Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 00:45

Par Hong Kong Fou-Fou

 

A Fury Magazine, on n'est pas tellement branchés politique. Déjà qu'on s'engueule pour savoir si c'est football ou rugby, Blur ou Oasis, fromage ou dessert. Alors si en plus on discute de nos opinions politiques, on n'a pas fini... N'en déplaise à François Bayrou, on n'est pas près de devenir le magazine de l'homme Mod(em), quoi. Et puis à Fury Magazine, on aime les choses stylées. Et à mon avis, style et politique, ça ne fait pas bon ménage... Si on laisse de côté leurs idées, reconnaissez qu'il n'y a pas beaucoup de mouvements, groupuscules ou militants politiques qui se sortent avec panache d'une analyse objective (objectivité, la règle d'or de la maison !) de leur style vestimentaire.


black-panthers-2-copie-1.jpg

Prenons à titre de mauvais exemple les extrêmes. A mon extrême-droite, les fachos. Les SA ou les SS d'Hitler arborent des uniformes certes impressionnants de rigueur et de propreté, mais trop guindés, trop amidonés. Pas étonnants que ceux qui les portent soient si méchants, ils sont mal à l'aise, ça gratte, ça serre aux entournures, ça énerve. Hitler aurait dû faire sien le slogan de Petit-Bateau "A quoi ça sert d’imaginer des vêtements si on peut rien faire dedans ?". Que dire également des encagoulés du Ku Klux Klan, tournant autour d'une belle croix de bois en flamme en se donnant la main et en chantant "Turlututu chapeau pointu" à tue-tête pour plaire à leur Cyclope Exalté de chef ? Je ne dirais rien des skinheads néo-nazis et de leurs treillis camouflage sable (c'est vrai qu'il y a beaucoup de déserts au fin fond de l'Auvergne) rentrés dans des paraboots 32 trous, tout justes bonnes à aller à la pêche aux moules. Ils devraient s'écouter  un bon morceau de skinhead reggae, tiens, ça leur rafraîchirait le neurone. A mon extrême-gauche, nous trouvons tout un fatras de maoïstes, anarchistes, trotskistes et autres révolutionnaires à la petite semaine. Ils ne veulent être enfermés dans aucun carcan, pourtant ils se sont imposés un uniforme : keffieh, t-shirt à l'effigie du Che, casquette Mao, sacs en bandoulière tressés au fin fond du Burkina Faso sont des éléments incontournables de leur garde-robe, s'ils veulent être crédibles lors des sittings. Surtout, ne pas faire bourgeois ! N'empêche, de temps en temps, ils feraient bien d'abandonner le petit livre rouge au profit du catalogue La Redoute. Entre ces extrêmes, le ventre mou de la politique. Prenons un jeune militant lambda, UMP ou PS, ce sont presque les mêmes. Entre 20 et 30 ans, des études sérieuses, une assiduité sans faille aux universités d'été du parti dont il défend les couleurs (tant pis si ça fiche en l'air le mois d'août dans la maison familiale sur l'île de Ré). Le pauvre est obligé de se traîner toute la journée d'inauguration en cocktail, de meeting en réunion, affublé d'une coupe de cheveux dont même Benjamin Castaldi ne voudrait pas, engoncé dans un costume sur mesure offert par sa maman pour fêter son élection au poste de sous-secrétaire de la section locale. Il joue à faire comme les grands pontes de la politique, mais on le sent un peu malheureux, on voit bien qu'il a des regrets, que de temps en temps il aimerait pouvoir enfiler un jogging et une paire de Sambas pour aller taper un foot avec ses potes. Un vieux avant l'heure, quoi.


black panthers 1


Royalistes, FLNC, OLP, Verts, talibans, syndicalistes, identitaires, sociaux-démocrates, Vietminh, Betar, Sinn Féin, Front Armé de Libération Pacifiste des Jusquauboutistes Modérés, que sais-je encore, que les idées soient bonnes ou pas, que la cause soit juste ou pas, ben désolé, mais niveau impact visuel, ça laisse à désirer. Non, vraiment, sur, allez, les 80 dernières années, les seuls qui s'en sortent bien, ce sont les Black Panthers. Leur tenue est impeccable, sobre et efficace : un col roulé noir, un blouson en cuir noir, un béret noir en équilibre précaire sur une coupe afro, des lunettes noires et un fusil à pompe noir (très important, le choix des accessoires, dans une tenue vestimentaire. Et avec un fusil à pompe, ceux qui n'aiment pas votre look hésitent à vous le dire). Bon, les membres du Black Panther Party ont l'avantage de l'époque. Le BPP est né en octobre 1966, en plein combat pour les droits civiques des Noirs américains. Avoir des gens comme Nina Simone ou Mohammed Ali pour soutenir sa cause, ça en jette un peu plus que Mireille Mathieu ou David Douillet, quand même. Sans rentrer dans les détails (si Fury Magazine était fait pour vous apprendre quelque chose, ça se saurait), le parti des Black Panthers a été créé par deux militants de la cause noire déçus par les organisations plus modérées et qui voulaient durcir un peu le ton, Huey P. Newton et Bobby Seale. Activité N°1, surveiller la police blanche, qui n'en est pas à une bavure près envers la communauté noire.

Je ne résiste pas au plaisir de vous livrer quelques extraits des règles du BPP, pour le moins contradictoires :

Article 1. Aucun membre du Parti ne doit être en possession de drogue ou d'herbe lorsqu'il travaille pour le Parti.

Article 2. Tout membre surpris en train de se droguer sera exclu du Parti.

(...)

Article 7. Aucun membre du Parti ne doit avoir d'armes en sa possession lorsqu'il est ivre ou sous l'emprise de narcotiques ou d'herbe. (Ah ben ce n'est plus interdit, alors ?)

 

Le BPP n'a eu qu'une existence éphémère. Les manipulations et les pressions du FBI, les arrestations arbitraires mais aussi les agissements de certains Panthers ont eu raison de lui et, après 1973, il n'existe pratiquement plus.

Existence éphémère, mais souvenir indélébile dans les esprits. Parce qu'il faut bien te le dire, petit militant blanc, en matière d'allure et de prestance, le Black t'enterre...

 

Impossible de finir cet article sur ce jeu de mots minable, impossible de parler des Black Panthers sans évoquer le super-héros Marvel du même nom, apparu dans un épisode des Quatre Fantastiques en juillet 1966. Quelques mois avant la création du BPP, donc. Tiens, tiens. De là à penser que c'est ce personnage qui a inspiré Seale et Newton au moment de choisir un nom pour leur mouvement, il n'y a qu'un pas, que nous franchirons allègrement (nous sommes des gens allègres, de toute façon). Ses créateurs Stan Lee et Jack Kirby l'ont franchi aussi, puiqu'il a été rebaptisé provisoirement Black Leopard, pour éviter tout amalgame. Le personnage est le symbole parfait : de son vrai nom T'challa (prénom Inch ?...), ce roi du Wakanda, un pays d'Afrique imaginaire, est le premier super-héros noir. Luke Cage, par exemple, n'arrivera qu'en 1972. 


black-panther.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière