Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 22:37
Par Hong Kong Fou-Fou
Moi, quand j'entends le mot "poker", j'ai tout un tas d'images qui se bousculent dans la tête. Le Far-West, d'abord, avec des joueurs au visage mal rasé et animé de tics nerveux, tenant d'une main leur cartes, l'autre main s'occupant des tâches subalternes, vider un verre de scotch, prendre une chique, peloter une entraîneuse, éventuellement sortir le lourd Remington de son holster si la partie dégénère. Je revois des scènes du "Kid de Cincinatti" ou de "Maverick", des planches d'un album de Blueberry. Texas hold'em et Texas hold-up. Ou bien je suis transporté dans des arrière-salles de bar où les joueurs portent des chaussures bi-tons, des costumes à rayures tennis, des balafres et des noms improbables (Johnny Gueule d'Ange, Deadly Franky, Wally Gator...). Ambiance à la Chandler. Machine à écrire Underwood et "Chicago typewriter". Je me repasse mentalement la partie de "Arnaques, crimes et botanique", titubant aux côtés du naïf Eddy, sortant KO d'un ring de boxe, non pas parce qu'il y a rencontré le poing d'un monolithe vivant mais parce qu'il s'est fait plumer. Je me téléporte aussi dans un casino de la Riviera, où un agent secret en smoking, les nerfs forgés dans le même acier que sa Rolex Submariner, exerce ses talents de bluff aussi bien contre un adversaire machiavélique que contre l'accorte créature qui l'accompagne.  Martini, roulette et corde à piano. En bref, le poker était jusqu'à présent un jeu propice à enflammer mon imagination. Un jeu où, en matière de paire, il ne fallait pas avoir que celle que l'on posait sur la table !
Aujourd'hui, on joue au poker en ligne. Et, du même coup, en pyjama. Ou en survêtement. Ou en tutu. Ou habillé comme on veut, puisqu'on ne sort plus de chez soi. Pour certains, c'est devenu une activité à temps plein, une véritable addiction. On se lève le matin, on glisse ses pieds dans ses pantoufles, on allume son ordinateur et on peut rejoindre une partie sur l'un des nombreux sites disponibles. Sans même avoir pris sa douche au préalable, sans même s'être brossé les dents. Avant, c'était haleine de bourbon. Aujourd'hui, c'est haleine de bourbier. L'aspect psychologique du jeu a disparu, va-t-en bluffer un pixel, tiens. On peut certainement jouer via une webcam, mais avec la cadence de rafraîchissement de l'image et la résolution faiblardes, pas facile de guetter les réactions de l'adversaire. Pas évident de savoir s'il transpire à grosses gouttes parce que sa clim' est HS ou parce qu'il vient de relancer de 2000 dollars avec seulement une paire de trois dans son jeu.
Bien sûr, et de plus en plus, les meilleurs de ces joueurs sur Internet délaissent leur tapis de souris pour les vrais tapis de table de poker et vont affronter leurs congénères lors de tournois réels qui portent des noms aussi évocateurs que WPT, WSOP ou EPT. Les voilà qui débarquent, la casquette de baseball fièrement vissée sur la tête, à l'effigie de leur équipe (oups pardon, de leur team. Faut sonner américain), le t-shirt constellé d'écussons publicitaires, le gobelet de Coca en carton à portée de la main, isolés du monde extérieur par leurs lunettes de soleil et les écouteurs de leur lecteur MP3 (les geeks ne se mêlent pas aux gens). Ces nouveaux joueurs sont atiffés comme cet as de pique qu'ils aimeraient tant avoir dans leur jeu. Big Mac, dollars et Jordan Air.
Le poker est partout, à la télé, dans les magazines. Comme si Patrick Bruel n'avait pas suffisamment égratigné le mythe... Bientôt dans les Kinder Surprise, on trouvera des jetons de poker. Le jeu de poque, comme on disait en France au 18ème siècle, est devenu un jeu de plouc.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Sports
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière