Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 06:23

Par Hong Kong Fou-Fou

 

4-ans--.jpgSoirée du samedi 5 mars 2011. Léon Zitrone commente en direct du siège du Hellfury Club, sis dans un luxueux manoir du 17ème siècle aux fins fonds de la Sologne, la réception donnée par Hong Kong Fou-Fou pour célébrer les quatre ans de Fury Magazine.

En haut des marches de l'imposante bâtisse, Michael Youn essaie vainement d'apitoyer un Wally Gator quelque peu engoncé dans son smoking, pour qu'il le laisse passer. "Souviens-toi des Onze Commandements" lui rétorque froidement ce dernier avant de lui faire avaler un DVD (édition collector) des Dix Commandements de Cecil B. DeMille. Aux pieds du monumental escalier, Cauet, inquiet, préfère ne pas tenter sa chance. Lui aussi a  reçu un carton d'évitation A ne laisser entrer sous aucun prétexte. Lui comme tant d'autres. Il préfère repartir sur Paris pour préparer sa nouvelle émission, "N'importe Cauet". En s'enfuyant, il manque se faire écraser par George Best, qui s'amuse à faire des dérapages dans le parc au volant de sa Type E, pour impressionner Miss Univers. La gueule de squale de la Jaguar passe à trois centimètres de la Rolls Royce rose de Lady Penelope, ce qui n'empêche pas un Parker imperturbable de terminer son créneau.

A l'intérieur, la fête bat son plein. Des hôtesses habillées en Catwoman circulent parmi les invités, proposant à l'envi des coupes de Dom Pérignon 1958, tandis que derrière le buffet une armada de cuisiniers asiatiques vêtus en Kato préparent avec dextérité de succulents sushi.

Sur la scène, les Clash viennent de terminer leur prestation par une reprise de "London calling" subtilement intitulée "Hong Kong calling". Auparavant, Madness a rencontré un franc succès, parvenant même à faire danser Harry Palmer sur "Michael Caine". Les Sparks, prévus pour jouer plus tard dans la soirée, ont dû renoncer après une altercation dans les loges avec les incorrigibles Gallagher, réunis pour l'occasion. Quant à Coeur de Pirate, ils ont quitté les lieux, furieux d'apprendre qu'ils devaient ouvrir pour, je cite, "ces ringards de Small Faces".

Gil Jourdan, le commissaire Juve et le lieutenant Bullit échangent quelques tuyaux en vidant des verres de scotch. Caché derrière une lourde tenture, le jeune Albert s'amuse à lancer des olives aux anchois sur l'inspecteur Harry qui, pour ne pas plomber l'ambiance (ni le jeune Albert, d'ailleurs), feint de ne rien voir et se retient de sortir son magnum 44.

Dans un coin, Goudurix note sur un petit carnet de moleskine noir des détails croustillants qui lui permettront d'alimenter sa rubrique "Si elle est dedans..." jusqu'à sa retraite. Il est d'humeur joyeuse, après avoir infligé une sévère déculottée à un Maître Capello légèrement ivre, lors d'un concours d'anagrammes fort disputé (anagramme de stupide). Il s'interrompt bientôt pour aller accueillir Honor Blackman, qui ne parvient pas à faire sortir de son esprit ce séduisant Français depuis leur rencontre fortuite à Londres.

Au bar, Lord Brett Sinclair et Danny Wilde prennent à témoin quiconque passe à portée pour demander un arbitrage dans leur sempiternelle querelle concernant la recette du Créole Crème. Ils ne s'arrêtent que quelques secondes pour laisser passer, admiratifs, une Gwen Stacy moulée dans un fourreau de soie noire, qui part embrasser John Romita Sr pour le remercier de l'avoir si bien dessinée. Ce même Romita qui se livre à une partie de Pictionnary improvisée avec Jack Kirby, Franquin et Serge Clerc. Leurs rires dérangent quelque peu Lino Ventura et la Chose qui, la mâchoire serrée, s'opposent au bras-de-fer. Benoît Brisefer attend patiemment d'affronter le vainqueur.

Dans le salon des trophées, Oddjob, toujours pragmatique, interviewe Harold Sakata, qui, certainement intimidé, ne parvient pas à prononcer le moindre mot.

John Steed et Gaston Lagaffe discutent tailleur et costume sur mesures, Liam essaie de leur refiler du "Pretty Green".

La Créature du Lac Noir, en polo Lacoste, remporte un vif succès auprès des jeunes femmes, grâce à un humour qu'on ne lui connaissait pas ("On se l'écaille ici !", "Quelle heure reptile ?" et autres traits d'esprit de bon aloi).

Joseph Durtol fait du gringue à Ursula Andress et lui propose de l'emmener en croisière à bord de sa péniche. Il est malheureusement interrompu avant de parvenir à conclure, par un Quentin Tarantino exalté qui lui propose de réaliser un biopic sur sa vie, sobrement intitulé L'homme du fucking Picardie. La scène finale verrait s'affronter sur le pont du navire une armée d'hommes-grenouilles contre une bande de ninjas, au son de Più delle valchirie d'Ennio Morricone.

Nick Fury sort fumer un cigare sur la terrasse, tout en gardant un oeil (enfin, l'oeil...) sur Ernst Stavro Blofeld, le docteur Fu Manchu et Fantomas qui, un peu à l'écart, fomentent quelque mauvais coup. Un peu blasé, Magneto amuse la galerie en tordant des petites cuillères, que s'empresse de glisser dans ses poches Miguelito Loveless.

L'Homme Invisible et la Femme Invisible jouent à cache-cache à l'étage, ce qui n'est pas du goût de Mr Fantastic, qui essaie malgré tout de se détendre.

Pour clore cette soirée très réussie, Hong Kong Fou-Fou, visiblement ému (ou simplement victime de l'une de ses crises d'allergie aux graminées), prononce un discours dans lequel il remercie tout le monde d'être venu, avant de louer le talent et le dévouement de ses fidèles collaborateurs. Frédéric Mitterand, invité par erreur, en profite pour remettre à chaque membre de la rédaction la médaille de Chevalier des Arts et des Lettres, pour "le rôle que joue Fury Magazine dans la défense d'une certaine culture parallèle et délicieusement surannée".  HKFF, Goudurix et Oddjob se demandent à quel prix ils pourront la mettre en vente sur ebay. Wally Gator se demande qu'est-ce qui fait qu'il sait qu'il est lui.

HKFF conclue en donnant rendez-vous à tous l'année prochaine.

A vous Cognacq-Jay, à vous les studios.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Zaitchick 07/03/2011 00:35



Je vois qu'on a plein de valeurs en commun.



Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière