Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 07:21

goudurix logo Par GoudurixYZ

 

domicile-conjugal.jpg

 

J’aurais tant aimé. J’aurais tant aimé raconter une histoire. Une histoire avec une vraie histoire. Une vraie histoire avec de vrais rebondissements. De vrais rebondissements avec de vrais effets. Des vrais de vrais. Une histoire avec des personnages. De vrais personnages. Bien campés. Antagonistes. Avec des situations incongrues. Pour mettre les uns dans les autres. Avec une chute finale. Une histoire. Une vraie. Sans répétitions. Une histoire à découvrir de toute urgence. Une histoire de toute beauté. Une histoire belle comme un coucher de soleil un soir d’hiver. Tant qu’à faire. Une histoire à consommer sans modération. Une histoire finement ciselée, écrite par une plume acérée.  Bon, pour cela il faudrait que je range mon Bic 4 couleurs. A moins que je rajoute deux ou trois vannes ? Pour que ça devienne une histoire hilarante. Une histoire jubilatoire. A hurler de rire. A condition que je les trouve… C’est l’histoire de Pifou qui rencontre Hercule et il lui fait glop glop… Hum. Ou alors, je pourrais y mettre des sentiments. Raconter tout haut ce qu’ils pensent tout bas. Les personnages. Leurs joies, leurs peines. Une histoire gorgée de mélancolie. Un concentré d’émotion pure. Il faudrait que j’en mette beaucoup alors. Pourquoi pas les deux ? Sentiments et bonne rigolade. Une histoire qui se joue des étiquettes. Un feu d’artifice tour à tour grave et léger. Avec un peu d’exotisme. Un aller simple pour la rêverie avec embarquement immédiat. Ouais, mais je serais pas sûr de revenir. Plutôt une histoire qui se passe dans l’ouest américain  il y a quelque temps. Un western. Oui, mais joliment troussé. Un western moderne. Crépusculaire. C’est pas ça qui me réveillerait. Ou un thriller. Palpitant. Haletant ou rien. A flux tendu à la limite. Avec un compte à rebours insoutenable avec les personnages qui doivent s’en sortir. Mais je crois que je me stresserais moi-même. Ca me rappellerait trop France/Bulgarie et Kostadinov en 93. Pourquoi pas une histoire en prise directe avec l’actualité ? Pour ouvrir des réflexions à partir de thématiques ultra contemporaines. Réflexion ? Faudrait que je réfléchisse. Pourquoi pas plutôt une histoire qui se joue à merveille des conventions sociales ? Pour payer mon loyer, tiens… Mais le tapé dans le mille, la haute couture de la littérature, c’est une histoire ne cédant jamais à un nihilisme surfait. Un nihilisme surfait… C’est mon truc, ça. A moins que ce ne soit un nihilisme sulfureux ? Pas facile de se décider. Ou bien de l’ironie tranchante ? Ou de l’ironie mordante ? Pourquoi pas les deux, pour être sûr. Ecrite dans un millénaire déclinant. Ah, il aurait fallu que je m’y mette il y a quinze ans, du moins j’espère, parce que sinon, ça va être un peu long. Un récit, heu, une histoire, pardon, hypnotique, addictive, suave et toxique comme une fleur carnivore. Ouais ! Une histoire où je brouille les pistes à merveille entre le réel et la représentation et parviens à entretenir l’ambigüité propre à l’adolescence, âge trouble par excellence. Brouiller à merveille l’âge trouble. C’est pas très clair. Non, ce que je veux vraiment, je voudrais vraiment, pardon c’est plonger le lecteur dans un abîme d’adoration et de perplexité.  Plonger dans un abîme… Comme dans "Par où t'es rentré on t’a pas vu sortir". Je me bouche le nez et je prends mon souffle… Pour être… Pour être visionnaire malgré lui. Heu, malgré moi. Victime de ses qualités, de mes qualités. Ca doit être vraiment bien. "Chéri, je suis vraiment désolé…"

Je ne sais pas pourquoi mais j’ai envie de regarder la télé tout d’un coup. "N’oubliez pas les paroles" sur la deux. Ou alors "Une famille en or" sur la une. C’est à quelle heure ? Où il est mon Télérama ? Ah, c’est vrai, j’avais pas assez d’argent. Tant mieux, je vais acheter Télé star. En tout cas, c’est promis, je ne lirai plus jamais les catalogues de la FNAC, ni les Inrockuptibles.

Partager cet article

Repost 0
Published by GoudurixYZ - dans BD et littérature
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière