Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 06:30

oddjob logo 2 Par Oddjob

 

Dans un précédent article, notre estimé (et estimable) Patron évoquait, non sans émotion (on l’aurait été à moins), la belle Martine Beswick.

Outre ses charmes, elle peut "s’enorgueillir" d’être considérée comme un cas typique de célèbre inconnue. Elle a ainsi été vue à l’écran par des millions de spectateurs dans ses deux prestations bondiennes… et pourtant seule une poignée de fins connaisseurs peut évoquer son patronyme (et pour certains, même, ses mensurations).

Combien d’actrices et d’acteurs dont on récite par cœur la filmographie complète mais dont on est incapable d’épeler correctement le nom. Combien de visages familiers "sans nom", malgré une lecture attentive des génériques (trop souvent tronqués ces derniers temps, même sur les chaînes "publiques", ou ce qu’il en reste !).

Pour autant, nos célèbres inconnus ne peuvent pas être rangés tous dans le même sac, une distinction subtile en trois espèces doit être opérée.

Ainsi, un premier groupe cumule un piètre jeu d’acteur et une disparition prématurée. Un exemple ? Frederick Stafford… De Furia à Bahia pour OSS 117 à L’Etau (Topaz), on ne peut pas dire que cet acteur autrichien, de son vrai nom Friedrich Strobel von Stein, ait marqué les esprits. Sans charme, sans élan, sans classe, sans finesse et véritablement mou (un comble pour cet ancien hockeyeur et nageur de haut niveau), il n’arrivera jamais à croire en ses rôles, à les "habiter". Sa petite carrière d’une dizaine d’années fut stoppée fatalement par un accident d’avion survenu en 1979.


rod 1    

 

Une deuxième catégorie, quant à elle, va marquer les esprits (voire les cœurs…) par deux ou trois chef-d’œuvres, puis s’évaporer : on retiendra les traits, la présence, mais le nom se dissipera. Au hasard ? Joanna Shimkus ! La belle, l’irrésistible inconnue. Qu’elle soit Laetitia dans Les Aventuriers ou Bénédicte dans Ho !, elle est l’incarnation d’une fraîcheur, d’une liberté et d’une grâce toute 60s. De 1966 (Qui êtes-vous, Polly Maggoo ?) à 1968 (La Prisonnière), trois petites années de William Klein à Henri G. Clouzot en passant par Robert Enrico et Joseph Losey, trois années charmantes et mutines, qui ne passeront pas le cap de la décennie suivante. Elle quittera les plateaux pour épouser, en 1976, Sydney Poitier. (Pour les nostalgiques, et les maniaques, ou les deux, nous vous conseillons de vous replonger dans le numéro 34 de LUI d’octobre 1966 : vous y retrouverez la délicieuse Joanna Shimkus, et d’autres belles, au volant d’une Maserati Berlinette. Ou les 24 heures du charme et de la vitesse).


 rod 2

 

Et enfin, la dernière espèce, la plus authentique, celle qui s’est sabordée toute seule, qui a échoué à grimper l’ultime marche de la notoriété. Et pourtant, "il" avait tout pour lui : une gueule, une carrure, une prestance.

En 1960, "il" fut le plus convaincant interprète de Georges dans l’adaptation à l’écran de The Time Machine, du grand George Pal.


 rod-3.jpg

 

Trois ans plus tard, dans le rôle de Mitch Brenner, il affrontera les attaques inexpliquées d’oiseaux, tout en succombant aux charmes de Tippi Hedren, dans l’un des meilleurs films de Sir Alfred, The Birds.

 

rod-4.jpg 

 

Enfin, on "le" verra, le béret parfaitement vissé sur le crâne et les guêtres élégamment ajustées aux mollets, incarner le Captain Curry dans The Mercenaries / Dark Of The Sun, de Jack Cardiff, au fin fond de l’enfer vert du Katanga. C’était en 1968… décidemment, la grande année des Katangais !

 

rod-5.jpg 

 

Trois films et trois chefs d’œuvres qui appartiennent au "furyous movies pantheon" !

D’autres auraient pu suivre sans doute s’"il" n’avait pas pris de haut qu’on lui propose d’incarner 007 dans Dr. No ! Hélas pour lui, comme tant d’autres, il n’imaginait pas la destinée cinématographique du meilleur agent de sa Majesté…

Pour seul lot de consolation, il entamera sa complicité avec Cardiff dans The Liquidator, aimable pastiche bondien (jusqu’à la BO signée Lalo Schifrin et interprétée par… Shirley Bassey !), en compagnie d’une future Bond Girl, Jill Ireland.

Las, sa filmographie s’étiolera à partir des 70s, se pliant davantage aux rigueurs du petit écran qu’à la majesté du Cinémascope.

Retenons tout de même sa présence au générique d’un Antonioni, Zabriskie Point, versant hippie du pop Blow Up.

Et enfin, last but least, Tarantino lui confiera la composition de Churchill dans Inglorious Basterds !

Mais, au fait, "lui", c’est Rod Taylor, vous vous en souveniez n’est-ce-pas ?


 rod-6.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Oddjob - dans Cinéma et TV
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière