Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
4 mars 2007 7 04 /03 /mars /2007 19:26

Par Hong Kong Fou-Fou


Face à vous, la Chose, son visage orange figé dans un rictus menaçant. Sur votre gauche, l'aile avant aux formes sensuelles d'une Alpine A110 bleue. A droite, un gigantesque paquet de céréales vert. Vous êtes dans une exposition de Yébé. Vous en ressortirez le sourire aux lèvres, avec l'envie subite de vous acheter une petite sucrerie dans la première épicerie venue, n'importe quoi, du moment que l'emballage est coloré. Vous la grignoterez chez vous, en feuilletant un vieux Strange de votre enfance.

Il était plus que temps de donner la parole à ce jeune peintre qui prouve de façon explosive que l'art n'est pas monopolisé par de pseudo-intellos torturés.

FM : Peux-tu nous dire en quelques lignes ce qui t’a conduit à la peinture et résumer brièvement ton parcours artistique jusqu’à aujourd’hui ?

Je crois que j ai toujours dessiné plus ou moins, sans jamais vraiment développer ceci. Je faisais des dessins; des tableaux; dans différents styles. Je me suis mis un jour à peindre des figurines de plomb - des petits soldats - et ce qui m'intéressait le plus était de combiner les couleurs, de les associer en camaïeux et contrastes. Un jour, je me suis retrouvé chez moi et j ai décidé de refaire la déco. J'ai tout repeint en blanc... Un peu triste, alors j'ai fait une toile, puis deux... Des amis sont passés voir ce que je faisais ; ça a plu. Certains m'ont passé des commandes, on m'a proposé une exposition.... Tout est parti de là.

Actuellement je fais du Pop art, dans un but prioritairement esthétique. Je ne renie pas le côté conceptuel de la création mais je pense simplement que l'oeil ne doit pas être négligé pour privilégier seulement l'idée. Je travaille beaucoup sur les détails, le gros plan et désormais j'intègre les déformations diverses. Mes sources d'inspirations furent pendant un temps les comics ou les voitures des 60s et des 70s mais désormais je me penche plus sur l'image de communication de produits de masse ou de luxe. Comme j'oppose contrastes et couleurs, j'oppose deux images jugées antinomiques de la consommation actuelle.


FM : Tu as quitté Perpignan pour partir t’installer à Barcelone. Après la fuite des cerveaux, la fuite des pinceaux ?

Oui, je suis parti dans une ville qui est une vraie capitale. Cependant, je dois dire que si c'est une ville au côté culturel ultra développé, elle reste encore très centrée sur l'exception catalane. Il est difficile pour un artiste d'y travailler car les places restent rares et surtout les institutions artistiques - privées ou publiques - restent très axées sur le social ou le conceptuel. J'ai eu la chance d'exposer malgré tout ces dernier mois et le public est toujours plus important dans une ville de cette dimension.


FM : Un endroit où tu rêverais d’exposer tes toiles ? Pourquoi ?
 

Franchement, aucune idée, peut-être à Perpignan même, dans un vrai cadre institutionnel et en compagnie d'autres artistes car la ville où je suis né regorge d'un potentiel qui ne cesse de se développer mais qui reste ignoré de la municipalité. Il semble pourtant que les choses changent peu a peu.


FM : Un tableau célèbre que tu serais fier d’avoir signé ? Pourquoi ?

Là encore, aucune idée... L'oeuvre qui me vient à l'esprit est une sculpture, la fontaine de Duchamp, parce qu'exposer dans un musée un urinoir à l'envers rebaptisé "fontaine", je trouve ça particulièrement drôle...


FM : Tes toiles sont un véritable remède contre la morosité. Pourtant, lorsqu’on te connaît un peu, on sait que tu peux passer par des périodes de spleen. Est-ce
que tu penses que peindre te sert d’exutoire ?

Je ne crois pas. En fait quand je suis dans une de ces phases, je peins très peu. J'en profite pour développer les idées, faire des ébauches... Je ne crois pas que mon travail soit en rapport avec mes états d'âme.


FM : Quelles sont, au sens large, tes influences majeures ?

Ouh la... Très nombreuses, de Clash aux Supernanas... En fait, je crois que mon influence majeure, c'est ma capacité d'absorption. Je suis une éponge pour les choses futiles, alors mon supermarché, un paquet de clopes par terre dans la rue..,.tout est susceptible de m'intéresser du moment que ça me séduit esthétiquement.


FM : Existe-t-il actuellement d’autres artistes dont tu te sentes proche ?
 

Je me sens peut-être plus proche des graphistes informatiques ou des taggueurs que des artistes établis, j'aime beaucoup Shag qui travaille dans une direction Pop Lounge, mais de manière générale je me sens plus en rapport avec quelqu'un qui va clairement établir son discours que des conceptuels qui n'exposent qu'une simple idée et la compliquent visuellement pour faire artiste.


FM : Comment te vient l’idée d’une toile ? Tu sembles fonctionner par « séries » (une série d’œuvres sur les super-héros, une série sur des produits de consommation, etc…). Comment sais-tu qu’il est temps de passer à autre chose ?
 

L'idée d'une toile me vient en travaillant. Je rassemble ce que j'ai ramassé à droite et à gauche et je choisis un thème que je pourrais décliner en série... Le thème doit bien sûr me séduire, mais je privilégie les images les plus impactantes dans le thème et pas forcément mes préférées. Travailler en série en amont me permet de vérifier la validité du thème choisi. Il doit s'inscrire dans les limites que je m impose : pas de nature, pas de personnages réels, peu de couleurs mais vives...


FM : Comment te vois-tu évoluer dans le futur ? Je ne parle pas évidemment d’une quelconque décrépitude intellectuelle ou physique, mais de l’évolution de ton
art…

Je n'en sais rien et si je le savais je crois que ce ne serait pas drôle.


FM : Tu sembles cultiver un certain mystère autour de ta personne, en refusant notamment de te laisser prendre en photo. Pourquoi ? Tu dois de l’argent à
beaucoup de monde ?

Non je ne crois pas... C'est parce que les photos volent ton âme... (rires) - comme disent les vieux qui tchatent pas et les journalistes professionnels -. L'usage d'un pseudonyme et le fait de me "cacher" permettent de mettre en avant le travail. Une fois qu'une toile est faite elle n'existe plus que par elle-même et surtout pas en rapport avec celui qui l'a exécutée...


FM : Levons un peu le voile en disant que quelques éléments importants de ton look sont d’un côté les jeans pattes d’eph’, de l’autre de grosses rouflaquettes et des lunettes miroir. Alors, hippy ou fan d’Elvis ?

Hippy sûrement pas. J'aime bien Elvis mais je préfèrerai toujours un vrai Noir qui chante a une imitation... Plutôt James Brown ou Toots Hibbert...

Bruce Banner Deuxième démarque La vca quee Lotus Elan 2+2
SS 180 Hz omat ketchu

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Art
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière