Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 07:15

Par Oddjob

  brannigan 1

 

Profitant d’un début d’été grisonnant, parfait pour des (re)découvertes cinéphiliques, voilà que l’excellente chaîne RTL9 (si, si, la dernière chaîne non payante capable de programmer des westerns, des films de guerre, des polars, cuvées 1960 à 1980, bref du bon et du lourd : d’Aldrich à Winner, en passant par Carpenter, Peckinpah ou Schaffner) eut la non moins excellente idée de diffuser un film policier de très bonne facture : Brannigan, avec dans le rôle titre John Wayne.

Oui, je sais, il est de bon ton dans les dîners en ville, dans les journaux en vue et les magazines tendance, au mieux de dénigrer John Wayne pour son côté cowboy cabot, au pire de ne voir en lui qu’un infâme réac' yankee coupable à jamais d’infâmie. Celle d’avoir réalisé The Green Berets, l’unique long métrage de propagande en faveur de l’intervention américaine au Vietnam (sur la forme, l’on objectera qu’il s’agit là d’une très honnète série B de guerre, aux scènes d’action des plus efficaces !)

Mais à Fury Magazine, nous ne sommes pas du genre à nous laisser intimider par les tenants d’un supposé bon goût, par les défenseurs d’un prêt-à-penser pernicieux.

Même lorsque notre "cher" Hunter S. Thompson ira jusqu’à prononcer ces terribles paroles : "John Wayne est le dernier symbole avarié de tout ce qui a foiré dans le rêve américain, il est notre monstre de Frankenstein (…). Wayne est l’ultime Américain, voire l’Américain final. Il bousille tout ce qu’il ne pige pas. Les ondes cérébrales du Duke sont les mêmes que celles qui parcourent le cerveau du requin-marteau, une bestiole si stupide et si vicieuse que les scientifiques ont abandonné tout espoir d’y comprendre quelque chose, et le décrivent comme un archaïsme inexplicable."

Il ne pouvait y avoir qu’un seul Duke !!

brannigan-2.jpgAinsi, en 1975, Douglas Hickox (réalisateur notamment de Zulu Dawn) entraîne l’inspecteur Branningan de Chicago à Londres afin d’organiser l’extradition d’un trafiquant américain. Evidemment, rien ne se passera comme prévu, ce dernier étant kidnappé et Wayne/Brannigan de se heurter aux méthodes flegmatiques et moins couillues de Scotland Yard !

L’intrigue ne révolutionne pas le genre, certes. Mais réalisé quatre après Dirty Harry (le trafiquant recherché est interprété par John Vernon, celui-là même qui joua le maire de Frisco chez Don Siegel), The Duke ne pouvait ne pas s’inspirer de l’inspecteur Callahan. Sans le détrôner évidemment (moumoute et cabotinage, ça n’aide pas…), Wayne s’en sort plutôt bien face au rondouillard Richard Attenborough, dans le genre rouleur de mécanique et dur-à-cuire. Il troquera cependant le fameux 44. Magnum pour un "plus modeste" Police Python 357.

Et puis, c’est surtout l’occasion de se rincer l’œil avec de magnifiques carrosseries : course-poursuite dans la City, un peu poussive (on est très loin de Bullit !) mais sympathique, entre une Ford Capri (Mister J. de HotRod66 sera content) et une Jaguar Mark II ; le tueur pourchassant Brannigan roule en Jaguar Type E (celle-ci finira dans les eaux noires de la Tamise !)

Par contre côté partenaire féminine, Wayne nous avait habitués à mieux. Angie Dickinson (gloups !) dans Rio Bravo, Elsa Martinelli (regloups !) dans Hatari, Jennifer O’Neal (reregloups !) dans Rio Lobo. Certes, Judy Geeson (future partenaire de Michael Caine dans The Eagle Has Landed) a ce petit charme d’enquêtrice du Yard, que l’on retrouvera quelques années plus tard chez Glynis Barber dans Dempsey and Makepeace. Mais on est (très) loin de la tension érotique qui fissurait quelque peu notre monolithique cowboy.

Alors, me direz-vous, pourquoi s’attarder sur ce polar, finalement mineur, dans la filmographie de John Wayne ?

Pour le charme viril et délicieusement suranné du Duke, le seul acteur à avoir tenu un seul rôle, dans les 175 fims qu’il a tournés : celui du cowboy idéaliste et idéalisé !

Et parce qu’il est toujours difficile de résister à une telle réplique : "Pas de ça, si tu ne veux pas chanter soprano !"

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Oddjob - dans Cinéma et TV
commenter cet article

commentaires

Zaitchick 06/09/2011 22:44



Bon souvenir de ce polar.


J'ai ouïe dire qu'il n'avait tourné que dans deux polars, celui-ci et Un silencieux au bout du canon, l'année précédente. Les résultats d'audience l'avaient incité à retourner au western...
J'aime beauc oup cette vision de Londres et l'esthétique générale de ce film, ainsi que la confrontation méthodes britanniques/efficacité américaine. Très sympa, à défaut d'être révolutionnaire.
(Et green Berret reste moins idiot que Rambo II.)



Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière