Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 06:59

oddjob logo 2 Par Oddjob

 

La rentrée s’annonçait sous les plus mauvais auspices.

Les rubriques nécrologiques étaient noircies, en cette fin d’été, des noms de deux artisans de haut vol, l’un écrivain de polars costauds et caustiques et l’autre réalisateur d’une poignée de bobines fortement carrées et efficacement ficelées.

Et le même jour en plus !

Ce fichu 20 août 2013, Elmore Leonard et Ted Post cassaient leur pipe…

Le premier excellait dans le polar, mais aussi dans le western, et bon nombre de ses bouquins avaient donné lieu à des adaptations cinématographiques.

Pour le meilleur : 3h10 To Yuma, réalisé par Delmer Daves, Hombre (avec Paul Newnam) de Martin Ritt, Mister Majestik (un grand "Bronson") de Richard Fleisher et bien sûr Jackie Brown, le meilleur Tarantino (tiré du roman Rum Punch).

Mais aussi, pour le moins bon : Get Shorty de Barry Sonnefeld et sa "suite" Be Cool de F. Gary Gray…

On lui devra également quelques scénarios originaux, dont le sympathique (mais trop souvent boudé) Joe Kidd, l’une des dernières réalisations de John Sturges, avec Clint Eastwood, Robert Duvall et John Saxon !

  mr-majestyk.jpg

 

Le second excellait dans le polar, le western… mais aussi le film de guerre et le fantastique. Car si on lui doit de nombreux épisodes de Rawhide, en 1968 il livre un fort honorable western, toujours avec Eastwood (encore lui…), Hang’Em High (Pendez-les Haut et Court).

Mais surtout, c’est lui qui sut, haut la main, donner une suite à deux chefs d’œuvre de notre panthéon en cinémascope : Beneath The Planet Of The Apes et Magnum Force. La gageure était de taille, mais Post réussit à s’affranchir du poids référentiel des films précédents en développant efficacement des univers fortement balisés.

Enfin, en 1978, avec Go Tell The Spartans (Le Merdier), il explore habilement les premiers engagements US au Sud Vietnam et les premiers signes d’un enlisement à venir, à travers la mission du commandant Baker (Burt Lancaster). La même année, il tournera avec Chuck Norris, un réjouissant Good Guys Wear Black (Le Commando des Tigres Noirs)…

  magnum.jpg

 

magnum-2.jpg

 

Et pour nous consoler de ces tristes disparitions, voilà qu’un bien bel album de bande dessinée déboule quelques jours plus tard dans les rayons des libraires spécialisés : Tyler Cross.

Sur un scénario de Fabien Nury, le dessinateur Brüno (précédemment auteur complet sur l’excellent Lorna, chroniqué ici) nous sert une nouvelle variation du "héros" dont le plan ne se passe pas comme prévu et atterrit dans un petit bled de province tombé aux mains d’une famille despotique.

Mais l’intrigue importe peu. Les recettes ont été maintes fois utilisées. Qu’importe.

Le scénario, ne pastichant jamais le genre, rend un hommage "amoureux" à tout un pan de la culture hard boiled, au polar sous toutes ses formes : pulps, comics, novels, serials, B movies… Mais aussi au western.

Si Brüno avoue lui-même s’inspirer de Bad Day at Black Rock (Un homme Est Passé) de Sturges et de High Sierra (La Grande Evasion) de Walsh, on ne peut s’empêcher de penser au personnage de Parker de Donald Westlake, au Hot Spot de Dennis Hopper (d’après le génial Charles Williams) ou au Miller’s Crossing des frères Coen. Bref que du beau monde pour veiller à la destinée d’un tueur professionnel !

Et tout est à son paroxysme dans son dessin – version bis de la ligne claire.

 

tyler-cross.jpg

 

C’est violent (très violent !), le soleil est éblouissant, la poussière vous brûle le fond de la gorge, le sang noir et poisseux coule à flots, les armes déchirent les corps et surtout les bons sentiments et la morale sont aux abonnés absents.

Heureusement, les femmes y sont belles (très belles !), c’est déjà ça…

Quant au dessin de couverture, il tient bien davantage de l’affiche de cinéma, tant sa composition en split screen est des plus "jouissives".

  tyler-cross-2.jpg

 

Rio Bravo, c’est le nom que les Mexicains lui donnent…

Alors, un bon conseil, enfermez-vous dans la bibliothèque, callez-vous dans votre meilleur fauteuil et savourez égoïstement ce stimulant moment de lecture en cinémascope.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oddjob - dans Cinéma et TV
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière