Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 07:26

Par Hong Kong Fou-Fou

  saul-bass-logo.jpg

 

Il y a des noms qui sonnent mieux que d'autres. Pourquoi croyez-vous que je signe mes articles sous le pseudo Hong Kong Fou-Fou ? Parce que j'ai peur que tous les gros beaufs dont je me moque inlassablement me mettent la tête au carré ? Certes, j'avoue ma lâcheté. Mais c'est aussi parce que j'ai un nom d'une affligeante banalité, indigne de la flamboyance de Fury Magazine. Saul Bass, par contre, est un nom qui m'a toujours plu. Sobre, efficace, incisif. Comme le style graphique de celui qui le portait.

Le petit Bass (le Basset ?) devait faire des gribouillages dans les marges de ses cahiers à l'école. Comme Guy Degrenne. Des collages, aussi. Et il n'a jamais arrêté. Pfff, moi j'ai été vraiment bête d'y copier des polynômes ou des logarithmes, voilà où ça m'a mené. Après des études d'art et de design, il est devenu dessinateur publicitaire. Puis il a réalisé des affiches de films, avant d'en concevoir les génériques. C'est bien simple, avant lui, ces génériques n'étaient qu'une longue litanie de noms sans aucun intérêt, dont le spectateur attendait patiemment la fin en suçant son esquimau ou en pelotant sa petite amie. Saul Bass en a fait des films dans le film, des chefs-d'oeuvre graphiques et colorés qui, associés au jazz angoissant de compositeurs comme Bernard Hermann ou Jerry Goldsmith, plongeaient immédiatement le spectateur dans l'ambiance. Saul Bass, les petites amies ne lui disent pas merci.

Saul Bass a travaillé avec les plus grands de l'industrie cinématographique : Otto Preminger, Stanley Kubrick, Hitchcock, Scorcese. Que des noms qui claquent, z'avez remarqué ? Initialement, son style s'appuyait essentiellement sur l'utilisation de formes géométriques découpées. Ses ciseaux étaient aussi aiguisés que le couteau de Norman Bates dans "Psychose", film pour lequel il a également contribué à la mythique scène de la douche.

Puis il s'est diversifié, avec des photographies comme dans "Spartacus" ou du dessin animé ("Un monde fou, fou, fou, fou"). Le très réussi générique de "Grand Prix", qui montre les préparatifs avant le départ d'un... grand prix, merci de suivre, à base d'images démultipliées, c'est lui aussi.

Il a dessiné les logos de plusieurs compagnies aériennes (Continental Airlines en 1968, United Airlines en 1973) et autres grosses sociétés comme Minolta ou Warner. Celui de Quaker Oats, aussi. Quand j'étais gamin, je prenais du Saul Bass au petit-déjeuner, et je ne le savais même pas. Il a illustré des livres pour enfants, des timbres, des pochettes d'allumettes, il a dessiné des stations service pour Esso ou Exxon, etc.

 

saul-bass-2.jpg

 

Il a également réalisé plusieurs courts métrages et même, en 1974, un film de science-fiction, Phase IV, assez curieusement affublé d'une affiche ignoble, dont on ne voudrait même pas pour illustrer un disque d'Iron Maiden. Quand on dit que ce sont les cordonniers les plus mal chaussés...

Comme tous les génies, il a fortement inspiré ses successeurs. On peut citer l'affiche de "Clockers" de Spike Lee, celle de "The Informant !" de Steven Soderbergh, "Burn after reading" des frères Coen, le générique de "Attrape-moi si tu peux" de Spielberg ou celui de "Kiss kiss bang bang" de Shane Black. Et on trouve sur Internet une multitude de travaux réalisés par des fans qui s'inspirent du style du maître (celui-là par exemple : http://www.youtube.com/watch?v=z25t-PQDn5A). Essayez la recherche "Saul Bass style", vous verrez. Ce qui est gênant, c'est que pour le copier, tous ses suiveurs (sa Bass-cour, quoi) doivent utiliser des logiciels professionnels et de puissants ordinateurs. Assez symptomatique de notre époque qui innove à reculons...

Décédé en 1996, ce prolifique créateur qui ressemblait à un croisement subtil de Marcel Zanini et de Gilbert Montagné (il n'est pas si mal, mon nom, après tout), a laissé le sien à la récompense décernée chaque année au meilleur générique de film. Alors chapeau, Bass !


affiche-saul-bass.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Cinéma et TV
commenter cet article

commentaires

clovis simard 25/10/2011 16:41



Blog(fermaton.over-blog.com)conscience humaine.No-25, THÉORÈME DE CHOPIN.- NOUS SUR-DOUÉ ?



Hong Kong Fou-Fou 25/10/2011 16:48



Mon cher Clovis, j'ai l'impression que vous avez reçu un bon coup de francisque sur la tête...



Mario Cavallero Jr, artiste multimédia 24/10/2011 23:42



J'adooooooore ce mec (Saul Bass, pas Hong Kong Foufou (quoique j'ai un teeshirt Hong Kong Phooey, donc c'est un signe)).



Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière