Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 06:45

oddjob logo 2 Par Oddjob

 

L’article que vous avez devant vos yeux, amis et fidèles lecteurs, aura connu bien des vicissitudes, les méandres de l’esprit d’un rédacteur de Fury Magazine (le mien en l’occurrence) étant parfois fort bien étranges.

La quête effrénée de nouvelles références à immortaliser, de modèles à déchiffrer, d’icônes à afficher… est pour nous une question de survie (tant intellectuelle que physique).

Ainsi, l’approche de ce qui devait être la fin du Monde, encouragée par des dingos de tout acabit, me semblait toute indiquée pour vous parler de deux "belles" personnalités du cinéma d’horreur américain des années 70 et 80. Deux gueules de "monstres", d’autant plus effrayantes que tout maquillage ou effet spécial était superflu, leurs visages "au naturel" se suffisaient à eux-mêmes pour susciter le malaise, la brutalité, l’effroi…

D’un côté le complice de Wes Craven dans The Hills Have Eyes (La Colline a des yeux) 1 et 2, Michael Berryman. Cet inoubliable interprète de Pluto, le joyeux cannibale, bâtit sa carrière, en plus d’un sens évident de la comédie, sur son physique "hérité" d’un syndrome de Christ Siemens Touraine (pas de système pileux, pas d’ongle, un crane conique) dont il a été victime à sa naissance.

  berryman.jpg

 

De l’autre, Joe Maniac Spinell. Cet habitué des films de Friedkin, sur Sorcerer (Le Convoi de la peur) et Cruising (La Chasse), donnera ses lettres de noblesses de serial killer au personnage créé par William Lustig en 1981. Pour s’en convaincre, revoyez les (beaux) yeux emplis de terreur de Caroline Munro face à ce visage de bête, suintant le glauque et la perversité.

 

spinell.jpg

 

Mais rien n’y fit, le Monde avait encore quelques beaux jours devant lui et mes figures "apocalyptiques" pouvaient être rangées (momentanément) au placard.

Alors, je me pris à imaginer celles qui pourraient le mieux représenter les deux pôles féminins du curseur cinématographique, fantasmé dans ces pages. Comment arrivai-je à ces deux actrices que tout (ou presque) oppose ? J’avoue moi-même mon étonnement ! Car entre la blonde et glaciale (et pourtant si érotique) Tippi Hedren et la brune et franchouillarde Dominique Davray (la plantureuse Madame Mado des Tontons Flingueurs)… il y a un abîme, un dangereux grand écart. Que nous assumons.


tippi.jpg

 

 Et oui, outre le fait qu’elles soient toutes deux nées en janvier, et qu’elles aient été dirigées par Hitchcock (Birds et Marnie pour la première et To Catch a Thief pour la seconde), elles sont les deux mamelles (pardonnez-moi cette expression triviale) de ce cinéma que nous aimons : le cinéma américain de haute tenue et la comédie française (jusqu’à la fin des 70s et pas plus tard) véritablement populaire et jamais beauf.

Malgré tout, je ne tenais pas là un sujet, un vrai, de celui qui vous fait oublier la crise et les hausses de janvier. Il me fallait une figure noble, intègre, pas forcément (pour ne pas dire surtout pas) pleine de bons sentiments et qui surtout ait une distance, un regard décalé. Je plongeai dans mes archives, films, souvenirs…

Les premières minutes de Dark of the sun (Le Dernier train du Katanga) suffirent !

Je tenais enfin mon bonhomme en la personne du sobre et sombre (n’y voyez aucun mauvais jeu de mots) Jim Brown : démarche souple, élégant en chapeau de brousse et mitraillette Sterling au poing, il s’impose d’emblée comme l’égal de Rod Taylor.

 

jim-brown.jpg

 

A mille lieux du trop hollywoodien et propret Sydney Poitier, du "je m’en foutisme" d’un Fred Williamson ou de l’amateurisme d’un O.J. Simpson. Plus proche du (déjà) vétéran Woody Strode (qui eut à son actif Ford, Brooks, Léone, Castellari… excusez du peu !) mais en moins mutique, Jim Brown apparait avant tout pour ce qu’il est… un (bon) acteur au service d’une (bonne) histoire et non le "Black de service" (ce que ne sera jamais, j’en ai bien peur, le navrant Omar Sy).

Tout à la fois courageux, solitaire, indépendant, fuyant honneur frelaté et récompense complaisante, fier de ses origines (sans pour autant les porter en étendard), l’homme et l’acteur ne seront jamais très éloignés.

Ainsi, il ne s’enfermera jamais dans une blaxploitation trop souvent sclérosante et qui deviendra rapidement contre productive.

Ses grands rôles, il les tiendra dans des productions d’envergure partageant la vedette avec les plus grands noms : Lee Marvin, John Cassavettes, Charles Bronson, Patrick McGoohan, Ernst Borgnine. De 1964 à 1970, six années au cours desquelles sa filmographie marquera définitivement le cinéma : The Dirty Dozen, Dark Of The Sun, Ice Station Zebra, 100 Rifles, El Condor…

Mais en footballeur professionnel qu’il était, son touchdown le plus marquant sera celui marqué contre la bonne conscience blanche et l’intégrisme black, en 1969. Raquel Welsh et lui tourneront la première scène d’amour cinématographique entre une blanche et un noir dans les 100 Rifles, film qui vaut autant pour son scénario jouissif que ce moment émoustillant.

 

raquel.jpg

 

Le cinéma d’action des 80s et 90s débilitant et pathétique ne pouvait offrir à Brown de rôle à sa mesure. Sa dernière véritable apparition sur grand écran sera dans un petit rôle d’entraineur de boxe dans Mars Attacks ! en 1996.

Qu’il est loin le temps où l’attaque d’un fort mexicain tenu par les troupes de Maximilien ou retrouver un satellite perdu dans l’Arctique, vous forgeait un héros !

 

zebra.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Oddjob - dans Cinéma et TV
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière