Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 06:58

hkff logo Par Hong Kong Fou-Fou

  mcginnis1.jpg

 

Comme nos lecteurs fidèles (on a des noms) l'auront remarqué, une bonne partie de la rédaction de Fury Magazine est friante d'un certain cinéma d'une certaine époque. Ca ne veut pas dire grand' chose, je confirme. Je parle de films aux couleurs saturées, dans lesquels les participants de ce qu'on appelait encore "fusillade" et non "gunfight" tenaient leur flingue à la verticale plutôt qu'à l'horizontale. Des films dans lesquels l'héroïne ne couchait pas dès le premier soir, sauf si son prétendant portait un matricule double-0, et encore non sans avoir émis un "Oooh, James..." réprobateur. Bref, des femmes au comportement aussi irréprochable que leur mise en plis. Des films, encore, dans lesquels les personnages se donnaient rendez-vous dans des clubs de jazz enfumés plutôt que dans des fast-food ou des cyber-cafés. Des films, enfin (j'aime bien les introductions à rallonge), dont l'affiche n'était pas réalisée sous Photoshop mais confiée aux pinceaux d'un illustrateur.


Robert McGinnis est l'un de ces illustrateurs. L'un des plus illustres de ces illustrateurs, même. Pour être parfaitement honnête avec vous - ça va faire cinq ans qu'on se connaît, je vous dois bien ça (je parle aux lecteurs fidèles) -, il y a quinze jours j'ignorais qui était Robert McGinnis. Disons plutôt que je le connaissais sans le savoir. Les affiches de Thunderball, Casino Royale, Barbarella, Our man Flint, Il était une fois la révolution, Diamants sur canapé, Matt Helm, c'est lui. Il a croqué Raquel Welch, Sophia Loren, Audrey Hepburn. Il les a croquées sans craquer. Que le grand cric me croque. Il devait travailler sur photos. Ou les mains attachées dans le dos, comme Ulysse à son mât. Pas possible autrement. Il a dessiné également Sean Connery, James Coburn, Woody Allen, même. C'est notre trop rare mais néanmoins vigilant collaborateur Getcarter qui m'a récemment fait découvrir l'univers de cet artiste. Et depuis je développe une addiction inquiétante à ses pin-ups de papier.

 

Je ne sais pas grand' chose sur Robert McGinnis, si ce n'est qu'il est né en 1926 et qu'il a fait ses premières armes chez Walt Disney. Heureusement pour nous, il en est vite parti. Ils n'aimaient peut-être pas là-bas la façon qu'il avait de dessiner Minnie et Daisy en bas couture, alanguies aux pieds de Mickey qui dégustait un scotch. McGinnis a réalisé dans les années 50-60 plus de 1400 couvertures de romans, notamment plusieurs "Modesty Blaise", "James Bond" et "Parker", le héros cynique et vengeur de Donald Westlake (sous le pseudonyme de Richard Stark). Un personnage qu'on aime bien, ce Parker, pas seulement en bouquins, mais aussi en BD (la sublime adaptation de Darwynn Cooke) et au cinéma (Point Blank, Mise à sac ou, plus récemment, Payback). Il a également réalisé au début des 60s quelques dessins plus osés pour le magazine de charme "Cavalier". Non signés, ce qui lui a permis de ne pas y aller avec le dos de l'écuyère en matière d'érotisme...


Je vous parlais il y a peu de Pierre Joubert, qui est certainement mon illustrateur favori. Les dessins de McGinnis ne remettent pas en cause l'admiration que je porte à Joubert, mais entre les chevaliers en armure, les scouts en short, les aventuriers en saharienne de l'un, et les bikinis, les robes fourreau, les chevelures étalées sur un oreiller de l'autre, j'ai vite choisi. J'ai honte de vous l'avouer, mais je n'en ai pas honte. Vous voyez à quel point je suis troublé.


Aujourd'hui, l'oeuvre de McGinnis serait vouée aux gémonies. Les féministes diraient que les femmes y sont réduites au rang d'accessoire de plaisir des mâles dominants. Les psychologues du dimanche diraient que l'arme que tiennent la plupart des hommes est révélatrice d'une impuissance larvée. Les moralisateurs diraient qu'on y fait l'apologie du tabac et de l'alcool. Foutaises. Il faut surtout voir dans ces peintures le témoignage d'une époque pas si lointaine et pourtant révolue où les hommes étaient (un peu plus) virils et élégants, et les femmes (un peu plus) féminines et sûres de leur charme. Et ce que j'apprécie par dessus tout : où leur peau dénudée n'était pas entachée de disgracieux tatouages. Regardez les dessins ci-dessous, et que celui qui n'est pas émoustillé me jette le premier escarpin...


robert2.jpg

mcginnis2.jpg

 

mcginnis3.jpg

 

mcginnis7.jpg

robert.jpg

 

mcginnis4.jpg

 

mcginnis5.jpg

 

mcginnis6

 

Pour terminer, quelques extraits d'un DVD sur ce talentueux illustrateur, "Painting the last rose of summer" : 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Cinéma et TV
commenter cet article

commentaires

jeremy 24/02/2012 09:48


Aie aie aie!! je garde mon escarpin!

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière