Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 10:15
Par Hong Kong Fou-Fou

Acte 1, scène 1

Le petit bolide bondit de virage en virage, le moteur rugissant de plaisir à chaque sollicitation du pied droit sur la pédale d'accélérateur. La promiscuité de l'habitacle fait que votre main gantée de cuir effleure le genou de votre passagère à chaque changement de rapport. La route grimpe en sinuant vers le sommet de la colline, au milieu d'un paysage sauvage de rochers et de broussailles, seulement coloré par des massifs de genêt d'un jaune éclatant. Arrivé en haut, vous garez la minuscule Lotus Seven sur le bas-côté, les larges pneus crissant sur le gravier. Vous descendez du véhicule, ajustez vos Wayfarer sur votre nez et contournez celui, plus allongé, de la voiture pour aider votre compagne à s'en extraire par la minuscule portière. Il n'est que neuf heures du matin mais déjà le soleil darde des rayons qui vont rapidement gagner en intensité. Face à vous, la Méditerranée. A l'horizon, ciel et mer se fondent dans les brumes matinales. En contrebas, des maisons d'un blanc immaculé s'agglutinent autour d'une église perchée sur une colline. Vous êtes arrivés à Cadaques, l'un des petits coins de paradis de la Costa Brava.

Acte 1, scène 3
Après une promenade dans les rues étroites et silencieuses du village, pavées d'ardoise, vous êtes installés à la terrasse de la Casa Nun, face à la mer, en train de déguster un riz noir à l'encre de seiche accompagné d'un rafraîchissant petit vin blanc de Penedés. Après chaque gorgée, le regard de votre compagne se fait un peu plus pétillant et malicieux. Un olivier centenaire au tronc massif recouvre de son ombre la place en gros galets que domine la terrasse du restaurant. Des barques de pêcheurs aux couleurs vives se balancent mollement au gré de la légère houle. Cadaques, c'est l'anti-Saint-Tropez. Ici, vulgarité et frime n'ont pas droit de cité. Ici, pas de "people" incapables de penser par eux-mêmes, qui viennent là parce que c'est là qu'il faut être vu. Ici, pas de hordes de touristes habillés comme des cacatoès daltoniens qui viennent baver sur les Dodge Viper mauve ou les Lamborghini Murcielago jaune criard (sérieusement, comment peut-on mettre autant d'argent dans des voitures aussi laides ? Dieu merci, le bon goût, ce n'est pas une question de pognon !....). Ils s'amassent sur les quais, une canette de soda ou de Kro à la main, à regarder des stars du rap ou des maffieux russes s'asperger de champagne sur le pont d'un yacht de location. Alors que Saint-Tropez est tombée dans le chiqué, Cadaques a su rester "chic", tout en gardant l'authenticité d'un petit port de pêche, niché entre mer et montagne. Et pourtant, la présence toute proche de Dali aurait pu l'attirer, le monde du show-bizz... Les Rolling Stones et leur suite, Anita Palenberg en tête, ont ainsi séjourné à Cadaques durant les Swinging Sixties. D'ailleurs, on dirait que Cadaques est restée figée 30 ou 40 ans en arrière. On ne serait pas choqué d'y croiser, confortablement installés dans des fauteuils en osier, Danny Wilde et Lord Brett Sinclair en train de se livrer à l'une de leurs célèbres joutes verbales tout en sirotant un Créole crème (avec une ou deux olives ?).


Acte 2, scène 2
Port Lligat, à quelques kilomètres de Cadaques. Une visite de la maison que Dali a occupée jusqu'en 1982 s'impose. Elle se voit de loin, avec ses énormes oeufs blancs sur le toit, qui s'élèvent au-dessus des arbres. Le peintre et son épouse Gala ont transformé un hameau de maisons de pêcheurs en une magnifique maison où se mêlent avec bonheur classicisme et excentricité. C'est avec une certaine émotion que l'on déambule dans ce labyrinthe de pièces reliées par d'innombrables couloirs et escaliers. Tout semble avoir été figé dans le temps, on s'attend vraiment à tomber nez à nez avec le maître du surréalisme, une tablette de chocolat Lanvin à la main. Vous offrez à votre compagne enamourée une escapade à bord de la barque que Dali et Gala utilisaient Le silence n'est troublé que par le clapotis de l'eau contre le bois et le piaillement bref d'une mouette qui vous survole.

Acte 3, scène 1
Après une nuit réparatrice - ou pas - à l'hôtel Port Lligat, délicieux établissement hors du temps, aux chambres blanche et bleu, et un copieux petit-déjeuner sur la terrasse inondée de soleil qui domine la baie, il est temps de se glisser dans l'habitacle d'une Seven qui piaffe d'impatience. Direction le Cap Creus, le point le plus à l'Est de la péninsule ibérique. La route qui y mène vous permet de faire admirer à votre compagne vos talents de pilote. Elle se termine au pied d'un phare très pittoresque, qui veille toujours à ce qu'aucun bateau ne vienne se fracasser sur une côte particulièrement découpée. Vous suivez à pied un étroit sentier qui serpente dans un paysage lunaire. Le vent violent incite votre compagne à se blottir contre vous. Après cette promenade vivifiante, vous vous dirigez vers le restaurant sobrement baptisé Cap Creus, installé dans les anciens bâtiments du phare, pour y apprécier les saveurs de la cuisine catalane. Mais l'heure tourne sur votre Tag Heuer Monaco, il est temps de rentrer et de mettre un terme à ce week-end qui vaut bien quinze jours de vacances...


PS : Il ne faut pas être snob, la magie de l'endroit opère même si vous remplacez la Lotus Seven par une Renault Clio, les Ray-Ban Wayfarer par un modèle de supermarché et la Tag Heuer Monaco par une Swatch. Le seul point important, en fait, c'est d'y aller avec une personne qu'on aime...

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Images et voyages
commenter cet article

commentaires

TRIVAGO-ArthurB 06/05/2008 01:01

Merci pour cette page qui nous présente si bien Cadaquès comme un "petit coin de paradis" ...c'est vrai, j'y suis allé...mais je n'ai pas pris le temps d'y flâner, j'ai vu de loin la maison de Dali et ses fameuses sculptures en forme d'oeuf :)Vos clichés me donnent bien envie d'y retourner :)pour mieux visiter cette fois...Si vous le souhaitiez pour nous les faire partager, nous sommes des férus de voyages et de découvertes, bienvenue à vous pour les poster sur notre site :)Arthur

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière