Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 22:11
Par Hong Kong Fou-Fou

Je voudrais vous parler d'un agent secret à la mâchoire carrée, aux cheveux bruns, toujours élégamment vêtu. Il anéantit les rêves de conquête du monde de malfaisants criminels à grands coups de gadgets farfelus. Il conduit à fond de train des petites mécaniques sportives. Il fait preuve d'un fort penchant pour les femmes. Tout cela à un petit air de déjà vu, non ? Vous pensez à qui ? Bond ? James Bond ? Hmm, non, non, ce n’est pas lui…
 

 

Si je précise qu'il est Américain, et non Britannique, que les gadgets qu'il utilise font passer ceux de 007 pour de sympathiques mais désuètes inventions de bricoleur du dimanche, que les voitures de sport qui passent entre ses mains peuvent voler, voire quitter notre atmosphère, que leur pilote porte un bandeau noir sur l’œil et qu’il a toujours un gros cigare vissé au coin de la bouche, que ce soit dans son bain ou au cœur de l’action, ça vous met sur la piste ? Oui, bien sûr, il s’agit de Nick Fury, l'énergique patron du S.H.I.E.L.D. (Supreme Headquarters International Espionage Law-enforcement Division, ouf...).


Nick Fury est né en 1963, du bouillonnant cerveau de Stan Lee, le génie de chez Marvel, à qui l'on doit Spiderman, le Surfer d'Argent, les Quatre Fantastiques ou encore Hulk, la liste est longue. Fury est le protagoniste principal de la série "Sergent Fury and his Howling Commandos", qui raconte les exploits d’une poignée de soldats d'origines variées affrontant les Nazis durant la Seconde guerre mondiale. Après quelques mois de parution, la série disparaît, au grand dam des fans, qui ne cesseront de réclamer son retour. Stan Lee va céder et redonner vie à Fury, mais son terrain d'action ne sera plus les champs de bataille de la seconde guerre mondiale. Nous sommes en 1965, les espions sont à la mode. Fan de James Bond et des Agents Très Spéciaux ("The Man from U.N.C.L.E" outre-Atlantique), Lee souhaite élargir le spectre des super-héros Marvel en y ajoutant un agent secret. Bien sûr, pas question d’un "banal" agent secret affrontant des espions du KGB en chapeau mou à l'haleine chargée de vodka. Non, chez Marvel on fait dans le fantastique et la démesure, le désormais colonel Nick Fury (belle promotion pour l'ancien sergent !) est un membre de la CIA auquel le gouvernement demande de prendre la direction d'une nouvelle agence , le S.H.I.E.L.D., dont le quartier général est un gigantesque aéronef volant à des kilomètres au-dessus de la Terre.


En parlant d'acronismes, Fury n'a rien à envier à ses confrères du cinéma ou de la télévision : Bond combattait le SMERSH, puis le SPECTRE, les très spéciaux agents Napoléon Solo et Illya Kuriakin affrontaient l’organisation TRUSH. Il faut trouver à Fury un adversaire à sa mesure. Ce sera l’HYDRA, organisation criminelle qui, telle la créature mythologique dont elle tire son nom, se renforce chaque fois Cette organisation est d'ailleurs dirigée par le
baron Wolfgang Von Strucker, un aristocrate allemand à monocle que Fury a maintes fois affronté durant la seconde guerre et qui se dissimule maintenant derrière l'inquiétant patronyme de "Supreme Hydra".


Nick Fury est le super-héros ultime, super-héros sans super-pouvoirs, d’ailleurs, puisque ses multiples talents ne sont dus qu’à un entraînement rigoureux et à son expérience de commando pendant la seconde guerre mondiale. Contrairement à la plupart des autres personnages de l’écurie Marvel, la psychologie de Fury est limitée. Il ne souffre pas dans sa tête comme le Surfer d’Argent, il ne se remet pas sans arrêt en question comme Spiderman. On le paye pour mettre une bonne tripotée à de gros méchants sanguinaires qui troublent la paix des honnêtes gens ? Il met une bonne tripotée à de gros méchants sanguinaires, et on sent bien qu’il prend son pied, par-dessus le marché !


D'un point de vue dessin, le créateur de Nick Fury est le fidèle complice de Stan Lee, le talentueux Jack Kirby. Après quelques épisodes, il a trop de travail pour assumer seul les graphismes de la série. Il ne fait plus que les crayonnés, divers dessinateurs assurant l'encrage. L'un d'eux est Jim Steranko, touche-à-tout de génie (il est magicien, musicien) qui va donner toute sa dimension au personnage. Stan Lee finit par lui laisser le contrôle absolu de la série, aussi bien au niveau des dessins que des scénarii. Il travaille dessus de 1966 à l'été 1968. Visuellement, la série nage dans un délire que ne renierait pas un consommateur de LSD. Exit
le baron Von Strucker, le nouveau "Supreme Hydra" est désormais la Griffe Jaune, un Asiatique tout aussi machiavélique.

 

 
Après le départ de Steranko, la série continue, mais la magie n'est plus au rendez-vous...



Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans BD et littérature
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière