Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 07:18

Par le docteur Fou-Fou

 

igor"Science sans conscience n’est que ruine de l’âme". Mmouais, c’est facile de pondre de belles maximes, mais j'aimerais bien l'y voir, le Rabelais, tiens ! Etre scientifique, c’est une longue accumulation de frustrations. Tout petit déjà, à l'école, le génie en herbe, forcément bigleux et malingre, subit les railleries de ses camarades. En cours de gym, il sait peut-être calculer jusqu'à la cinquième décimale la période d'oscillations de la corde à laquelle il pendouille lamentablement, mais pour ce qui est d'y grimper, à cette corde, rien à faire. Tandis que l'australopithèque dernier de la classe y monte les doigts dans le nez, comme soulevé par les gloussements admiratifs des filles.

Plus tard à la fac, même chose. Il passe ses soirées à potasser un précis de thermodynamique statistique tandis que ses congénères moins doués révisent leur anatomie avec les Suédoises du bâtiment E de la cité universitaire. Il n'y a pas que la relativité qui est restreinte, sa vie sociale (et, par voie de conséquence, sexuelle) aussi.

Une fois bardé de diplômes, l'existence du scientifique ne s'améliore guère. Au mieux, il arrive à se trouver une femme. Mais celle-ci, lassée de partager sa vie avec un rat de laboratoire qui ne rêve que d'avoir une publication acceptée dans la revue "Nature", finira inlassablement dans les bras bronzés et musclés du jardinier. C'est la loi de la Nature, justement : le mâle Alpha se tape les femelles, le mâle Oméga se console en résolvant des équations différentielles. Et ne parlons même pas du gouvernement qui lui grignote chaque année un peu plus son budget, de sa hiérarchie qui lui fait remplir douze pages de paperasse lorsqu'il veut se commander un nouveau taille-crayon.

Alors pas étonnant que de temps en temps, l’un de ces illustres personnages en blouse blanche pète un fusible. Dans l'isolement de son laboratoire encombré de fioles, cornues et alambics, d'oscilloscopes et de bobines de Helmholtz, il va concevoir un plan, forcément machiavélique, pour se venger et prouver au monde incrédule qu'il avait raison. Il fait ça un peu pour obtenir la puissance et la gloire, aussi.

Le cinéma ne pouvait ignorer un thème aussi riche.

Voici une petite galerie de portraits de docteurs mabouls qui donnent parfois envie de crier "CNRS, SS !", de scientifiques maléfiques, de scélérats avec un doctorat, de nobélisables méprisables ou de charlatans qui font rimer thèse et foutaise. Elle est forcément très incomplète, on pourrait en remplir des pages et des pages.

  Dr-Cyclops.jpg

 

Il y a d'abord les films dans lesquels l'ego démesuré du scientifique le pousse à se mesurer au Créateur. On peut citer bien sûr toute la série des Frankenstein (personnellement j'ai une préférence pour ceux de la Hammer) ou encore L'île du docteur Moreau (The island of Dr. Moreau, Don Taylor, 1977) ou Le continent des hommes-poissons (L'isola degli uomini pesce, Sergio Martino, 1979), ce dernier étant vraisemblablement inspiré par le premier. Dans les deux cas, des naufragés atterrissent sur une île où un savant veut contrarier Darwinn. Un peu le croisement entre Koh-Lanta et la génétique, en gros. Dans les deux films, la partie séduction est assurée par deux Barbara qui ont en commun d'avoir été Bond girls, Carrera pour le premier, Bach pour le second.

Il y a ensuite les films où le savant invente un truc rigolo, quand on n'est pas soumis à ses effets en tout cas. Comme dans Docteur Cyclope ((Dr. Cyclops, Ernest B. Schoedsack, 1940) dans lequel le réalisateur de King Kong en 1933 s'intéresse à la miniaturisation (hmmmouais, passer d'une créature gigantesque à des êtres minuscules, à mon avis ses producteurs lui avaient réduit drastiquement son budget). Installé au coeur de la jungle amazonienne, le docteur Thorkel (surnommé Cyclope à cause de sa mauvaise vue, ce qui est débile, mais Docteur Taupe, ce n'était pas top, justement) mène des travaux top secrets (décidément...). Une équipe de scientifiques américains (avec l'obligatoire jolie assistante) vient troubler sa quiétude. Pas de souci, le docteur va les réduire à la taille d'un Action Man. Les malheureux vont évidemment devoir se coltiner tous les dangers que peut receler une jungle ou un pavillon de banlieue quand on mesure 25 cm de haut. Quand on pense que le film a été réalisé à l'époque où les futurs ingénieurs d'IBM qui allaient inventer le disque magnétique mangeait encore de la blédine, la qualité des effets spéciaux impose le respect.

Sur le même thème, on a bien sûr L'homme qui rétrécit (The incredible shrinking man, Jack Arnold, 1957) mais il n'a pas vraiment sa place ici, puisque le héros n'est pas un scientifique, il voit sa taille diminuer après avoir traversé un nuage radioactif (ouf, ça ne risque pas de nous arriver en France, les nuages radioactifs n'osent pas franchir nos frontières, c'est bien connu.)

Il est parfois sa propre victime, comme dans La mouche noire (The fly, Kurt Neumann, 1958), où, en voulant inventer un dispositif de téléportation, un brave physicien se retrouve avec une tête de mouche. Il demande alors à sa femme de retrouver la mouche qui doit se balader quelque part avec sa propre tête, dans l'espoir d'inverser le processus. Madame est un excellent choix, les femmes sont douées pour prendre la mouche. Il y a aussi L'homme singe (The ape man, William Beaudine, 1943) dans lequel Bela Lugosi se retrouve affublé d'une pilosité qui va le ruiner en rasoirs Bic, après une expérience qui a mal tourné. 

 

docteur jerry

 

Il y a également des comédies, comme Docteur Jerry et Mister Love (The nutty professor, Jerry Lewis, 1963) ou L'homme aux deux cerveaux (The man with two brains, Carl Reiner, 1983). Ce n'est pas compliqué, ce dernier constitue à mes yeux le film le plus drôle de l'histoire du cinéma, à égalité avec Frankenstein Junior (Young Frankenstein, Mel Brooks, 1974). Le docteur Hfuhruhurr (l'inégalable Steve Martin), spécialiste de la transplantation de cerveaux, est trompé par sa compagne (jouée par Kathleen Turner) qui lui préfère leur jardinier musclé et bronzé (qu'est-ce que je vous disais plus haut ?). Il tombe alors amoureux d'un cerveau dans un bocal, pour lequel il va partir à la recherche du corps féminin parfait. Le scénario est inspiré d'une autre histoire de savant fou, Le cerveau qui ne voulait pas mourir (The brain that would'nt die, Joseph Green, 1962). Les productions Fury Magazine préparent une suite, Le cerveau qui ne voulait pas regarder TF1.

Parfois, l'univers du savant fou se télescope avec celui de l'espionnage, comme dans Dr. No (James Bond contre  Dr. No, Terence Young, 1962) ou dans Dr. Goldfoot and the Bikini Machine (1965, Norman Taurog), et sa suite L'espion qui venait du surgelé (Le spie vengono dal semifreddo ou Dr. Goldfoot and the Girl Bombs, Mario Bava, 1966). Dans les deux films, Vincent Price incarne un scientifique bien déjanté qui cherche à inonder l'humanité avec des jolis robots aux formes avantageuses. Bon, pour être honnête, c'est un peu con, mais ça se laisse regarder.

Terminons avec le thème toujours pas éculé (non Goudurix, ce n'est pas un gros mot) de la vengeance. Dans L'abominable Docteur Phibes (The abominable Dr. Phibes, Robert Fuest, 1971), le docteur Phibes, brillant mais abominable (c'est précisé dans le titre) veut se venger de l'équipe médicale qui n'a pas été fichue de sauver sa femme adorée de la mort. Une de perdue, dix de retrouvées, il ne connaît pas, lui. Faut dire qu'il a été gravement brûlé dans un accident de voiture, alors son potentiel de séduction en a pris un coup. Il se traîne désormais un visage qui découragerait l'employée d'agence matrimoniale la plus motivée du monde. Faut dire aussi que sa femme était jouée par Caroline Munro, quand même. Bref, le docteur va nous massacrer tous ces médecins incapables, en déployant à chaque fois des trésors d'imagination inspirés des dix plaies de l'Egypte.

Bien, je vous laisse, Wally Gator est en train de se réveiller, je viens de lui greffer l'hypothalamus d'un lamantin pour diminuer son agressivité, j'espère que ça va marcher...


dr phibes

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Cinéma et TV
commenter cet article

commentaires

Mario Cavallero Jr, artiste multimédia 02/06/2011 12:40



Docteur Jerry & Mister Love m'avait marqué, je l'avais vu lors d'une rééd ???) au mitan des 80'z. j'avais 15 ans, et je cherchais également ma voie entre scientifique et riigolo de service.


 


PS : je ne sais si c'est " Il n'y a pas que la relativité qui est restreinte, sa vie sociale (et, par voie de
conséquence, sexuelle) aussi" ou "CNRS =SS !" qui m'a fait le plus compisser mes braies.



Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière