Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 07:26

Par Oddjob

 

berlin-1.jpg

Un dimanche soir de mars 2011.

Après un week-end fade (c’est un doux euphémisme), sans concert (Beady Eye le samedi) ni bourse de bandes dessinées (Ramonville le dimanche), je me plongeais frénétiquement dans la lecture de mon programme télé favori (qui n’est pas Télérama !), à la recherche d’une maigre consolation culturelle, espérant y trouver un bon petit film. Mais il y a belle lurette, malheureusement, que je ne compte plus m’installer devant le (trop) fameux film du dimanche soir, celui qui, il y a quelques temps encore, vous redonnait espoir dans le 7ème Art, celui qui vous faisait oublier la reprise du lundi matin…

Bref, ce soir-là, au milieu de séries américaines sans relief, de films français pathétiques, de magazines d’investigation sans journaliste, j’hésitais entre le western et l’espionnage.

D’un côté, le dernier film tourné par Michaël Curtiz (The Adventures of Robin Hood avec Errol Flynn), The Comancheros avec un John Wayne déjà bien cabot et un Lee Marvin peu convaincant en "outlaw" allié des Comanches : très classique, pas déplaisant, certes, mais pas très emballant pour autant ! Et de l’autre, un "petit" Hitchcock, trop souvent dénigré (l’absence de Bernard Hermann au générique n’y étant pas totalement étrangère, comme me le faisait subtilement remarquer l’ami Goudurix), Torn Curtain (Le Rideau Déchiré), mettant en scène les forts séduisants Paul Newman et Julie Andrews, et surtout une ville, ou plutôt deux… Berlin.

Il n’a échappé à aucun de nos fidèles lecteurs que l’Allemagne ne faisait guère partie de nos terrains de jeu, son charme martial opérant difficilement sur nos esprits décalés. Certes, l’industrie automobile teutonne a produit parmi les plus belles carrosseries de nos années fétiches. Certes, l’industrie cinématographique germanique a produit l’un de ses héros les plus authentiques, l’indien Winnetou. Certes, l’industrie discographique outre-Rhin a produit l’autre plus grand groupe préféré de notre cher Goudurix, Kraftwerk… Malgré tout, rien n’y fait, notre germanophilie s’arrête un peu là.

Et pourtant, à quoi auraient ressemblés nos romans et films préférés, peuplés d’agents secrets, sans Berlin, sans un Berlin Est gris, triste, marqué encore par les vestiges en ruines de la guerre, face sombre du Berlin Ouest à l’exubérance toute occidentale.

Berlin fut ainsi, pendant près de quarante ans, le Lourdes (ou la Mecque pour ne vexer personne) de nos espions pélerins qui se devaient de s’y rendre afin d’y mener à bien leurs petites entreprises. Bien plus que le Caire, Berlin fut LE nid d’espions par excellence !

Mais évidemment pas question d’y retrouver un agent double zéro, trop occupé qu’il était à sauver le monde du côté de la Barbade, ou des Alpes suisses ! Berlin verra davantage le prolétariat de l’espionnite s’affronter. Ce n’est pas pour rien que le MI5 enverra notre cher fonctionnaire du renseignement, Harry Palmer (Michael Caine), tenter de faire passer à l’Ouest un général soviétique (plus ou moins) dissident, avant de se perdre dans les subtilités et les méandres de la double ou triple allégeance… (Funeral in Berlin).

Et que dire de la violence, plus sourde, plus glauque… bien loin du glamour des combats aquatiques bondiens. Une scène de Torn Curtain est en cela exemplaire : Paul Newman se débarrassant d’un agent de la Stasi en le gazant et le poignardant dans une misérable ferme de la banlieue berlinoise !

Mais tout a une fin. L’espionnage s’est démocratisé, il est partout et nulle part (même à la Régie Renault… Pensez, les plans de la nouvelle Mégane. Peut-on tomber plus bas ?).

L’espionnage tel que nous le fantasmions n’est plus : avec ou sans Dom Pérignon et Aston Martin, c’était d’abord l’élégance, la nonchalanche et l’humour d’un Bond, d’un Palmer, d’un Flint… que nous défendions.

Et Berlin a rejoint Londres, Bretzlburg et Szohôd (Bordurie) à notre panthéon de nos capitales "mythiques" de l’art du renseignement.


berlin-2.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Oddjob - dans Cinéma et TV
commenter cet article

commentaires

elric 19/04/2011 11:02



Il paraît qu'il faut dire "Ich Bin Berliner", sinon, c'est la même erreur que JFK dans son discours à Berlin et ça veut dire que t'es une pâtisserie.



Hong Kong Fou-Fou 15/04/2011 10:30



Très bon article mon cher Oddjob, que je vous imagine avoir tapé un soir, avec votre fidèle machine à écrire Erika, à la lueur blafarde d'une lampe de bureau, une bouteille de scotch à portée de
main, emmitouflé dans un trenchcoat (journaliste freelance, ça ne permet pas de payer le chauffage).


Par contre, vous auriez pu citer "Casino Royale" avec son Berlin Ouest gai et frivole, et son Berlin Est sombre et morose...



Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière