Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 07:13

hkff logo Par Hong Kong Fou-Fou

 

ordinateur-1.jpg

 

Ce n'est pas toujours facile d'aller à contre-courant. Tenez, comment vous parler des ordinateurs d'antan, quand l'article correspondant est écrit sur un ordinateur 1000 fois plus petit, 1000 fois plus léger mais 1000 fois plus puissant qu'eux ?

J'aime beaucoup mon Mac, remarquez. Je le surnomme "Pimp". J'aime beaucoup les romans d'Iceberg Slim, aussi.

Mais comme pour tout le reste, mon credo c'est "Avant, c'était mieux" - je fais bien attention à l'ordre des mots, je ne voudrais pas passer pour un fan de Cabrel -. Avant, les ordinateurs n'étaient pas dangereux. Il leur fallait l'après-midi pour additionner deux chiffres, le commun des mortels trouvait ça extraordinaire mais ne voyait vraiment pas à quoi ça pourrait bien servir. Il y en a quand même un, d'ordinateur, qui aurait dû nous mettre la puce (en silicium ?) à l'oreille : Hal, non pas Capone, mais 9000. Celui de "2001, l'odyssée de l'espace". Aujourd'hui, ses rejetons sont devenus surpuissants et omniprésents, ils nous fabriquent des réalités virtuelles dans lesquelles viennent se perdre les esprits les plus faibles. Forcément, qui n'aurait pas envie d'endosser l'armure étincelante de Zarton l'Invincible le soir en rentrant à la maison, après avoir subi toute la journée les brimades du chef de rayon ? Qui n'aurait pas envie, après avoir sans succès essayé pendant 6 mois de jouer "Jeux interdits" à la guitare, de devenir David Guetta en samplant la musique de la dernière pub de yaourt allégé ? Derrière un écran, on peut devenir ce que l'on désire : un séducteur irrésistible, un héros musclé, un génie du mal ou le rédac' chef d'un magazine électronique désuet. Mais j'ai peur qu'à la longue, cette accumulation de bits nous transforme en têtes de noeud.

Moi j'aime bien les ordinateurs qu'on voit dans les films d'espionnage des années 60. Après moult clignotements de diodes et cliquettements d'engrenages, ils livrent le nom du traître à la solde du communisme sur une carte perforée, devant une assistance fébrile généralement composée du savant en blouse blanche qui a conçu le calculateur (et qui n'est pas peu fier, le bougre), de sa jeune et charmante assistante (qui le bade, pleine d'admiration) et de l'agent à la mâchoire carrée (qui ne comprend rien à la technologie et qui attend patiemment de savoir qui il doit aller trucider en jetant des oeillades à ladite assistante).

Dans l'épisode du Prisonnier "Le Général", le N°6 confronte son esprit acéré à celui d'un ordinateur. Comme j'ai revu l'épisode hier, je vous livre un extrait d'un dialogue entre deux sacrés numéros, le N°6 et le N°2. Mais on pourrait aisément remplacer le N°2 par le patron de Google ou d'Apple.

N°2 : Voici l'oeuvre du Professeur ! C'est lui qui l'a mise au monde et il éprouve pour elle un amour passionné... Mais, probablement une haine encore plus grande... (...) Grâce à lui, plus de temps perdu à l'école. Plus de leçons fastidieuses à apprendre par coeur ! A la place, un cours brillamment conçu, transmis par un professeur de premier ordre, appris d'une façon subliminale, vérifié et corrigé par une autorité infaillible... Et qui nous donne quoi ?

N°6 : Un troupeau de bêtes !

N°2 : Oui, c'est exact. Mais des bêtes riches de connaissances.

N°6 : Mais quel genre de connaissances ?

N°2 : Jusqu'à présent l'histoire du passé... Mais nous allons sous peu faire la nôtre...

N°6 : Hitler aurait dû l'utiliser !

Le Prisonnier viendra à bout de l'ordinateur en lui posant une question à laquelle il ne peut répondre, "Quoi ?" La pauvre machine y laissera ses circuits. Parce qu'il ne faut pas l'oublier, un ordinateur restera à jamais un crétin qui sait compter vite et bien. Mais pour l'émotion et la réflexion, il repassera. Même les futurs ordinateurs quantiques, qui d'après les spécialistes atteindront des capacités de calcul phénoménales, et qui se baseront sur l'élément d'information élémentaire encore plus élémentaire que le bit, le qubit. Le qubit ? De rouge ou de rosé ? Ahah, voilà quelque chose que l'ordinateur ne nous enlèvera jamais : l'humour (même douteux). Désolé mais aux ordinateurs quantiques, je préfère les ordinateurs antiques.

Puisque que l'on parle d'antique et de quantique, savez-vous que l'origine du mot "ordinateur" est divine ? C'est un prof de la Sorbonne qui l'a suggéré aux pontes d'IBM France en 1955, et ça signifie en gros "Dieu qui met de l'ordre dans le monde". Terme tristement prémonitoire, puisque de nos jours on ne sait plus rien faire sans ordinateur. Y a qu'à voir la tête des collègues au boulot quand "ça plante" ou que "ça rame". Ils n'ont qu'à faire une partie de morpion sur un bout de papier, en attendant de retrouver leur Démineur.

Alors, avant qu'on se retrouve tous avec un microordinateur implanté dans l'avant-bras, je vous invite à un saut dans le temps de quelques décennies en arrière, à une époque où un ordinateur ne serait rentré dans votre salon que si vous aviez sacrifié le canapé, la table et le buffet. En fait, pour avoir un ordinateur chez soi, il fallait habiter dans l'ordinateur. Voici quelques photos prises dans les 60s et les 70s, témoins de la lente évolution de ces envahissantes mais incontournables machines. Après tout, la ROM ne s'est pas faite en un jour...

 

PS : Afin de rester en cohérence avec le thème de cet article, je vous serais reconnaissant de ne pas le lire sur un écran.


ordinateur-2.jpg

Vous vous rappelez de 3615 Ulla ?

  ordinateur-4.jpg

ordinateur 5

ordinateur-6.jpg

ordinateur-7.jpg

ordinateur-11.jpg

Au bonheur des RAM

  ordinateur-3.jpg

ordinateur-10.jpg

Avant, les informaticiens portaient des lunettes, des fringues ringardes et avaient les cheveux filasses et/ou gras. Tiens, enfin quelque chose qui n'a pas changé...


ordinateur-8.jpg

ordinateur-9.jpgAh mais avant, ils portaient aussi des rouflaquettes...

(Sur la photo du bas, ne vous méprenez pas : il s'agit bien d'un informaticien, et non du gars de la cantine qui range les assiettes sales dans le lave-vaisselle)

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière