Nigger", "Hell up in Harlem", etc...) ou Tom Savini, acteur mais également maquilleur et créateur d'effets spéciaux, pour G. Romero notamment. Dans "Kill Bill", le miraculé est bien sûr David Carradine, disparu des écrans depuis 1990, à une poignée de petits rôles près. Tarantino profite également de l'occasion pour honorer Sonny Chiba, vedette de plusieurs dizaines de productions des studios japonais Toei. Non content d'incarner le maître d'armes Hattori Henzo, c'est également lui qui a réglé une grande partie des combats du film. A noter au passage qu'il était déjà question de Sonny Chiba dans "True Romance", écrit par Tarantino, puisque Clarence et Alabama se rencontrent dans un cinéma où ils vont voir la série des "Street Fighter".

 

        En conclusion, Tarantino est un cinéaste sincère, passionné, dénué de tout snobisme, qui a assimilé une sous-culture dénigrée par les intellos (les films de genre des années 70, les comics, la musique black, etc...) et l'a passée au mixer de son imagination débridée (ce qui peut sembler paradoxal pour un film d'arts martiaux... Re-hum...) pour nous livrer un cinéma dont la seule prétention est de procurer du plaisir au spectateur. Et pour si bien atteindre ce but, je lui tire mon chapeau.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Cinéma et TV
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière