Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 12:47

Par Oddjob

  jerry spring

 

Après avoir défendu dans ces colonnes le dernier album de Darwynn Cooke (devenu le livre de chevet de toute la rédaction de Fury Magazine, Goudurix compris) et après avoir rappelé aux jeunes générations les grandes heures de Bernard Prince, le moment était venu pour moi de poursuivre mon entreprise de défense d’une certaine bande dessinée de qualité.

Certes… mais avec quel chef-œuvre ?

C’est alors que me revinrent les paroles de notre rédac-chef HKFF : "Après ton Bernard Prince / Alain Delon, quand est-ce que tu nous ponds un article sur Archie Cash / Charles Bronson ?".

Mouais !! J’avoue que les premiers titres de cette série B d’aventures bien couillues étaient plutôt efficaces et tranchaient avec l’humour de l’hebdomadaire de Marcinelle.

Non, il fallait que je m’attaque à une grande œuvre du 9ème art. Et cette fois, je repensai à Goudurix qui m’avait conseillé de m’atteler à Jijé et son Jerry Spring (faute d’avoir réussi à me convaincre de réhabiliter Vandersteen et son Bob et Bobette…).

Aussi, profitant de la sortie chez Dupuis des deux premiers tomes de l’intégrale de Jerry Spring et de son fidèle Pancho, je me replongeai furieusement dans ses aventures galopantes. Ma joie était d’autant plus grande que le charme opérait toujours, depuis mes premières lectures il y a plus de vingt-cinq ans. Les planches en noir et blanc magnifiant davantage encore le fabuleux dessin tout en mouvement et plans audacieux de Jijé. Et même si les scénarios étaient quelques fois entendus et d’un classicisme de bon aloi, l’intérêt de cette série était ailleurs : c’était le premier western hollywoodien en version bd (il demeurera l’une des rares réussites dans le genre avec Blueberry et Comanche !). Indiens, Mexicains, outlaws, Winchester, mustang, ranch… Tous les ingrédients étaient déjà bien là.

Mais surtout, Jijé avait eu l’extrême bon goût de donner à son héros les traits de Randolph Scott.

Randolph qui ? murmure-t-on du côté des plus de nos jeunes lecteurs avides d'expérience nouvelle.

Randolph Scott, le plus beau représentant du western de série B, le magnifique looser de Ride the High Country (Coups de Feu dans la Sierra) de Sam Peckinpah.

Car, voilà, ces deux géants, Jijé et Peckinpah, représentaient chacun dans leur art respectif, le côté aventureux et romanesque du western et sa face sombre et violente.

Et l’on ne nous fera jamais choisir entre Jerry contre KKK ou La Fille du Canyon et The Wild Brunch (La Horde Sauvage) ou le trop méconnu Major Dundee.

C’est ainsi. Nous continuerons à savourer tout autant l’intervention providentielle d’un Ruby (c’est un mustang...) volant au secours de son Jerry de maître, les élucubrations de Pancho, les fiers navajos défendant la route de Coronado, qu’une charge fantastique d’une troupe hétéroclite de yankees et de confédérés contre des lanciers français en plein Mexique juariste ou le dénouement crépusculaire de la bande de Bishop / Holden et la mélancolie dans le regard de Robert Ryan…

Et que dire des autres films de Peckinpah : le polar The Get Away (Guet Apens), le road movie Convoy (Le Convoi), le film de guerre Cross of Iron (Croix de Fer) ou le film d’aventure Bring Me the Head of Alfredo Garcia (Apportez-moi la tête d’Alfredo Garcia)… De vrais westerns modernes tout à la fois réac', anarchisants, antimilitaristes, intimistes et nostalgiques…

 

Alors, chargeons notre colt navy et en selle avec nos vieux oncles Joseph et Sam !

 

peckinpah.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière