Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 06:52

Eleve Moinet 2 Par l'élève Moinet

 

Michel, Dan, Jimmy, Marc, Ric… Les jeunes gars du style rétro

 

Ce mois-ci : Michel Vaillant dans "Le 13 est au départ"


michelvaillant5b270820051.jpg

 

Pour commencer, commençons par le commencement. Pour commencer l’année 2013 et prendre un bon départ, quoi de mieux que Le 13 est au départ. Voila qui commence bien ! Certes, il aurait mieux valu commencer par le premier tome de la série, mais on ne va pas commencer comme ça. D’ailleurs voilà un album qui commence fort : une séquence onirique  dans une tradition très en vogue au Lombard dans les années 60 ("Tintin au Tibet", "Le dernier spartiate"…). Un rêve poignant, très inspiré du drame du Mans 1955 qui nous fait rentrer de plein pied dans l’histoire. Dommage que celui-ci soit encombré de récitatifs superflus pour un rêve, prémonitoire soit-il. Mais force est de constater que c’est sans conteste le meilleur commencement d’un album de Michel Vaillant.

La séance contraste avec le très bel épisode de la famille Vaillant en pyjama. Le charme de l’inquiétude et de la cinquantaine. La dernière case où madame Vaillant, baignée de lumière, veille son fils est particulièrement touchante. L’auteur par pudeur nous la dessine de dos. On aperçoit le nounours de Michel, le décor, "vieille France", bien dans la tradition du style rétro. Le ton est donné. Nous allons vivre de l’intérieur les longs préparatifs d’une course. Et qu’elle course ! Les 24 heures du Mans. Conception, mise au point, essais, vérifications. Journalistes, ingénieurs, officiels, pilotes. Les hommes sont vestonnés, les nuques dégagées, les cravates nouées, les pipes au bec et les décors fouillés. Notez que le reporter espion est le seul à ne pas porter la cravate. Comme quoi, l’habit fait le moine. Ces pages encyclopédiques pourraient paraitre lassantes mais Michel est une cheville ouvrière de l’entreprise Vaillant. Ne s’improvise pas champion qui veut ! Ce n’est pas le style de la maison. La terrible menace américaine qui pèse sur eux, rajoute de l’intensité dramatique, mais Michel, le garçon à d’autres préoccupations. L’auteur s’amuse à distiller subtilement des allusions sur son insouciant champion. Une bonne douche en page 5 pour bien commencer la journée ? Dommage que le stick large Mennen n’existe pas encore, mais peut-importe. En chansons les ablutions "Je t’attendrai à la porte du garage". Normal pour un pilote, mais vous l’avez compris, le garçon n’attend personne.

vaillant-1.jpgC’est "Je tâte André à la porte du garage" qu’il faut lire. Comment le blâmer ? Le milieu à bien changé : Les journalistes ont rapproché leurs lits sous un récitatif à la Jacobs "Grand branle-bas !" (page 22), le laborantin lorgne ostensiblement du coté du buste avantageux de Steve en page 38. Tant de sous-entendus… Et puis c’est un âge où "l’on se cherche" et la filiation maternelle est étouffante : "Pauvre maman… Je la comprends", "Allo… Allo, petite maman… Tout va bien". Heureusement, c’est sans compter sur l’arrivée providentielle de ce garçon manqué de Françoise, impudente petite chipie. "Gosse mal élevée !" s’emporte Michel avant de se radoucir (page 51) : "Etrange petite bonne femme…" Bref, c’est une histoire à un, non, deux, non trois niveaux de lecture que l’on nous propose avant que la Bocar N°13 prenne enfin le départ pour assouvir sa sinistre vengeance.

Dommage que l’auteur ne maitrise pas bien son dessin en page 38. Quel était son prof de pers ? Cette rencontre fortuite avec l’infâme Bob Cramer du Texas driver’s aurait pu être mieux exploitée.

16 heures, la course, enfin. Les champions sont lâchés. Très belle scène de départ à "l’ancienne". La suite est quelque peu prévisible. Une course dans la course. Dommage là encore que le dessinateur ne parvienne pas à restituer l’intensité émotionnelle de la couverture lors du drame, bien qu’il ait pris soin de rajouter les traditionnelles gouttes de sueur de l’émotion. Gouttes de sueur froides. Graton a la bonne idée d’épargner son drogué de méchant, gisant comme un Mego désarticulé sur le bord de la piste.  Il deviendra le méchant (désolé pour la répétition) récurrent de la série.

Réapparition de Françoise pour le happy-end. Elle a fait copain-copain avec la belle-mère. Tactique de drague s’il en est. Comme elle a mûri ! Les dramatiques événements qui viennent de se dérouler lui ont fait prendre conscience que la vie n’est pas un jeu. Mais qu’il est dur d’être une fille de bonne famille dans la France des années 60. Qu’il est dur d’être une Latour ! Le cri du cœur de Françoise, c’est un peut le mien, c’est un peu le vôtre.

Et si les bolides n’étaient qu’un prétexte ? Et si Le 13 est au départ n’était en fin de compte qu’une belle histoire d’amour sur les rapports mère/fils et père/fille au son des pots d’échappement ? Et si c’était le commencement d’une nouvelle histoire ?

 vaillant-2.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Elève Moinet - dans BD et littérature
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière