Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 18:14

Par GoudurixYZ

 

theodore-poussin.jpgJ’ai vu deux fois mon grand-père. La première, j’avais 10 ans, il ne savait pas qui j’étais. Et la seconde. J’ai appris récemment qu’il était supporter du Red Star et qu’il avait un portrait de Staline punaisé dans le placard de sa cuisine. A l’intérieur, prudence. Je ne sais pas pourquoi, mais j’en éprouve une certaine fierté. Il s’appelait Charles. Comme Charles Steene à une époque où les pères ressemblaient à des grands-pères, espérance de vie oblige. Moi, c’est Thierry. Le Théodore de l’après-guerre. Théodore comme Théodore-Charles le Coq, le Théodore Poussin du livre, ou comment passer du coq à l’âne, ou de l’âne au coq en l’occurrence. Mais oui, Théodore Poussin, le jeune employé aux écritures du port de Dunkerque qui s’embarque à 25 ans sur le Cap Padaran pour tenter la grande aventure comme Marius Olivier s’embarque à 22 ans sur la Malaisie pour tenter la grande aventure. Eh oui, en voilà deux qui sans le savoir n’ont pas résisté au même moment à l’appel de la mer. Marseille et Dunkerque, c’est toujours les meilleurs qui s’en vont. 80 ans plus tard, si Marius avait été fonctionnaire, il se serait retrouvé muté du côté de Dunkerque et on n’en aurait pas fait toute une histoire. Tout juste un film tellement poignant et bouleversant sur les ch’tis et vous seriez déjà en train de faire autre chose. Arrêtons donc de faire le Yoyo (contre la lune noire) entre Dunkerque et Marseille pour cause de mal de mer.

Hier soir, je me suis tapé pour la quinzième fois Marius sur Paris Première. Marseille sur Paris Première, un comble. J’avais le choix avec les Bidasses au régiment su W9 et les Charlots font l’Espagne sur Virgin 17. Je me suis dépêché pour être à l’heure, il n’y a que les 5 premières minutes que je ne connaisse pas par cœur. J’adore Charpin, Maitre Panisse. C’est peut-être mon acteur préféré. (Avec Tim Curry dans Rocky Horror Picture Show.) Mais peu importe. J’aime bien Poussin. Théodore Poussin. J’en ai lu un après avoir vu l’autre. J’en ai relu un après avoir revu l’autre.

Arrivé à ce stade, je tiens à prévenir les moins nostalgiques, la suite ne présente pas un grand intérêt et n’a pour but que de me lamenter sur l’inanité de l’existence en alignant les lieux communs à l’intention des plus âgés d’entre nous.

La semaine prochaine, je pars en Malaisie, comme celle qui a emmené l’un et où est parti l’autre. Pas comme Marius, avec femme et enfant. Pas comme Théodore, avec billet retour. M’est d’avis qu’on ne va pas passer Marius dans l’avion. Si je n’avais pas peur de l’excédent de bagages, j’emporterais l’intégrale de Théodore Poussin. Pavé à l’intention de… de qui d’ailleurs ? De ceux qui ne connaissent pas et qui en veulent quatre d’un coup ? De ceux qui ?... Euh. Mais à l’intégrale, nul n’est tenu. Seul avantage de ce genre d’enterrement de première classe, les bonus, comme pour un vulgaire DVD. Les voilà, dans le rayon de la FNAC au chaud sous leur décevante de couverture, éparpillés dans les volumes à venir. C’est à se demander si Franck Le Gall est au courant que ce livre est sorti. Je ne me demande même pas s’il est au courant que j’aimerais bien lire un Théodore Poussin. Qu’on aimerait bien lire un Théodore Poussin (on est deux). Le numéro 13 par exemple... On devait le retrouver pendant la guerre de 40… Comme il y a autant de chance qu’il ne me lise que l’analphabète capitaine Town ne lise sa biographie, le passager porté disparu n’est pas près de réapparaître. Au point où j’en suis, je serais presque prêt à lire Théodore chez les Picaros.

Quelque chose m’a toujours laissé songeur moi qui habite une ville de province. Taille oblige, vous croisez des gens, recroisez des gens, ces gens deviennent des connaissances, ces connaissances des relations, puis des copains et un peu plus encore, vous savez ça comme moi. Un beau jour vous réalisez qu’il y en a un, qu’il y en a deux, que vous n’avez pas vu depuis des lustres. On vous aurait dit, on m’aurait dit qu’ils ont raté un virage, on aurait mis deux jours à s’en remettre, et là, rien, presque rien. S’il existe de drôles d’endroit pour une rencontre, il n’existe pas de drôle d’endroit pour une disparition.

Mais comment oublier ses livres à coté de la cheminée ou sur l’étagère du couloir ? Impossible. Impossible de m’y faire. De m’y faire que Théodore Poussin et Victor, Phil, Jean et Isaac soient aux abonnés absents.

Marius, Theodore : 3 films + 12 livres = 15 moyens de quitter la réalité et de ne pas penser à soi. Il paraît que c’est la fin qui justifie les moyens. Allez, tous les moyens sont bons, je vais quand même regarder le catalogue Dupuis ou emporter Les aventures de la fin de l’épisode. Oui, je crois que je vais faire ça.


Théodore Poussin, l’intégrale tome 1

 

Partager cet article

Repost 0
Published by GoudurixYZ - dans BD et littérature
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière