Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 07:18

Par Hong Kong Fou-Fou


igor Tarantino a inventé le recyclage au cinéma : bonnes idées, acteurs oubliés, musique, le plus cinéphile des réalisateurs récupère tout. Voici une petite sélection d'oeuvres plus ou moins connues qui l'ont inspiré.

 

Cercle de fer (The silent flute ou Circle of Iron, Richard Moore, 1978)

David Carradine qui joue des airs mélancoliques sur une longue flûte de bambou, ça ne vous rappelle rien ? "Kill Bill", gagné ! A l'origine, un scénario imaginé par Bruce Lee en 1969, pour un film ambitieux qui devait lui ouvrir les portes de la gloire. Steve McQueen, à qui le petit dragon donnait des leçons d'arts martiaux, était pressenti pour tenir le rôle principal. Suite à son refus, Lee s'est tourné vers un autre de ses élèves, James Coburn, qui a accepté et a participé à l'écriture du scénario. Pour différentes raisons, notamment une brouille entre Coburn et Lee, le film n'a jamais pu être tourné avant la mort de ce dernier en 1973. Le projet est ressorti des cartons en 1978, pour un résultat, comment dire, surprenant... Cord, une sorte d'Eddie Van Halen en pagne de peau, parcourt le monde pour participer à des tournois d'arts martiaux, dans le but de devenir l'élu qui doit affronter Zetan, le gardien d'un mystérieux livre (de nos jours c'est quand même plus simple, avec la Fnac ou Amazon...). Il doit surmonter différentes épreuves initiatiques pour mener à bien sa quête. Le film rassemble une pléiade d'acteurs de renom, et honnêtement, on se demande ce qu'ils font là : David Carradine, qui n'arrive pas les mains vides, puisqu'on dirait qu'il a offert aux producteurs toutes les phrases pseudo philosophiques refusées pour son maître Po dans la série "Kung Fu" ; Roddy McDowall (qui lui a dû pouvoir récupérer quelques costumes de singes  usagés après le tournage de "La planète des singes") ; et puis aussi Christopher Lee, Eli Wallach (enfin là, j'ai des doutes... Il est crédité au générique, pourtant je ne l'ai pas vu. Et je ne me suis pas endormi, juré ! En plus, il est censé incarner un homme qui vit dans un tonneau à demi rempli d'huile, pour se débarasser de la moitié inférieure de son corps et être ainsi libéré de l'emprise sur son esprit de ses parties génitales. Comment aurais-je pu râter ça ???). La grande question que le spectateur se pose en regardant le film, ce n'est pas "Quel est le secret renfermé dans le livre ?" mais plutôt "Comment les acteurs ont pu tourner ça sans éclater de rire à chaque prise ?". C'est tellement nul que sans en devient génial ! Et si derrière vous vous faites "Zardoz", avec un Sean Connery dégarni, moustachu et en Pampers, vous passerez une extraordinaire soirée de cinéma !


Les pirates du métro (The taking of Pelham One Two Three, Joseph Sargent, 1974)

Vous avez adoré "Reservoir dogs", et particulièrement la façon qu'ont les personnages de se donner du Mr. Pink, Mr. Brown, etc. ? Vous pensiez que Tarantino avait imaginé ça suite aux nombreuses parties de Cluedo qu'il a disputées avec ses copains dans sa jeunesse ? Ben non. Il a pompé cette idée géniale dans ce petit thriller sans prétention qui fleure bon les 70s. On connaissait les pirates des mers, les pirates de l'air, eh bien maintenant il y a des pirates sous terre. Quelle ambition. Comme si le métro, ce n'était déjà pas suffisamment pénible, avec les grèves, le gars qui passe dans les rames en jouant tout Balavoine à l'accordéon, le voisin dont les aisselles ne sont pas entrées en contact avec un stick déodorant depuis huit jours, etc. Donc, messieurs Bleu, Vert, Gris et un quatrième dont j'ai oublié le nom s'emparent d'un wagon de métro et menacent d'exécuter les passagers si on ne leur verse pas une rançon d'un million de dollars. Particularité amusante, les quatre bandits sont des sosies de Marcel Zanini (oui, et ils portent aussi des noms de couleur, merci de suivre). Pour les contrer, un lieutenant de la police du métro, affublé d'un gros nez et d'une cravate qui décolle la rétine. Le gros nez appartient à l'immense Walter Matthau, parfait en flic un peu désabusé. Le chef des méchants qui lui pourrissent sa journée, c'est Robert Shaw, qui incarnait le tueur popov qui voulait balancer James Bond hors d'un train (les transports en commun, déjà) dans "Bons baisers de Russie". Ma scène préférée ? Celle où les flics rassemblent la rançon, comptent les billets, assemblent les liasses, avec en fond sonore une tuerie funky, "Money montage" du compositeur David Shire. "Tu t'es jamais demandé combien de fois il faut se mouiller le pouce pour compter tous ces biffetons ?"

 

Une poignée de salopards (Quel maledetto treno blindato, Enzo G. Castellari, 1978)

Si je vous dis que le titre américain est "The inglorious bastards", vous aurez compris quel film QT en a tiré. C'est le genre de film où le scénario n'est qu'un prétexte pour aligner fusillades et explosions. L'histoire : en France, en 1944, un groupe de déserteurs américains parvient à échapper à la police militaire et tente de gagner la Suisse. En chemin, ils butent un nombre incroyable d'Allemands. Qu'est-ce que ça aurait été s'ils avaient choisi de participer activement à la guerre !

L'un de ces pourfendeurs de Teutons, c'est Fred Williamson, qui a été l'un des grands de la blaxploitation ("Le parrain de Harlem", "Casse dans la ville") avant de boucler ses valises, direction le soleil de l'Italie, pour tourner quelques films qu'il doit aujourd'hui avoir honte de montrer à ses petits-enfants. Il retrouvera un peu de dignité dans "Une nuit en enfer", aux côtés de Tarantino. Ici, son rôle consiste à abattre des vagues d'Allemands avec sa mitraillette qui se recharge toute seule, tout en mâchouillant un gros cigare. La distribution comprend aussi Michel Constantin, dans le rôle d'un membre de la Résistance, Véronique (c'est un nom de code, hein, n'allez pas l'imaginer courant dans la campagne en jupon en dentelle) et Bo Svenson, un autre acteur oublié des années 70  que ce grand sentimental de Tarantino fera tourner dans Kill Bill 2. Deux mots sur son rôle : abattre des vagues d'Allemands avec sa mitraillette qui se recharge toute seule, le regard dissimulé par ses lunettes aviateur.

L'Italien Enzo G. Castellari est un vrai touche-à-tout du cinéma : scénariste, producteur, acteur, réalisateur, monteur. Il paraît même qu'il préparait un délicieux café sur les plateaux et que sa choucroute était un régal. Sa filmographie est longue comme un spaghetto, alors forcément le pire (Les guerriers du Bronx, par exemple, avec Fred Williamson - qu'est-ce que je disais plus haut) côtoie le meilleur (Keoma, avec Franco Nero). Attention : le générique peut provoquer des lésions irréversibles de la vue. 

 

hallu-ciné3

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Cinéma et TV
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière