Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 06:29

hkff logo Par Hong Kong Fou-Fou

 

fleshtones.jpgComment terminer agréablement la dernière journée de sa 44ème année ? Pourquoi pas en allant voir les Fleshtones à Montpellier, accompagné de deux élégants bipèdes ? C'était ça ou la télé, j'ai choisi sans hésitation de me mettre sur la voie du garage. Direction le "Secret Place", donc, une salle de concert installée dans un hangar dans une zone industrielle. Pas très excitant, certes, mais ça a le mérite d'exister.

Le public est clairsemé (numériquement et d'un point de vue capillaire, aussi : la moyenne d'âge est plutôt élevée). Il y a de tout : des gamins curieux qui s'intéressent à la paléontologie, des vieux qui assument, d'autres qui assument moins et se déguisent en "teenage zombies". On pourrait se croire à l'enregistrement d'une spéciale rock de "La chance aux chansons" de Pascal Sevran.

En première partie, nous écoutons poliment les Grigris, un groupe de petits jeunes en chemises à pois et vestes en velours, qui veulent transformer le "Secret Place" en "Marquee", à grand renfort de reprises de R'n'B plutôt bien exécutées. Puis en deuxième première partie (le trou normand ?), les All Stars City Rockers, un nom un peu pompeux pour des petits jeunes un peu moins jeunes qui eux veulent faire revivre l'année 1979. "Jah War" des Ruts, du Clash et des Specials à gogo, même un morceau des Dead 60s. Pas mal, même si porter sa basse en position basse (hmm, mon prof de français en 6ème me recommandait pourtant d'éviter les répétitions) ne suffit pas pour jouer comme Paul Simonon.

Enfin, enfin, ENFIN, c'est le tour de petits jeunes plus très jeunes, les Fleshtones. Mais plus jeunes que certains jeunes qui mériteraient d'être vieux. Ils étaient dans la salle depuis le début de la soirée, Keith Streng assis sagement sur un tabouret au bar, tout calme et souriant timidement. Il n'aurait pas porté des boots pointues à paillettes, on aurait pu croire qu'il attendait qu'on vienne le chercher pour le reconduire à la pension Michel Dénériaz. Peter Zaremba, habillé comme votre voisin de palier, tapait gentiment dans ses mains à la fin des morceaux de ceux qui ouvraient pour lui. Pourtant, dès qu'ils arrivent sur scène, la métamorphose est totale. Les années n'ont pas eu de prise sur eux, ils ont toujours la fièvre, la rage et tout un tas d'autres maladies. Des derviches tourneurs punks. Ils ont joué au CBGB ou au Palace, ils sont ce soir dans une salle minable devant 150 personnes, mais qu'importe, le plaisir et l'envie sont toujours les mêmes.

On a droit à un concert en grandes pompes, et je ne parle pas de chaussures, puisqu'au milieu d'une chanson, des Grigris grisés sont invités à tenir guitare et basse tandis que Keith part en faire, des pompes, dans le public. Un bel athlète de 57 ans. J'ai presque honte, avec mon mal au dos. Sinon, c'est le show classique, rodé par trente-cinq années de tournées. Zaremba maltraite son Farfisa et souffle dans son harmonica comme si sa vie en dépendait, Ken Fox le bassiste (petit nouveau dans la bande, puisqu'il n'a intégré le groupe qu'en... 1992) et Keith Streng jouent avec leur instrument à la verticale, comme des gitans dans une caravane, le concert commence et se termine à l'extérieur, on a droit à des rappels à la pelle, à la pyramide humaine (voir illustration ci-dessus. N'essayez pas de faire la même chose chez vous sans la présence d'un adulte), etc. Seule la posture bras croisés a semble-t-il disparu. 

La dernière fois que j'avais vu les Fleshtones, c'était au Rockstore à Montpellier. En... 1986. J'étais avec mes copains, on avait l'impression que le monde était à nos pieds, une jolie blonde m'attendait à l'extérieur. 26 ans plus tard, je suis avec mes amis, une jolie brune m'attend à la maison. Plus deux enfants. J'ai 45 ans depuis quelques minutes, mais ce n'est pas si grave.


fleshtones the brooklyn sound solution

 

Trois suggestions pour rester on the right side of a good thing :

Ecouter le dernier album des Fleshtones, "Brooklyn Sound Solution". C'est le 22ème, quand même.

Lire la biographie forcément passionnante qui vient d'être consacrée au groupe, aux Editions Camion Blanc. 678 pages, ça doit être plutôt complet.

Regarder le documentaire Pardon us for living but the graveyard is full.

http://www.snagfilms.com/films/title/pardon_us_for_living_but_the_graveyard_is_full

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Musique
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière