Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 13:20

oddjob logo 2 Par Oddjob

 

Les valeurs sûres, il n’y a que ça de vrai…et en plus c’est (très) rassurant !

Tenez, en ces temps de crise et de déprime généralisées, rien ne vaut de se réfugier dans les (petits) plaisirs de la vie qui ont maintes fois fait leur preuve.

Ainsi, aux destinations lointaines et exotiques, au jet lag, aux aéroports internationaux vous préférerez aimablement notre bonne vieille Europe et ses contrées si riches et variées, ou en toute simplicité votre maison de campagne…

De même versant culturel. En bandes dessinées, par exemple, vous choisirez, au choix ou tout ensemble, une intégrale de Jerry Spring (le 5ème et dernier tome, toujours aussi somptueux, vient de sortir), un Chlorophylle ou un Chick Bill en collection Jeune Europe ou une édition 30x40 de Soir de Paris (le chef d’œuvre muet d’Avril et Petit-Roulet). Et ce, plutôt qu’une énième autofiction à l’Association ! 

Côté pellicules, s’il faudra attendre encore quelques mois avant le prochain et tant attendu Tarantino, et son Django Unchained (Franco Nero y fait une apparition, mais par contre nulle trace du cercueil et de la Gatling…), le petit écran nous a offert cet été de bien belles réjouissances : The Long Goodbye d’Altman, Deliverance de Boorman, She Wore  A Yellow Ribbon de John Ford (avec John Wayne, LE maître étalon de la valeur sûre !) The Buccaneer d’Anthony Quinn, First Blood de Ted Kotcheff, les plus plaisantes péripéties de Bond… et les cinq épisodes de la fresque inoxydable, Angélique Marquise des Anges !

Oui, vous avez bien lu, ami et fidèle lecteur, l’unique tentative française du film d’aventures à la sauce érotico-historique pour les uns ou le nanar made in sixties incontesté pour les autres, fait partie du patrimoine cinéphile d’au moins un rédacteur de Fury Magazine. (Moi qui porte Don Siegel aux nues et qui préfère visionner avec mes (jeunes) enfants Jaws plutôt que Nemo !)

Car avec ce film et son interprète principale, Michèle Mercier, nous tenons là un bien bel exemple particulier du cinéma français : ils représentent quasiment à eux seuls toutes nos attentes de la série B hexagonale. Rien que ça !

En effet, tout y est dans ce jeu du chat et de la souris entre Angélique et Joffrey de Peyrac alias Le Rescator, qui s’étalera de 64 à 68 sous la direction du bon artisan Bernard Borderie (celui des Lemmy Caution et des Pardailhan).

  angelique-1.jpg

 

Ainsi , une vision un peu réac de l’Histoire, plus proche d’un Bainville que d’un Michelet (ah cette bonne vielle noblesse de province démodée…) ; une cruauté, une perversité et une violence dans  certaines scènes que n’auraient pas reniées des maîtres du genre, tel un Lucio Fulci ou un Mario Bava (revoyez la "sadisation" d’un jeune garçon par le frère du Roi, ou encore la tentative de viol de notre héroïne à fond de cale par des marins rendus déments par la faim et la soif…) ; de l’aventure avec ses duels, ses complots, ses messes noires, ses assauts de flibustiers, ses abordages de Barbaresques, ses chevauchées ; ses seconds rôles toujours parfaits, tels Jacques Tanguy Santi , Giuliano Ringo Gemma…

Mais le sel de cette épopée résidera, il faut bien l’avouer, dans l’érotisme à fleur de peau (c’est le cas de le dire) dans chaque plan.

  angelique-2.jpg

 

Vous aurez remarqué au fil des articles de votre magazine préféré, que les actrices françaises ne sont pas légion dans le panthéon fantasmatique de ses rédacteurs. Pour une Bardot, une Dorléac, une Schneider, une Seyrig, combien de parvenues, sans le moindre commencement d’élégance (nous ne donnerons aucun nom ici par respect pour ces dames… mais depuis plus de trente ans, le César du Meilleur Espoir Féminin ne semble être qu’une vaste fumisterie !)

Michèle Mercier apparait, quant à elle, comme la représentante d’un genre plus généralement répandu dans le cinéma américain ou italien (à l’instar d’une Jill Saint John ou d’une Stefania Sandrelli ) soit une beauté autoritaire et sensuelle à la fois, un tantinet vulgaire certes, mais suffisamment affriolante pour tout imaginaire masculin digne de ce nom.

On a trop dit que Michèle Mercier n’était l’actrice que d’un seul rôle. Mais avant d’incarner une Sancé de Monteloup (tout un programme), elle sera en 1961 dans Fury at Smugglers' Bay (Les Pirates de la Nuit) de John Gilling, une production de la Hammer, aux côtés de Peter Cushing et de Bernard M Lee. Deux ans plus tard, Mario Bava la dirigera dans l’un des sketchs des Trois visages de la Peur (elle ne donnera, hélas, pas la réplique à Boris Karloff, présent dans un autre sketch).

Le début des seventies la verra à l’honneur de deux honorables productions. En 1970, elle aura pour partenaire Tony Curtis et Charles Bronson dans You Can't Win 'Em All (Les Baroudeurs) de Peter Collinson (le réalisateur d’Italian Job), ou les aventures rocambolesques d’un Américain et d’un Anglais en plein conflit greco-turc dans les années 20. 1971, la verra affronter Klaus Kinski (brrr…) dans Nella stretta morsa del ragno (Les Fantômes de Hurlevent) d’Anthony Dawson ou plutôt Antonio Margheriti…

  angelique-3.jpg

 

Et, pour ne rien gâcher, à son sex-appeal s’ajoutera un rejet de tout conformisme. Après, son dédain pour le Roi de France, et le Sultan du Miquenez, à l’écran, elle se refusera au véritable Shah d’Iran. Seuls les boîteux et les balafrés auront droit aux plaisirs de la luxure…

 

angelique-4.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Oddjob - dans Cinéma et TV
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière