Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 06:47

oddjob logo 2 Par Oddjob

  apocalypse.jpg

 

Route US 90, reliant Biloxi à la Nouvelle Orléans, le 29 juin 1967, Jayne Mansfield décède dans un accident de la route à bord de sa Buick Electra 225, bleu métallisé, modèle 66.

Cannes, le 24 mai 1979. Le jury, présidé par Françoise Sagan, décide de décerner deux Palmes d’Or, ex-æquo : l’une à Die Blechtrommel (Le Tambour) de Volker Schlöndorff, l’autre à Apocalypse Now de Francis Ford Coppola. Il va sans dire qu’entre une adaptation teutone d’un roman non moins teuton de Günter Grass (Dantzig, des Polonais, des Allemands, une guerre, des adultes dans leur lâcheté la plus crasse…) et la transposition en plein conflit vietnamien d’Au Cœur des Ténèbres de Joseph Conrad (par John "Conan" Milius), notre cœur ne balance pas une seule seconde.

Mais quel rapport, me direz-vous, entre le décès d’une movie star "devenue une attraction foraine" (selon Simon Liberati qui en fait l’héroïne ténébreuse de son dernier roman Jane Mansfield 1967) et cette apocalypse, film de guerre ultime, indépassable et indépassé, tant devant que derrière la caméra ?

L’envers et l’enfer du rêve américain, de sa bonne conscience : sa mort lente mais sûre, aussi bien dans les rizières vietnamiennes que sur les hauteurs des collines Hollywoodiennes.

Jane Mansfield, c’était du sexe (pitoyablement pathétique), des sciences occultes et du satanisme (avec le mage/gourou Anton La Vey, pape de l’Eglise de Satan et futur proche de la Manson Family), des drogues (cocaïne, dexedrine, LSD).

Et le cinéma dans tout ça ? The Girl Can’t Help it (La Blonde et Moi), Will Success spoil Rock Hunter? (La Blonde Explosive), Too Hot To Handle (La Blonde et les Nus de Soho)… Bref le cinéma de A à Z !.

Et puis tellement peroxydée qu’elle en devint chauve, ne portant désormais plus que des perruques…


jayne-mansfield.jpg

Pendant ce temps-là, loin des frasques de l’ancienne Playmate de février 1955, les GI’s cassent du Viêt-Cong et s’empêtrent dans ce "merdier" jusqu’à la flak jacket !

Revoyez la séquence d'ouverture d'A. N. (il n'y a aucun générique de début ni de fin...) et l'embrasement de la jungle au son du The End des Doors et des rotors des hélicos Et c'est toute l'Amérique dans ce qu'elle a de plus mythique et même de caricatural qui prend fin durant trois heures, sous nos yeux.

 

     - Le colonel Kurtz (Marlon Brando), figure héroïque des Bérets Verts et de l’US Army, devenu seigneur (saigneur) de guerre aux confins du Cambodge. Bref un John Wayne qui aurait pété les plombs. "Nous devons les tuer. Nous devons les incinérer. Porc après porc. Vache après vache. Village après village. Armée après armée et ils me traitent d’assassin ! Comment dit-on lorsque des assassins accusent un assassin ?"  

     - La charge des Hueys au son de la Chevauchée des Walkyries Wagnériennes, menée par un officier de cavalerie surfeur et sans cheval (Robert Duvall). "Vous sentez cette odeur ? C’est le napalm fiston, il n’y a rien d’autre au monde qui ait cette odeur-là. J’adore respirer l’odeur du napalm le matin. Une fois, ils ont bombardé une colline pendant douze heures, et après je suis allé au résultat. On a pas retrouvé le moindre cadavre de Viet, rien, pas un seul. Seulement cette odeur d’essence plein les narines sur toute la colline comme l’odeur … de la victoire."

      - La tournée Playboy censée redonner le moral aux troupes et qui finit dans la boue, et les Miss Février et Mai d’être livrées en pâture, en échange de bidon de gasoil…

 Et encore, la version de 1979 était amputée de plus d’une demi-heure (que l’on retrouvera dans la version 2001 Apocalypse Now Redux), avec notamment la célèbre séquence dans la plantation française, avec Christian Marquant, en officier jusqu’au boutiste et Aurore Clément en veuve opiomane éthérée. 

 

coppola.jpg

Derrière la caméra, Francis Ford Coppola, parti avec femme (et maîtresse) et enfants aux Philippines pour tourner de mars 1976 à mai 1977, ce chef d’œuvre qui faillit le ruiner !

Il donna alors mission à Eleanor, son épouse, de réaliser un film sur le film : cela donnera Hearts Of Darkness (Au cœur des ténèbres), qu’elle accompagnera d’un journal de bord, Apocalypse Now Journal, enfin traduit, aujourd’hui, en français, aux éditions Sonatine.

Premières lignes de ce journal : Steve McQueen adore le scénario mais refuse d’interpréter le capitaine Willard. Et ce malgré les modifications apportées au personnage… Il n’imaginait pas d’être éloigné, durant un tournage aussi long, d’Ali Mac Graw !

Ce sera donc Harvey Keitel qui sera retenu… Lui-même viré au bout d’une semaine.

Et finalement, le rôle sera confié à Martin Sheen, qu’une crise cardiaque faillit emporter (on attendait des révélations sur les excès de drogues en tout genre… mais rien ici de croustillant !)

Et puis, Marlon Brando qui se pointe sur le tournage, obèse et rasé. Un typhon qui détruit les décors. Des repas italiens gargantuesques en pleine jungle...

Au bout du compte, voici deux récits d’un monde qui n’est plus : des actrices tellement borderline et trash qu’elles en devinrent des icônes (re)belles et tragiques, et des réalisateurs mégalos, tyrans, géniaux capables d’un chef d’œuvre… sinon rien !

Partager cet article

Repost 0
Published by Oddjob - dans Cinéma et TV
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière