Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 07:34

Par Hong Kong Fou-Fou

 

david niven-copie-1Je rentre d'une petite semaine au ski. C'était très bien, je vous remercie. Beau soleil, neige parfaite. Remarquez, mes connaissances en matière de neige sont limitées. Je ne vais pas vous analyser la poudreuse comme Zitrone analysait le terrain d'un champ de courses. En tout cas, ce séjour à la montagne m'a fait prendre conscience d'une chose : je ne suis vraiment pas en phase avec mon époque (oui, vous l'aviez compris avant moi), je vois la vie à travers un prisme déformant qui me plonge 50 ans en arrière, mon cerveau est rempli d'images tirées de films, de BD, de bouquins, qui faussent un peu ma perception du réel.

Par exemple, pour moi, les sports d'hiver, c'est la rencontre entre Audrey Hepburn et Cary Grant au début de Charade, c'est Georges Lazenby dévalant à ski les pentes vertigineuses du Pitz Gloria, poursuivi par les sbires de Blofeld dans Au service secret de Sa Majesté, c'est encore David Niven pourchassant en traîneau l'agresseur de Claudia Cardinale dans les rues de Cortina d'Ampezzo dans La panthère rose.

Un mélange de sport et de classe. La classe de neige, quoi.

Imaginez alors qu'elle a été ma surprise quand je me suis trouvé immergé dans une station de ski en 2011. Pour le sport, je ne dis pas. Ca commence pour trouver une place sur le parking, d'ailleurs. Mais pour la classe, ça sent le redoublement. Déjà, l'arrivée au pied des pistes m'a laissé dans le désarroi le plus total : des hauts parleurs diffusaient de la musique à tue-tête, on se serait cru dans un grand magasin, il ne manquait que les annonces pour inviter le client à acheter deux tubes de dentifrice pour le prix d'un seul. Et quelle musique... Un florilège des tubes des années 70 et 80. Je suis désolé mais "Alexandrie Alexandra", ça me tétanise, même le chasse-neige je n'y arrive plus. Sinon, proximité de l'Espagne oblige, on a aussi eu droit à du rap espagnol. Autant je peux apprécier du hip hop British, façon The Streets ou Dan the Sac, autant du rap espagnol, non. Pourquoi pas du flamenco suédois, tiens ?

Après mon ouïe, c'est ma vue qui a été agressée. Par le look des skieurs. Certains ont un équipement d'une technicité telle qu'on les imaginerait s'embarquer dans une navette pour Mars plutôt qu'aller prendre le tire-fesses. D'autres ressemblent à des personnages sortis d'un jeu vidéo à la SWAT. Ils ne sont pas là pour skier, impossible. Ils sont là pour abattre les terroristes qui ont tenté de détourner le télésiège.

D'autres encore ont opté pour des tenues dont les couleurs ficheraient la nausée à un cacatoès. Pourquoi coordonner sa tenue quand le spectre chromatique est si riche ? Il y en a même qui se déguisent. Si vous croisez le Yéti, attendez un peu avant d'alerter la gendarmerie de montagne. Vers midi, vous risquez de le retrouver en train de siffler un demi en terrasse, en compagnie de Dark Vador ou Spiderman. Les capes, les bonnets à pointes façon virus du sida, les bandanas ont aussi la cote. J'ai vu un gars avec des branches de sapin accrochées à son casque. Je crois malheureusement que c'était volontaire, et pas la conséquence d'un flirt poussé avec un arbre lors d'une descente hasardeuse.

Je ne parle même pas des surfeurs. Moi qui suis un adepte des coupes ajustées, je ne peux pas comprendre lazenby skides types avec des falzars dans lesquels on peut habiter à plusieurs. En plus, ils ne glissent pas, ils rident. Je suis sûr qu'à 17h à la fermeture de la station, ils ne vont pas boire un vin chaud, mais un hot wine.

J'ai aussi une question. Pourquoi, lorsqu'on est tranquillement installé sur la banquette du télésiège, surplombant les sapins enneigés dans un silence quasi total, juste troublé par le crissement des skis en contrebas, il y a toujours un crétin devant ou derrière qui se met à chanter à tue-tête "Quand te reverrai-je, pays merveilleux..." ? Pfff, pour moi le ski, c'est James Bond, lui me sert du Jean-Claude Dusse...

Hein, pardon, qu'est-ce que vous dites ? Ne sois pas bégueule, tout ça, c'est pour le fun ? Mmmouais, je sais bien que le fun justifie les moyens, mais tout de même... Oubliez les tenues de ski à coutures thermosoudées et qui se gonflent pour améliorer l'isolation, les vestes avec navigation GPS intégrée avec écran sur la manche (c'est bon pour se casser la gueule et ça ne sert à rien, vous ne risquez pas de vous perdre, y a qu'à suivre la pente), les casques avec caméra intégrée (tout le monde s'en fiche, de la diffusion de vos exploits sur youtube), les sacs-à-dos sur lesquels vous pouvez brancher votre Ipod (c'est inutile, on vous dit qu'on passe "Alexandrie Alexandra" en bas des pistes et en haut il y a le couillon qui chante "Quand te reverrai-je"). Ressortez votre anorak Killy, votre fuseau Fusalp ou votre knicker Mossant. Troquez vos skis en polyéthylène contre des Allais 60, votre masque Scott contre des lunettes Vuarnet. D'accord, vous aurez froid, vous vous casserez peut-être même quelque chose. Mais honnêtement, ça ne vaut pas le coup de sacrifier un peu de confort pour un peu d'élégance ? Ne serait-ce que pour sortir du lot ?

Vivement cet été, mes prochaines vacances, j'irai les passer dans un camp naturiste, là au moins, pas de mauvaises surprises à redouter. Ca n'a pas dû trop changer depuis que Cruchot les pourchassait du côté de Saint-Tropez. Pour ce qui est de sortir du lot, par contre, je n'aurais pas l'outrecuidance de m'avancer...

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Sports
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière