Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 06:58

wally gator logo oddjob logo 2 hkff logo Par Wally Gator, Oddjob et Hong Kong Fou-Fou

 

bon-tempo-juin-2014.jpg 

 

Contribution de Oddjob

Alain Goraguer : BOF Sur un arbre perché

Alors que l’indispensable collection "Ecoutez le cinéma", dirigée par Stéphane Lerouge, va s’enrichir d’ici peu d’une magnifique anthologie consacrée aux musiques de films de Louis de Funès, voici une bien jolie composition pour une œuvre mineure, certes, mais au charme doux-amer, tranchant avec les orchestrations plus pop du reste de la filmographie "defunesque".

Eugene McGuinness : Godiva

Et revoici le jeune Eugene, toujours à la fois élégant et rentre-dedans, avec ce titre annonçant un nouveau bon cru fort séduisant.

Tullycraft : How to stuff a wild bikini

Alors que l’élève Moinet m’a donné récemment le goût des Presley’s movies, voici que le toujours perspicace Neil Callatrava (jeune chien fou girondin…) m’envoie ce terrible morceau/hommage couillu à la surf music ! La vie est décidément bien faite.

Abba : Dancing queen

Non, il ne s’agit pas d’un moment d’égarement, ni d’une pose de vieux snob… Rien de tout cela ! Mais il faut assumer pleinement ses goûts (même s’ils risquent de courroucer fortement le patron et d’entraîner la moquerie facile de Wally Gator… qu’importe) : oui, cette chanson, à la mélodie imparable, est le chef d’œuvre d’Abba. Et un chef d’œuvre tout court ! 

 


 

Contribution de Wally Gator

Cher lecteur, au moment où tu vas découvrir cette sélection, je me remplirai les yeux de mes très chers lacs d’altitude où salmo tutta fario, oncorhynchus mykiss bollosa et salvelinus fontinalis m’attendent depuis 8 mois…

Damon Albarn : Mr Tembo

Pour commencer un extrait du premier album solo de Mr Blur-Gorillaz-The Good, the Bad and the Queen. C’est parfait.

Pixies : What goes boom

Eux aussi viennent de sortir un album. Dans la droite ligne de "Trompe le monde" ! Pour la petite histoire, j’ai vu une émission où le journaliste avait l’idée saugrenue de faire un match Pixies-Albarn. Quel est l’album le plus réussi ? Albarn sortirait vainqueur. Je crois que j’ai rarement vu une comparaison plus stupide. Moi, j’aime bien les deux. Et je les trouve incomparables.

Mighty Mighty : Law

Un peu de britpop, car pas de sélection sans britpop ou shoegaze !

Crocodiles : I wanna kill

Un peu de shoegaze, car pas de sélection sans shoegaze ou britpop !

Blood Red Shoes : An animal

Encore une sortie récente. Après un troisième opus décevant, Laura-Mary Carter (miam) et Steven Ansell reviennent et cette fois, c’est bien mieux !

 

 

 

Contribution de Hong Kong Fou-Fou

Une sélection qui servira de compte-rendu au festival "This is not a love song" qui s'est tenu ce (long) weekend à Nîmes. Pour l'occasion, Fury Magazine avait dépêché non pas une, non pas deux, mais bien trois personnes : l'élève Moinet, toujours fringuant et bien fringué, un sympathique sympathisant connu des initiés sous le pseudonyme d'International Batave, et votre aussi humble que dévoué serviteur. Fury Magazine a les moyens. Le festival se déroulait du jeudi au samedi mais nous ne sommes restés que le premier jour. Fury Magazine n'est pas si riche que ça, en fait. Qu'importe, le programme du jeudi était déjà bien suffisant. Le voyage à bord d'un insipide véhicule germanique s'est passé sans histoire. Nous avons tué le temps en disant du mal des absents, Wally et Oddjob en tête.  Un troupeau de chevaux cabrés a déboulé dans un rugissement de moteur, ce qui a offert un répit à Wally et Oddjob, notre discussion tournant autour des motivations qui peuvent pousser un de nos semblables à acheter une Ferrari. Nous sommes arrivés à Nîmes en début d'après-midi. Pour être honnête, la tenue d'un festival rock à Nîmes me laissait dubitatif. Pour moi, Nîmes, c'est la corrida, la féria, les chemises ouvertes sur la chaîne en or, tout ça. Bref. Fi des préjugés. Le festival se tenait à l'extérieur de la ville. Il fallait juste faire attention de ne pas se tromper à l'arrivée : si on tournait à droite, c'était le festival, si on partait à gauche, c'était le pélerinage ND de Santa Cruz... Trois scènes, une extérieure, deux intérieures, une ambiance un peu Woodstock du pauvre, avec des ateliers auxquels même le plus arriéré des baba cools aurait honte de s'inscrire : couronnes de fleurs, cerfs-volants, assemblage de jus de fruits, une conférence "Rock et amour", un mur d'expression libre, bla bla bla. Patchouli, mais presque.

Passons au vif du sujet : à 14h, Filthy Boy ont ouvert le feu. Dans le programme du festival, il est écrit qu'ils lorgnent du côté des Clash. Mmmoui... Pas vraiment quand même. Le groupe est emmené par deux jumeaux tout mous, le bassiste est assez loin d'un Paul Simonon. Plus morveux que morgueux. Il faut dire à leur décharge que nous étions trois à les regarder, collés aux barrières, le reste du (maigre) public présent étant loin derrière ou se prélassant sur les chaises longues mises à sa disposition par les gentils organisateurs. Même l'élève Moinet a craqué et est parti lire l'Equipe sur un transat (oui, il emmène l'Equipe dans les festivals rock. Certaines choses doivent se savoir). Tout ça pour dire que nos pauvres Londoniens ne devaient pas vraiment être motivés pour livrer la prestation de leur vie. En tout cas, si mon avis vous intéresse, j'ai bien aimé et je leur mettrai un bon 13/20 d'encouragement. Ensuite il y a eu Speedy Ortiz, mais j'étais à la buvette. Puis les Temples. Excellent. M'a un peu fait penser à Kula Shaker. Le chanteur s'était même maquillé avec des paillettes autour des yeux, pour faire plaisir aux organisateurs de ce Woodstock gardois. 16/20, pas moins. Direction la grande salle intérieure pour Man or Astro-Man ?  Dans l'obscurité, des sinusoïdes et des robots se sont affichés sur des écrans géants, les musiciens de la Nasa ont déboulé pour nous livrer 45 mn de surf-punk déjanté. Ils ont joué à toute berzingue, ils devaient avoir une soucoupe à prendre pour rentrer dans l'Alabama. L'Alabama ? On aime vraiment se déguiser là-bas. Sauf que les combinaisons de cosmonautes, c'est plus sympa que les robes et les cagoules du KKK. Le guitariste Star Crunch a des lunettes cul de bouteille à faire pâlir Buddy Holly, ça doit être pour résister aux différences de pression dans l'espace. Bref, ils ont 20 ans de plus mais de toute évidence toujours le même plaisir à faire du bruit. Et ça vaut largement un 15/20.  Retour en plein soleil pour Lee Ranaldo & the Dust. C'était l'heure de manger et je dois dire que leur musique était parfaite pour accompagner l'assiette de tapas bio que l'International Batave et moi avons partagée. Venait ensuite Slowdive. Quand j'entends "shoegaze", je sors le fusil mais là, je dois reconnaître que ça se laissait écouter. Je ne leur mets pas de note, je serais quand même sévère. Le clou de la soirée pour moi, c'était The Fall. Voir Mark E. Smith, croisement improbable de Popeye, Mr. Magoo et d'un inspecteur des impôts, se livrer à ses facéties habituelles (enlever un fût de batterie à son batteur imperturbable ; couper le son à son guitariste imperturbable ; pianoter n'importe comment sur le clavier de sa femme imperturbable), c'est un régal. A noter une reprise de "Strychnine", difficilement reconnaissable, quand même. Et merci à un sympathique jeune encarté RPR grâce à qui nous avons eu "Blindness" en rappel. 16/20, j'ai enlevé un point pour les quelques niveaux d'acuité auditive que j'ai perdu dans la bataille. Pour la suite, il fallait choisir entre The Brian Jonestown Massacre et Southern. J'ai fait un peu des deux. The Brian Jonestown Massacre, je connais très mal. Mais ça m'a bien plu. Ils sont huit sur scène, quand même. Dont un qui agite un tambourin. Et quatre guitaristes. C'est comme à Fury Magazine, il y en a qui ne doivent rien faire, qui se fondent dans la masse. A cause d'eux, je ne mets que 12/20. Southern, malheureusement quand je suis arrivé il ne leur restait que trois chansons à jouer. Vraiment dommage, j'ai bien accroché à leur mélange de blues et de rock énergique. 14/20, pour me faire pardonner. Il y avait encore Suuns, j'ai jeté une oreille distraite pendant 37 secondes, j'ai oublié de la ramasser et je suis parti à la buvette. Puis The Jon Spencer Blues Explosion. Avoir l'impression d'écouter 10 fois la même chanson, c'est un peu pénible. Et puis il fallait garder des forces pour le retour, pour continuer à médire de Wally et Oddjob. Rideau avant la fin de leur prestation, donc.

En conclusion, ce festival, dont c'était seulement la deuxième édition, s'est révélé être une excellente surprise. Comme j'aime bien les maths, j'ai fait un petit calcul : sur les 8 heures de musique que j'ai entendues, il y en a bien 6 où mes oreilles ont pris leur pied. Bel exploit. J'ai donc envie de dire aux organisateurs : "A l'année prochaine". Peut-être même que je m'inscrirai à l'atelier "Couronnes de fleurs".

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Musique
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière