Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 07:20

oddjob logo 2 Par Oddjob

 

Il y a bien longtemps qu’une série TV ne m’avait autant accroché.

Et pourtant, on est bien loin de Game Of Thrones, Homeland ou House Of Cards, une de ces séries si tendance, diffusées sur ces chaînes tout aussi tendances que sont OCS et Canal +.

En effet, on y trouve ni fantasy shakespearienne, ni obsession conspirationniste, encore moins de manipulations politiciennes.

Et le comble est que ça se passe sur TMC (eh oui, la machine à recycler les has been de TF1… Tout un programme !). Chaîne d’une médiocrité abyssale, et qui pourtant, dernièrement, m’a permis de me délecter de la saison 3 de la très british Downton Abbey. Ou la chronique d’une vie à l’intérieur d’une riche demeure anglaise du début du siècle (le précédent) jusqu’aux conséquences de la guerre de 14 : à l’étage un Lord et les siens, au sous-sol et dans les coursives les domestiques.

 

domestique-1.jpg

 

Pour ceux qui penseraient qu’il ne s’agit là que d’une version "modernisée" de Upstairs, Downstairs (Maîtres et Valets, LA série de référence en la matière), on est bien loin de la mise en scène ampoulée et académique ou de la reconstitution maniérée de cette dernière.

La multiplication des intrigues, le ton quasi anthropologique du récit (que l’on doit au scénariste du Gosford Park d’Altman, première incursion, déjà, dans les coulisses de l’aristocratie et de sa domesticité), la justesse des détails d’une société en plein bouleversement : tout concourt à l’excellence de cette série.

De cette fourmilière, deux personnages émergent. Apparemment différents, mais si semblables dans leur fidélité, leur renoncement de soi : Bates, le valet de chambre de monsieur le comte et Carson, le majordome. Sans eux tout s’écroule. Et justement, tout commence à se fissurer, à commencer par cette fière aristocratie qui ne survit que selon le bon vouloir d’une bourgeoisie de nouveaux riches…

Tout cela pour vous dire, ami lecteur, que le domestique, le valet, le majordome, le serviteur, le laquais, ont toujours trouvé grâce à mes yeux. N’ai-je pas choisi pour "emblème" le nom de l’illustre et dévoué (jusqu’à la mort) Oddjob, homme de main et à tout faire, bien plus que simple valet, du redoutable Auric Goldfinger.

Et même si en bandes dessinées, un Nestor (Tintin) ou un Nasir (Blake et Mortimer) n’occupera pas une place prépondérante dans les aventures de leur maître respectif (ils font partie des meubles…), un Alfred (Batman) nous offrira, à l’inverse, un bel exemple de renoncement de soi, d’adhésion totale à la cause de son super-héros de "patron" (Michaël Caine en sera l’incarnation la plus brillante à l’écran).

Mais c’est bien le cinéma (et ses adaptations plus ou moins fidèles de grandes œuvres littéraires) et la télévision qui assureront une belle notoriété à ces gens de maison, devenus des compagnons d’aventure indispensables.

Britt Reid (The Green Hornet) oserait-il combattre le crime sans son valet Kato ?

Philéas Fogg aurait-il pu accomplir son formidable Tour du Monde en 80 jours sans Jean Passepartout ?

 

domestique-2.jpg

 

Sans son Conseil, le professeur Aronnax aurait-il pu survivre au naufrage du Nautilus ?

Et puis, et surtout, que serait devenu le domaine de Darlington, sans Mister Stevens (Anthony Hopkins, dans The Remains Of The Day – Les Vestiges du Jour) après la mort de sa seigneurie, autrement dit, le maître des lieux ? Un nouveau propriétaire (américain…) reprend les reines du château et Stevens avec, car celui-ci en est, finalement, le gardien du "temple". Sa vie n’aura été que renoncement et fidélité aveugle à des murs, un nom, des traditions, un état d’esprit (ah, la merveilleuse scène de repassage matinal du Times !). Fierté et dévotion à son maître, servir avant tout… même lorsque son père se meurt, à quelques mètres, dans les entrailles du château. Il en héritera lui-même une retenue toute aristocratique !

 

domestique-3.jpg

 

Et que dire encore du Servant de Losey, dans lequel Dirk Bogarde (le domestique), avec son ambiguïté naturelle, renversera les rôles, jusqu’à l’humiliation, face à un James Fox (le maître) tout en lâcheté masochiste.

 

domestique-4.jpg

 

Mais, enfin, il y en aura un qui représentera pour moi la figure totale et parfaite du majordome : Jonathan Quayle Higgins III (interprété par le non moins fameux et irrésistible John Hillerman, déjà remarqué dans le Chinatown de Polanski). Si le majordome britannique de Robin Masters, n’a pas le "beau" rôle face au décontracté et yankee Magnum, l’élégance et la "noblesse" du "petit bonhomme" ont tôt fait d’envoyer le privé dans la cour des ringards. Il porte beau la tenue de brousse aussi bien que le blazer droit. Ses récits de faits d’armes dans la jungle birmane n’ont rien à envier aux exploits de l’ancien des services secrets de la Marine US. Et que dire de ses fidèles Zeus et Apollon, véritables statues grecques au milieu des palmiers !

Et puis, n’est-il que le serviteur ou le maître lui-même ? Toute l’ambiguïté du rôle fera de lui le vrai personnage de la série…

 

domestique-6.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Oddjob - dans Cinéma et TV
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière