Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 11:33
Par Hong Kong Fou-Fou


Cet été, deux de mes cinéastes favoris encore en activité (la plupart ayant déjà été fauchés par la Moissssonneuse de Vie) ont sorti leur nouveau film. Quentin Tarantino et Woody Allen. Le premier parle à mes tripes, le second à mon cerveau. Mais les deux me titillent la glande à plaisir. Et je ne parle pas de la prostate. Allez, une petite chronique-éclair.

Le Tarantino, d'abord. "Inglorious Basterds". Basterds, et pas bastards, pour le prononcer "à l'allemande". Rien que ce détail, c'est du génie à l'état pur. Bon, disons-le tout net : si vous ne loupez jamais sur Arte une seule émission des "Mercredis de l'Histoire", il ne faut surtout pas aller voir ce film. Vous mettez Alain Decaux dans la salle, il arrache son fauteuil de rage, il bouffe son esquimau avec bâtonnet et emballage. Tarantino nous offre sa vision très (trop ?) personnelle de la Seconde Guerre mondiale, avec des Nazis vraiment nazis, des chasseurs de scalps, un colonel SS buveur de lait, une actrice allemande passée à l'ennemi, etc. L'histoire, avec un tout petit "h" , c'est celle de la préparation de deux complots parallèles visant à éliminer le nabot à petite moustache. Tout le monde s'éclate, dans ce film : les acteurs, le réalisateur et les soldats allemands, mais eux, c'est contre la batte de l'Ours juif... Tarantino est arrivé à un stade où il peut tout faire, tout se permettre. Le public adhère, tant mieux, le public boude, tant pis. Que nous réserve pour le futur celui que les Anglais ont classé 100ème dans leur liste des 100 génies encore vivants ? On parle d'un biopic sur Jimi Hendrix, d'une histoire d'agent secret pendant la Deuxième Guerre mondiale, encore (il va pouvoir économiser sur les costumes), de tout un tas d'autres projets plus excitants les uns que les autres. De toute façon, il pourrait faire un remake du "Cuirassé Potemkine", j'irais en courant.

Le Woody Allen, ensuite. "Whatever works". Après son escapade européenne (trois films à Londres, un à Barcelone), le cinéaste qui voit la vie en (név)rose rentre au bercail. Et c'est quand même à New-York qu'il est le meilleur.  Il retrouve ses marques, son style, sa verve. S'il fallait résumer le film en une phrase, ce serait ça : une histoire de cul et de Q.I. En gros, c'est la rencontre entre un physicien aigri et misanthrope et une jeune fille paumée et naïve. Tout un tas de personnages vont se téléscoper. C'est drôle, ça fait réfléchir. Un seul regret, c'est que le réalisateur à lunettes n'ait pas lui-même interprété Boris Yellnikoff, le scientifique déprimé, fataliste et boîteux. D'accord, la doublure qu'il a embauchée est convaincante, mais c'est quand même dommage. Peut-être son psychiatre le lui a-t-il déconseillé ?

En fait, Tarantino et Woody Allen ne se renouvellent pas plus l'un que l'autre. QT se contente de reproduire les films dont il s'est gorgé quand il était jeune et fauché, en ajoutant de la musique de western ; WA parle toujours de la mort, de Dieu, de l'entropie, et de tout un tas d'autres sujets fondamentaux, sur fond de jazz. Dans les deux cas, les dialogues sont truculents et hyper travaillés, les deux films méritent d'être vus une deuxième fois pour en apprécier la richesse. Très peu d'action dans le Tarantino, d'ailleurs. Mises bout à bout, les scènes d'action durent à peine plus longtemps qu'une pub pour Budweiser. Ils pourraient facilement être adaptés au théatre. Pour "Whatever works", c'est évident. Pour "Inglorious Basterds", il faudrait juste brûler le théatre à la fin...

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Cinéma et TV
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière