Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 06:30

Par Hong Kong Fou-Fou

 

apéritif 1A Fury Magazine, on a le sens de la nuance. Si je dis par exemple que les autres rédacteurs de ce modeste organe de lutte de classe sont des amis, je parle d'amitié avec un grand A, du genre de celle qui fait qu'on se laisserait tailler en pièces avec le sourire plutôt que de la renier. Je ne parle pas d'amitié "à la Facebook", où on clique sur "+1 Ajouter comme ami(e)" pour un parfait inconnu qui partage avec nous un vague intérêt pour les films d'espionnage bulgares. La nuance est de taille.

C'est important, la nuance. Prenons comme exemple ce moment convivial qu'est l'apéritif. La nuance entre l'apéro et l'apéritif est subtile mais essentielle.

En effet, imaginez que vous recevez un coup de fil/texto/tweet (rayez la dernière mention, elle est inutile. Sauf si vous habitez Saint-Tropez, auquel cas elle permet un désopilant jeu de mots autour de l'oeuvre des Chats Sauvages) pour vous inviter à passer chez des amis prendre un verre. Eh bien votre sort va se jouer en quelques lettres. S'ils emploient le mot "apéro", le pire est à craindre : ils vous offriront une bière à même la bouteille, des chips directement dans le sachet ou, au mieux, dans une assiette en carton ou ornée du Mont Saint-Michel. Le maître de maison vous recevra en t-shirt, son épouse n'aura pas pris la peine d'enlever ses bigoudis, la chaîne hifi déversera du Balavoine, le chat vous sautera sur les genoux et ruinera votre pantalon en mohair. La conversation tournera autour de la victoire de Marie dans la dernière saison de "Secret story". Par contre, s'ils vous convient à un "apéritif", alors là, sonnez hautbois, résonnez musettes, le martini sera servi dans du Baccarat et c'est du Bacharach (Burt, cette fois) qui sortira des enceintes. Vous dégusterez des canapés de foie gras au chutney de figues. Monsieur aura enfilé son plus beau peignoir de soie, assorti à la robe fourreau de sa compagne. C'est une panthère qui se couchera à vos pieds, dans un feulement de satisfaction. Vous deviserez agréablement de sujets aussi passionnants que la vitesse de la lumière récemment dépassée par des neutrinos, la période bleue de Picasso ou la branlée infligée à Manchester United par City le 23 octobre dernier.

OK, j'exagère un peu la différence entre un apéro et un apéritif, disons que j'y mets une grosse part de mes fantasmes. Pour schématiser, à mes yeux, l'apéro, c'est Patrick Chirac dans "Camping", l'apéritif, c'est James Bond dans "Opération Tonnerre". Le mot "apéritif" chante à mes oreilles et excite mes papilles, le mot "apéro" me donne légèrement la nausée. Vous allez dire que je m'attache à des détails. Mais je n'y peux rien, j'aime joindre le futile à l'agréable. Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse, ce n'est pas mon truc. Ce que je veux dire, c'est que les gens ne font guère d'efforts quand ils veulent boire l'apéro. Que ce soit en couple ou entre amis, ça ne coûte pas grand' chose de soigner la présentation et de mettre fin à la dictature des apéricubes. Même dans un bar, la situation n'est pas terrible. Quand je pense qu'en Italie, la patrie de l'apéritif, dans n'importe quel établissement de n'importe quelle ville, on vous amènera pour accompagner votre negroni tout un tas de choses appétissantes à grignoter et qu'en France il faut souvent pleurer pour avoir droit à trois cacahuètes rances... Si Ernest Hemingway, correspondant de guerre lors de la libération de Paris, est allé demander au général Leclerc de lui prêter un blindé et une jeep pour partir lui-même libérer le bar du Ritz, ce n'est pas pour que 60 ans plus tard on se contente de boire un vulgaire apéro !

L'apéritif est né en 1786 à Turin. Je ne vois pas trop comment les historiens ont pu établir ce fait mais soit. Que faisaient les gens avant de dîner jusqu'en 1785 ? Mystère. Ils n'avaient même pas "Le grand journal" à regarder. Et comment l'apéritif a-t-il été inventé ? Nos experts ont tenté de reconstituer la scène entre Luigi, artisan drapier, et Giuseppe, rémouleur :

- Giuseppe, tu veux passer à la maison tout à l'heure après le boulot ?

- Pourquoi faire, Luigi ?

- Heu... Je ne sais pas, moi. Prendre, heu... Prendre l'apéritif, tiens !

- C'est quoi, ça ?

- Eh bien on boira un verre, on mangera des olives farcies au citron et on discutera du match Juventus/ Milan AC en calcio fiorentino.

- Tu es vraiment bizarre, Luigi...

Ma grande angoisse, c'est qu'un jour un crétin de jeune invente l'apériteuf, une sorte d'apéro à grande échelle, où les gens se réuniraient dans le seul but de s'arsouiller. Ce jour-là, je n'aurais d'autre solution que de m'exiler dans une villa en Toscane, dans cette Italie qui a élevé l'apéritif au rang de religion. Pardon, des apéritifs géants sont déjà organisés via Facebook ??? Chérie, prépare les valises ! Utiliser un réseau social pour faire tomber des dictatures, soit. Mais pour se prendre une biture, non. 

 

aperitif-2.jpg

Deux remarques destinées à vous prouver que Fury Magazine, sous ses airs désinvoltes, contribue à l'éducation des masses :

1) Le calcio fiorentino est l'un des ancêtres du football, né à Florence au Moyen-Age et très pratiqué à la Renaissance. Est-ce que les joueurs gagnaient des millions de florins, conduisaient des calèches de sport Ferrari et sortaient avec les plus belles des courtisanes, ça je ne le sais pas...

2) Phonétiquement, "tchin tchin" signifie "pénis" en japonais. Pensez-y la prochaine fois que vous trinquerez avec des amis nippons, sinon ils risquent de ne plus vous saquer...

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière