Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 07:09

Eleve Moinet 2 Par l'élève Moinet

 

Ah, les questions qui tuent. C’est quoi votre définition du bonheur ? C’est quoi la première chose que vous regardez chez une fille ? Je lirai ça toute ma vie. Ma définition du bonheur ? Un illustré.  La première chose que je regarde chez lui ? Son dos, collec oblige. Son plat verso, son quatrième de couverture, son quatrième plat comme dit le BDM, son backcover comme dit le Jeune Albert. Désolé, mais pour moi le derrière du devant, c’est le dos, comme chez une fille. Le dos, c’est le côté et l’autre côté c’est la tranche. J’espère que vous me suivez. Alors, belges, cartonnés et disparus, il ne reste plus qu’à aller les voir de plus près ces dos-là. Ces dos-ci aussi. Après une telle introduction laborieuse, je vous les dois. Des dos dus. Deux paires dos dus ? Non, trois. Ceux de Michel, Ric et Dan, tiercé dans l’ordre, comme disait Guy Lux, entre 64 et 72. Dos qui chaque fois me font le même effet, jusqu’au fatidique : c’est combien ?


lombard 4

 

Commençons par celui du champion, notre Michel Vaillant national. Analysons-le scrupuleusement si vous le voulez bien. Que voyons-nous ? Les personnages récurrents de la série, harmonieusement disposés de droite à gauche et de haut en bas, réunis dans une ambiance internationale et estivale. Une petite brise bien agréable refroidit les têtes et fait flotter les drapeaux.

- Monsieur Vaillant dit "le père". Il est fier. Il est responsable. Il est élégant. Il est habillé sportwear. Dommage qu’il ait "tombé" la cravate. Cravate et blouson sont un bon compromis. Friday wear peut-être. Le voilà dans son rôle - oh combien en a-t-il ? - de panneauteur, son pouce de la main droite enserrant,  tel une pince inflexible, le prestigieux panneau siglé. A cœur Vaillant, rien d’impossible ! Le défi est grand. Le pilote, sans visage, le circuit de la peur,  le père vert. Bon pied, bon œil.  Les casse-cou…? Le père sévère.

- Jean Pierre Vaillant dit "la tête". Il est concentré. Il est soucieux. Nous sommes en pleine guerre froide. Son regard est fixé sur le bout de la ligne droite. Il la scrute. "Bon sang, mais que font-ils ?"  Il tient un objet dans sa main droite. Ce n’est pas une grenade à main, ou un macaron de chez Ladurée. C’est un chronomètre avec lequel il va chronométrer des performances au dixième de seconde près ! La cheville est souple, le pied droit est fléchi, il est en appui. Prêt à bondir dans l’action.

- Agnès est souriante, elle est proche de son roturier de mari. Elle semble perdue dans ses pensées. Chiffons sans doute. Elle porte une petite robe très fifties, toute simple et des lunettes de soleil qu’elle vient de retirer, par simplicité. Pas de bijoux, toute simple, Agnès. C’est l’atout charme de la série.

- Michel dit "le champion". Avec Steve, ils sont inséparables ces deux là ! Les deux garçons posent dans une attitude gay friendly. Les ventres sont plats, les muscles saillants (les biceps !), les épaules larges, les mâchoires prognathes, les regards francs. Ils sont déterminés. La force tranquille, quoi. Les cheveux sont courts et les nuques hautes. Deux mèches rebelles et un sourire en coin font de Michel notre complice. Tous portent un signe distinctif. Qui un brassard, qui un insigne. Sauf Steve, bien sûr, rebelle au grand cœur.

- Joseph dit "le fidèle". L’homme de l’ombre, le bouffeur de radis*. Il est bougon. Il sait que ses pages sont comptées, Il est en retrait. la retraite du retraité approche. "Place aux jeunes !" se dit-il. Il est soucieux. "Ai-je bien cotisé 37 ans et demi ?"


lombard 3

 

Passons si vous le voulez bien à celui du célèbre reporter à mèche du journal Tintin. Pas le héros éponyme, mais le journaliste-investigateur, Ric Hochet. Analysons-le sans concessions si vous le voulez bien. Que voyons-nous ?  Un Alix, période "La griffe noire", heureusement rhabillé pour l’occasion. Pas très discret de mener une enquête en toge en 1962. Regardez-le, goguenard, dans sa veste de sergé écossais moucheté, appelé plus communément tweed, dans son polo et dans son pantalon ton sur ton taille haute et dans une attitude à la Claude François, (le chanteur yéyé) lançant à la cantonade "Belles belles belles comme le jour, belles belles belles comme l’amour". A croire que l’aventure commence enfin pour lui, parce qu’il n’en a pas trouvé beaucoup des belles belles belles comme l’amour, belles belles belles comme le jour au Havre ou à Porquerolles. Ah non. La grosse trace de doigts derrière lui ? Il s’en fout. Le photograveur n’avait qu’à pas être un gros dégueulasse. A moins que… et si c’était un indice ?


lombard 2

 

Finissons par celui du gonfleur d’hélices, du Buck Danny du journal Tintin, du Tanguy sans son Laverdure (mais avec son petit Coquin), le major Cooper, l’héroïque major Cooper, pilote d’art et d’essai de la RACF, bien avant que le regretté Major (Dale) Cooper de Twin Peaks ne se perde chez une Desperate housewife. Les desperate housewives, Dan ? Il n’en a que foutre. Regardez-le, dans une attitude à la Y’a bon Banania prêt à partir en mission dans un état second. Mais qu’est-ce que c’est que cette familiarité, ce ton péremptoire ? Depuis quand tutoie-t-on tout le monde ? Et ce rencard fallacieux, "je t’attends la-haut", sans accent sur le "a" (il faudra attendre la première édition chez Dargaud en 76 pour le voir arriver)  Hum, à croire qu’un facétieux mécano lui a déréglé son arrivée d’oxygène. "Achète vite l’album". Comme par hasard. Non, monsieur Cooper, les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Pas étonnant que tout le monde se soit ruiné en Pifises (Artemia salina) et Pifitos (pois sauteurs) à l’époque. Pour nous quitter, avant de prendre de mauvaises manières, notons que l’album doublement conseillé est entouré d’un joli rond, très pop’art, très Liechtenstein, très Courrèges. Un peu comme dans ce site, tiens. Mais ici ça ne vole pas très haut et tout est gratuit et personne ne nous lit. A propos de lit, il est temps de faire dodo. Dos dos, pardon. Hum, c’est pas près de s’arranger.

* voir "La trahison de Steve Warson".


lombard-1.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by GoudurixYZ - dans BD et littérature
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière