Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 06:59
Par Hong Kong Fou-Fou
les-louchetracs.jpg

Pas de méprise, pas d'embrouille : derrière ce titre sybillin ne se cache pas le dernier roman pour enfants de Luc Besson, destiné à les préparer à un avenir cinématographique sombre fait de productions à la Yamakasi, Wasabi, Taxi et autres Banlieue 13.

Non, il s'agit d'un livre sur le Milieu parisien (c'est marrant, d'ailleurs, de parler de Milieu pour des gens qui vivent plutôt en marge de la société, non ?), écrit dans les années 60 par un truand qui a découvert la littérature en prison. Le bouquin, initialement paru en 1969 dans la Série Noire, vient d'être réédité.
L'auteur, c'est Jean Mariolle. Pas de chance, à une lettre près, il s'appelait Marielle, il avait une voix profonde et grave, il emballait les gonzesses en peignoir de soie violette. Au lieu de ça, le pauvre se traîne un nom qui le dispense d'avoir un surnom. On a dû bien se payer sa fiole à l'hôtel des gros verrous !
Tous les truands rêvent du gros coup qui leur permettra de finir leurs jours au soleil. Pour Mariolle, c'est réussi, il l'a eue, sa place au soleil : il est mort à 86 ans, lors de la canicule de 2003.
Bon, soyons francs, son roman n'a pas de quoi faire frétiller d'excitation un critique littéraire, on n'en proposera pas des extraits à la dictée de Pivot, mais il ravira les fans des dialogues fleuris à la Michel Audiard, il mérite un 20/20 dans l'Argot & Millau. Il comblera les nostalgiques du Paris des années 60, avec ses tubes Citroën, ses pissotières, ses vendeurs de journaux, son café crème au bar-tabac du coin en feuilletant France Soir. En lisant le bouquin, on pense à des films comme "Mélodie en sous-sol", "La métamorphose des cloportes", "Ho !" (quand même, un truand qui tombe à cause de sa passion des cravates, ça c'est classe !), et tant d'autres. On se prend à imaginer pour une improbable adaptation cinématographique un casting de rêve, quoique difficile à réunir, il y en a beaucoup qui pointent aux trépassés : Gabin dans le rôle du Vieux, Delon dans celui de Max, Ventura ferait un Serge parfait, et Constantin se glisserait sans problème dans les pompes de Pierrot. Sans oublier un petit rôle pour les éternels seconds couteaux, les André Pousse, Jess Hahn, Venantino Venantini, Robert Dalban, on pourrait en remplir un bottin.

Allez, quelques morceaux choisis valent mieux qu'une longue bafouille :


Réveillée de bonne heure, elle s'était astiquée à l'Eau de Cologne. Son déshabillé transparent ressemblait à une invitation au viol. Vingt-deux berges, blonde, yeux bleus, élancée, Mado avait ce qu'il fallait dans le corsage. Elle inspirait des idées n'ayant aucun rapport avec la théologie.
Lorsque Max pénétra dans le gourbi, un paquet de viande parfumée lui dégringola sur les bras. Le baiser qu'ils échangèrent aurait fait exploser un thermomètre.

Pierrot avait un jour proposé de fourguer un cadavre aux cochons. Affamés, ces bestiaux dévorent tout, même les os. Il suffirait de broyer un peu le crâne du mort avec un marteau pour leur faciliter la digestion.
L'idée emballa le Vieux. Il envisagea un instant d'installer un élevage dans l'Yonne. Il exigerait une brique par cadavre, transport compris. En outre, à ce régime, ses cochons engraisseraient, pèseraient davantage et, par voie de conséquence, se vendraient plus cher.
Les crabes pouvaient aussi servir de cercueils vivants... Mais c'est plutôt coton d'élever des crabes dans l'Yonne. De plus, ils mangeaient beaucoup moins qu'un cochon. Pour ingurgiter un cadavre, il leur faudrait dix épisodes. Non, non, il fallait des tubes digestifs mieux rodés. Ah ! si on avait eu des requins ! Alors, là, pas plus tôt mort, pas plus tôt enterré ! Et puis, avec les requins, le cadavre voyage, même occis le mec voit du pays.

Une autre aborda un petit mec taillé dans une allumette, un vrai poids duvet. Il eut pu danser la java sur une pièce montée sans risquer d'écrouler la crème. Ca n'avait pas l'air de marcher. L'avorton marchandait avec la pute, prêchait pour la baisse des prix, pour la copulation en solde. En tout cas, il ne dut pas être trop poli, car la frangine, une rousse pas dégueulasse, se mit en rifle après lui :
- Si t'es pas content, c'est du kif ! Fais-toi baiser par les Indiens, tu auras des enfants à plumes ! Un rabais ? non mais !... Et d'abord, lorsqu'on a une gueule comme la tienne, on y met un froc, c'est plus décent !

- (...) Qui c'est ton baveux, toi ?
- Maître Fombonez.
- Pas possible, rigola Pierrot, Fombonez ? Celui-là, il marche à voile et à vapeur. C'est le plus vaseline du Palais.
- D'accord, c'est un pédé... mais il a des relations.
- Des relations ? Oh, pour avoir de relations il doit en avoir ! Des relations sexuelles entre autres ! Les pédérastes sont les Francs-Maçons de l'oignon, ça t'avancera pas, à moins que tu t'y mettes ?
- Ca va pas, non ?
Recommençant à débloquer, Pierrot raconta un souvenir déjà ancien.
- J'avais un ami, ici, à la Santé. Il m'envoie voir son débardot, un pédé notoire. Je m'apporte chez ce zèbre. Je sonne. La secrétaire m'ouvre : "C'est pour le Maître ?" me dit-elle. "Non, que je réponds, c'est pour le voir, je suis pas de la confrérie."

Les Louchetracs, par Jean Mariolle.
236 pages. Editions La manufacture de livres, 2009.


Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans BD et littérature
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière