Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 06:12

hkff logo Par Hong Kong Fou-Fou


bond playboy-copie-1

 

Il y a quelques années, j'allais régulièrement me faire couper les cheveux chez un petit coiffeur de quartier. A sept heures et demie du matin, quelques retraités attendaient déjà l'ouverture en refaisant le monde sur le trottoir (ah ben ça commence fort ! Encore un article qui s'annonce riche en révélations...). Dans ce salon vieillot qui sentait bon la brillantine, on mettait à la disposition du client pour le faire patienter divers magazines (sur le sport, les voitures, il y avait Paris Match aussi, des trucs comme ça). Et puis le patron réservait pour certains de ses clients des magazines qu'il rangeait soigneusement dans un tiroir, sous sa caisse : Lui, Newlook, Playboy. Remarquez, des femmes à poil chez un coiffeur, c'est normal. Je devais avoir un air lubrique, parce que je faisais partie des privilégiés qui se voyaient remettre un exemplaire de cette presse dite "de charme" à leur entrée dans le salon. Par politesse, je n'ai jamais osé refuser (ne riez pas, j'étais victime de ma bonne éducation). A l'époque, je collectionnais déjà les Lui et les Playboy des années 60, et j'étais dépité par l'évolution négative de ces magazines. A l'origine, il s'en dégageait une certaine classe, mais elle avait cédé le pas à la vulgarité.

Pour en avoir le coeur net, et pour pouvoir vous en parler dans Fury, le magazine de l'homme moderne (slogan honteusement piqué à Lui, justement), j'ai envoyé il y a quelques mois ma femme acheter un numéro récent de Playboy (allez savoir pourquoi, je ne voulais pas y aller moi-même. Et j'ai bien fait, puisqu'elle a croisé un ami, qui a eu un sourire en coin quand elle lui a expliqué que je voulais faire un comparatif "avant/après" de Playboy...).

Bref, voici le résultat de cette passionnante enquête au pays des bunnies.

Occupons-nous d'abord de l'essentiel, ne nous voilons pas la fesse : les playmates. Bien sûr, celles d'aujourd'hui sont plus dévêtues que celles d'il y a cinquante ans (qui pourraient être leur grand-mère, quelle horreur). Mais ça reste quand même "artistique", surtout au regard de certains trucs pornos qui innondent le net.

Par contre, avant, des actrices aussi célèbres que Claudia Cardinale, Raquel Welch ou Ursula Andress n'hésitaient à poser pour Playboy. Aujourd'hui, on y trouve, au mieux, de jeunes inconnues issues des pays de l'Est, au pire, des survivantes d'émissions de télé-réalité.

Avant aussi, de grands noms signaient des articles (Arthur C. Clarke, Arthur Miller, Nabokov, Ray Bradbury, Woody Allen, excusez du peu !). Aujourd'hui, même Goudurix ne voudrait pas écrire pour ce magazine.

Mais ce qui choque le plus, ce sont les publicités. Aujourd'hui, les pages de Playboy sont remplies de pub pour des numéros payants que vous pouvez appeler pour écouter des dames qui ont des voix douces vous dire des choses gentilles, pour des sonneries de téléphone sexy, des fonds d'écran coquins. Bref, tout pour l'obsédé frustré qui veut courir les "24 heures du manche". Ouvrez n'importe quel Playboy des années 60, ce n'est qu'élégance et sensualité. On y vante le meilleur de l'époque, en matière de voitures, de vêtements, de loisirs.

La page que je préfère dans les anciens numéros, c'est "What sort of man reads Playboy ?" Elle met en scène un séduisant bipède, dans des situations où se dégagent dynamisme et volupté. Elément incontournable : de jeunes femmes qui l'observent avec concupiscence. Sous la photo, un petit texte explique, résultats de sondages à l'appui, que les lecteurs de Playboy sont ceux qui voyagent le plus, qui ont les revenus les plus élevés, la bibliothèque la plus fournie, etc etc. Bref, une élite.

Aujourd'hui, on ne peut que faire ce triste constat : Playboy est devenu ringard. Entrez dans n'importe quelle grande surface comme Gifi ou Babou, et vous trouverez des oreillers en moumoute rose ou des briquets made in China à l'effigie du célèbre lapin. Il est partout, ce pauvre animal : en autocollant sur la vitre arrière de la Clio, en magnet sur le frigo, sur le t-shirt des gamines de 14 ans. Et il n'en peut plus. Lessivé, le lapin (oui, je participe au "Plus mauvais jeu de mots 2012"). En fait, le seul qui y croit encore, c'est Hugh Hefner. Mais lui n'a peut-être pas tort.

 

playboy 1

playboy-2.jpg

playboy 6

playboy-7.jpg

playboy-8.jpg


PS : Dès que le service compta de Fury Magazine aura débloqué les fonds nécessaires pour payer la cotisation (15000 livres sterling pour devenir membre à vie), je vous parlerai du Playboy Club de Londres. D'après leur site internet (http://playboyclublondon.com), ça a l'air pas trop mal, assez proche de l'esprit des clubs d'antan. Bon, si on regarde le programme des animations, on constate que Snoop Dogg a remplacé Tom Jones ou Sammy Davis Jr. Malheureusement, nous sommes en 2012, et plus en 1967...

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans BD et littérature
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière