Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 06:30

oddjob logo 2 Par Oddjob

 

Nous sommes en 1961.

Le Monde libre n’a pas encore pour ange gardien cinématographique un certain agent des services secrets britanniques. L’espionnage est déjà, bien sûr, un genre prisé de la littérature et du cinéma anglo-saxons, d’Ambler à Hitchcock. Et pourtant, c’est en France que naît sur écran le modèle décalé, élégant et pour tout dire aristocratique de l’espion que nous aimons.


monocle 1

 

Ainsi démarreront les aventures de Théobald Dromard, alias le Monocle, honorable agent du 2ème Bureau. Tirées des romans (un brin plus sérieux que leurs adaptations) du grand résistant Rémy, elles seront portées à l’écran par trois fois par Georges Lautner.

Après Le Monocle Noir, suivront en 1962 L’Œil du Monocle et en 1964 Le Monocle Rit Jaune.


monocle-2.jpg

Mais pour affronter les barbouzeries de la Guerre Froide, il fallait un acteur à la hauteur des enjeux. Pas question d’un bellâtre frelaté, d’un besogneux de la gâchette, d’un acharné de l’uppercut. Rien de tout cela. Car la trouvaille fut de confier le rôle titre au hiératique Paul Meurisse. Le Monocle tenait là une incarnation impeccable : un brin vieille France, mais finalement très stylé et distingué, homme de théâtre flegmatique au visage sérieux, voire grave, et surtout à la voix profonde et sûre !

Bref, le gentleman « à la française » est né !

Car pour notre agent, pas question de violence brutale, de corps à corps sanglants, bref d’exercice sportif totalement futile. Il laisse les basses œuvres à ses hommes de main. En effet, il n’agit jamais seul et sera tour à tour épaulé dans sa défense des intérêts de la République, par l’Adjudant Trochu (Jacques Marin), Archiloque (joué par l’ancien catcheur Henri Cogan), ou encore le Sergent Poussin (interprété par Robert Dalban).

Mais surtout, à personnage exceptionnel, missions hors du commun, et notre agent d’être sur tous les fronts : de nostalgiques nazis tentent une ultime résurrection de feu le IIIème Reich au cours d’une réunion secrète au sinistre château de Villemaur ; une partie de chasse au trésor de guerre allemand, non pas au fond d’un lac autrichien, mais au large de la Corse, attirent de joyeux agents anglais et soviétiques ; une terrible secte basée à Hong Kong s’en prend à la dissuasion nucléaire française !

Heureusement ces péripéties échevelées, teintées d’humour noir et de cynisme bon teint ne sombreront jamais dans le pastiche facile, la parodie graveleuse. Certes le monde de l’espionnite aigüe y sera mis à mal, mais avec un sens de l’humour et dans une atmosphère « à l’anglaise ». A mille lieues de la vulgarité crasse de l’OSS 117 version Dujardin, parfait exemple malheureux de comédie d’espionnage franchouillarde et bas du front…

Et les productions de s’étoffer à chaque épisode, jusqu’à convoquer sur Le Monocle Rit Jaune Michel Magne à la bande originale et à afficher Edward Globe Trotter Meeks (en officier de sa Gracieuse Majesté) et surtout Barbara Steele (la trop fameuse Reine Martyre du cinéma gothique !). Meurisse en perdra, d’ailleurs, son flegme. Jugeant ainsi indigne de donner la réplique à une actrice d’un genre aussi peu noble (à ses yeux) que le fantastique, il eut à son égard, tout au long du tournage, une attitude fort peu digne d’un gentleman.


monocle-5.jpg

Alors, évidemment, notre confrère, le pointilleux Elève Moinet nous rétorquera que Meurisse n’a jamais été aussi épatant que chez Clouzot, en directeur tyran dans Les Diaboliques (et pour cause !).

Mais ne gâchons pas notre plaisir, car après lui, l’espionnage français ne sera plus qu’une affaire de fonctionnaire patenté.


meurisse.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Oddjob - dans Cinéma et TV
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière