Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 12:03
Par GoudurixYZ

peter-cushing.jpgIl y a des signes qui ne trompent pas. Dans La nuit de la grande chaleur - Terence Fisher, 1967 - (non, rien à  voir avec un film de Gérard Kikoïne avec Marilyn Jess) quand Christopher Lee, de guerre lasse, lance un pathétique "Il est minuit et la température vient encore de monter : 42°C.  A ce rythme-là, nous serons morts demain matin",  le seul qui garde veste, cravate et flegme, c’est lui : Peter Cushing. Ce jour-là, cette nuit-là, pardon, en plein record d’audimat, il gagne ses galons de gentleman. De gentleman de l’effroi. Hé oui, c’est souvent dans ces petits matches que se gagnent les titres. Gentleman de l’effroi, voila un titre honorifique. Que peut-on rêver de mieux ? Cela vous pose un homme et ça vous décompose des générations de spectateurs agrippés dans la pénombre à leurs accoudoirs.
Mais qui étaient donc cette ligue des gentlemen extraordinaires qui ont choisi le côté obscur de la force ? La ligue 1 de la série B. Ou la ligue 1 de la ligue 2, si vous préférez.
- Boris Karloff ? Mouais.
- Bela Lugosi ? Le prince des ténèbres. Ah, ça, dormir dans un cercueil ça vous (re)pose un homme. Pour l’éternité.
- Lon Chaney ? Non, trop rustre. C’est comme si Gérard Depardieu défilait pour Jean-Paul Gaultier un soir de pleine lune.
- Basil Rathborne ? Le Sherlock Holmes ? Pourquoi pas. Mais nous sommes à Fury Magazine. Le magazine de l’homme moderne, ne l’oublions pas.
- Vincent Price ? Le désosseur de cadavres  (1960), Le grand inquisiteur (1968), L’abominable Docteur Phibes (1971), c’est lui. Malheureusement on le retrouvera, en pleine traversée du désert, en passager de La croisière s’amuse. Un comble ! Heureusement, Tim Burton lui offrira la rédemption dans Edward aux mains d’argent. Quand même.
- Christopher Lee ? Pouvait-on être Beatles ou Stones ? Oui. Christopher Lee ou Peter Cushing ? Non. Pas plus que Stone ou Charden ou Sheila ou Ringo. Qui prenait son billet pour Dracula ou Frankenstein ou la Momie, savait que l’un n’allait pas sans l’autre. Un peu comme Bataille et Fontaine ou Poiret et Serrault. Malheureusement, Christopher Lee  privilégia la quantité à la qualité et explosa le record du nombre de films tournés. Foi (dans le dos) de Guinness book. S’il n’en reste qu’un ce sera son rôle dans Les vierges de Satan (1967) (non, Marylin Jess n’a pas tourné dedans non plus). Hiératique, charismatique, déterminé, tout en rigueur et en tenue, Christopher Lee (rien à voir avec Bruce) n’a pas fait les choses à moitié. Quand on pense qu’Elton John a été anobli, qu’attend la Reine pour réparer cette injustice ? Et lui faire perdre à tout jamais son côté… Je ne sais pas… Contrôleur des impôts, peut-être.
Bonjour, je suis envoyé par l’administration fiscale pour procéder à la vérification des comptes de Fury Magazine.
Patron ? On n’est pas dans la merde.
Goudurix, si tu  te documentais plutôt tu saurais qu’il a été anobli par la reine en 2001 et qu’on peut continuer tranquilles.
Ah ? Vous êtes sûr ?

peter-cushing-2.jpg

- Peter Cushing ? A tout saigneur, tout honneur. L’ennemi juré de Dracula, c’est lui. Celui qui donne ses lettres de noblesse à la Hammer, c’est lui. Frankenstein en couleurs, c’est lui aussi. Le baron, pas le monstre. Sans lui, Richard O’Brien serait-il devenu Riff Raff dans
Rocky horror picture show ?  Charles Gray, le Blofeld des Diamants sont éternels ? - d’ailleurs M le maudit - aurait-il donné à des générations de chères têtes blondes l’envie de devenir criminologiste ? Bien sûr que non. "Alors mon petit, que voudras-tu faire plus tard ?" "Criminologiste comme dans Rocky horror picture show" "Quoi ? Fous-moi le camp dans ta chambre. Tu devrais avoir honte". Preuve qu’élégance rime avec prestance et qu’un tel regard magnétique n’a pas été perdu pour tout le monde.
Mais c’est surtout son Sherlock Holmes dans Le chien des Baskerville (1959) qui décrochera le pompon (qu’avait-il pris pour être dans un état pareil ? J’en veux deux boîtes). Malheureusement, faute d’hémoglobine au litre, ce film ratera son coup auprès du public et le personnage ne fut jamais franchisé. Noblesse envolée. Particule (élémentaire, mon cher Watson) oubliée.  Qu’est ce qu’il leur fallait ! Drôle d’époque…Peter Cushing restera donc comme celui qui faisait frémir. Quelle sensation ce doit être que de faire frémir. Il faudrait que j’essaie d’essayer un jour... Comme nous ne devons plus être que deux ou trois, permettez-moi une confidence. Lui et moi avions un point commun : nous étions tous les deux amoureux de madame Peel. Et oui.

Partager cet article

Repost 0
Published by GoudurixYZ - dans Cinéma et TV
commenter cet article

commentaires

Hong Kong Fou-Fou 25/01/2010 15:07


Voilà pourquoi il peut garder sa veste dans "La nuit de la grande chaleur"... Hmm, hmm...


goudurix 25/01/2010 14:34


Cela va sans dire mais cela va mieux en le disant : Le méchant et l'amoureux transit...


Hong Kong Fou-Fou 25/01/2010 14:05


Christopher Lee n'a pas besoin d'être annobli : selon ses propres dires, il a parmi ses ancêtres rien moins que notre bon empereur Charlemagne...
Sinon, mon cher Goudurix, tu cites dans ton article Mme Peel, tu aurais pu préciser que Peter Cushing et Christopher Lee avaient tous les deux joué le rôle du méchant dans un épisode des Avengers :
"Le retour des Cybernautes" pour Cushing et "Interférences" pour Lee.


Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière