Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 12:19

Par Hong Kong Fou-Fou

klink.jpgIl fait vraiment chaud, alors je me détends en lisant l'autobiographie de quelqu'un qui a passé pas mal d'années à l'ombre, Jacques Mesrine. "L'instinct de mort", ça s'appelle. Sur la quatrième de couverture du bouquin, il est écrit que Mesrine est une idole chez les jeunes. Marrant, ça. On voit pourtant plus d'ados avec des t-shirts ou des besaces à l'effigie de Che Guevara que de Mesrine. Ou alors, c'est Mesrine grimé en Che Guevara. On ne le surnommait pas "l'homme aux mille visages" pour rien, hein. En tout cas, je me souviens bien quand on a annoncé sa mort à la télé. En 1979, j'avais 12 ans, on dînait devant le journal télévisé (on ne disait pas encore JT à l'époque). Je ne sais pas si c'est Yves Mourousi ou Jean-Claude Bourret qui s'était invité dans la cuisine familiale meublée en formica pour apprendre à la France en train de mâcher son andouillette-purée que l'ennemi public N°1 s'était fait refroidir (comme l'andouillette-purée, certainement : la nouvelle a dû engendrer de longues discussions). Le bouquin est sympa, plutôt bien écrit. J'ai un peu l'impression que Mesrine se donne le beau rôle, mais c'est son bouquin après tout.

Sinon, pour rester dans l'univers carcéral, je me suis tapé les six épisodes du remake du Prisonnier. Bon, comment dire. Ce n'est pas complètement nul, il y a quelques idées. Mais c'est quoi, la finalité du truc ? La série originale était parfaite, pourquoi essayer d'en faire une nouvelle version ? Déjà, il y a quelques explosions. Normal, c'est américain. Et le rover est plus gros. Normal, c'est américain. Il y a une histoire d'amour avec des larmes. Normal, c'est américain. Le gros problème, il est là : la série originale était anglaise, celle-là est co-produite par les Américains, on se retrouve donc avec un curieux mélange de Desperate housewives et The Truman show. Et l'acteur qu'ils ont pris pour incarner le Numéro 6... Autant Patrick McGoohan avait un air de dingue illuminé, autant je n'hésiterais pas à prendre James Caviezel comme baby-sitter pour mes enfants. Pour vous donner une idée de la différence de niveau entre la création de McGoohan et cette resucée falote, c'est un peu comme si vous lisiez Madame Bovary avant de vous attaquer à un roman de la collection Harlequin.

Enfin, toujours dans les remakes, j'ai été voir au cinéma celui d'un film français (Cible émouvante, de Pierre Salvadori), réalisé par des Anglais. Ils l'ont appelé Wild target, ce qui n'est pas trop mal, plutôt dans l'esprit. Mais les distributeurs français du film l'ont rebaptisé Petits meurtres à l'anglaise. Ben oui, c'est bien connu, le spectateur est con, alors il faut choisir des titres qui lui évoquent déjà quelque chose. Après Braquage à l'anglaise et Petits meurtres entre amis, il est en terrain connu. Selon toute vraisemblance, on devrait voir débarquer dans quelques mois Petits braquages entre amis anglais.

Bref, passons. Je n'ai pas vu Cible émouvante, je n'ai donc pas de point de comparaison (il y a Jean Rochefort, ça doit être pas mal) mais en tout cas, Wild target est excellent. L'histoire, c'est celle d'un trio improbable : Rose, une exubérante jeune femme qui a escroqué un gangster en quête de revanche ; Victor Meynard, un vieux tueur maniaque et coincé qui devait tuer Rose mais ne veut plus la tuer ; Tony, un jeune laveur de voitures qui croise leur chemin par hasard et qui ne comprend pas trop ce qui lui arrive. Ces trois personnes réunies par des événements qu'ils ne maîtrisent pas doivent échapper à d'autres tueurs engagés pour tuer Rose puisque Victor ne veut plus la tuer. C'est drôle, c'est fin, c'est de la bonne comédie britannique, quoi. Quand outre-Manche sortent Joyeuses funérailles, Shaun of the dead, Hot fuzz, nous on répond avec Fatal, Le baltringue, Camping 2. De la bonne grosse daube qui rote et qui pète. Pourquoi on a perdu la recette de l'humour français ? Heureusement, il nous reste celle de l'andouillette-purée. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Cinéma et TV
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière