Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 10:21
Par Hong Kong Fou-Fou

Je pense que nos lecteurs les plus assidus l'ont déjà constaté : j'éprouve un certain mépris teinté de méfiance envers la télévision. Je viens de m'apercevoir que je ne me suis pas encore attaqué à un autre fléau de nos sociétés modernes : le téléphone mobile, ou portable, ou cellulaire. Le téléphone sans fil. Sans fil ? Mon oeil ! Il nous en met un sacré, de fil. A la patte. On ne peut plus lui échapper. Impossible aujourd'hui de déconnecter complètement de son boulot. Votre week-end en amoureux à Rome avec votre femme peut-être gaché à tout moment par un coup de fil de votre secrétaire. Même résultat d'ailleurs si c'est avec votre secrétaire que vous êtes parti et si c'est votre femme qui appelle. Enfin, c'est même pire. Dans le premier cas, vous aurez juste à retourner au bureau boucler un dossier oublié. Dans le second, il vous faudra ramasser vos chemises lacérées et éparpillées sur le trottoir en bas de votre domicile.
Le portable est partout, donc, nous agressant sans cesse avec ses sonneries criardes et ses bips stridents. Vous êtes au musée en train de vous demander pourquoi l'artiste a intitulé une toile représentant un pot de géranium voguant sur l'océan "Verticalité argumentaire extrême" lorsque la voix gueularde de Johnny vous demande d'aller "allumer le feu". Dans le meilleur des cas, votre voisin paniqué mettra cinq secondes à trouver son portable au fond de ses poches. On ne peut pas dire que ça favorise la concentration... Avec le portable, on se trouve embringué de force dans la vie des autres. J'avoue que lorsque je suis tranquillement installé à une terrasse de café, il m'importe peu de savoir que le gros barbu de la table de gauche a plein de champignons entre les orteils. Ou que le Jacky de la table de droite vient de s'acheter chez Norauto quatre jantes chromées qui "déchirent leur race". Ou que la pulpeuse blonde juste derrière a une passion qui frise la nymphomanie pour les grands bruns légèrement dégarnis avec des pattes (Hein ??? Pardon ??? Pouvez répéter, mademoiselle ???).
Les victimes numéro un, ce sont les ados. Ils passent leur temps à tripoter leur téléphone, à changer la sonnerie, à choisir leur fond d'écran, à s'envoyer des SMS, à s'échanger des vidéos ("Ah trop mortel la vieille qui se fait traîner sur cinquante mètres par le scooter !"). L'autre jour, je passais de bonne heure devant un lycée qui venait de se mettre en grève. Il fallait voir la réaction des lycéens en découvrant leur établissement fermé par des barricades. Devant les empilement de poubelles, cagettes et autres carcasses d'AMX Pluton, ils affichaient la même perplexité qu'une poule qui aurait trouvé l'intégrale des émissions de Cauet en DVD. Certains s'avançaient un peu, repartaient en arrière, revenaient, se balançaient d'un pied sur l'autre, se jetaient des regards indécis. Et puis tout d'un coup, illumination : dans un ensemble digne de la natation synchronisée, chacun a sorti son portable et a commencé à pianoter sur les touches, son sourire s'élargissant un peu plus à chaque "kes tu fé", "té ou" ou "lol" envoyé. Ils étaient sauvés, ils avaient retrouvé leurs repères.
Je ne parle même pas des dangers (certains osent encore les qualifier de "présumés") sur la santé liés à une utilisation intensive du portable. Vous vous collez une source d'ondes électromagnétiques contre l'oreille et vous pensez sérieusement que cela est sans conséquences sur votre cerveau ? Demandez au morceau de barbaque que vous avez mis dans le four à microondes ce qu'il en pense, tiens ! Vous connaissez tous, je suppose, l'expérience - très controversée, soyons honnêtes pour une fois - qui consiste à disposer trois téléphones portables autour de quelques grains de maïs et à les faire sonner en même temps. Quasi instantanément, on récupère du popcorn. Ne manque plus que le sucre (ou le sel, au choix du client). Eh bien je vous en propose une autre, d'expérience. Vous prenez une grande casserole remplie d'eau, vous y plongez votre portable, vous le faites sonner, l'eau va se mettre à bouillir. Que dites-vous ? Cela ne fonctionne pas ? Ben oui, je le sais bien. Par contre, je viens de démontrer, avec votre complicité involontaire, que les ondes électromagnétiques, ça rend con !
Je ne nie pas l'utilité de ces appareils dans certaines situations. Si, par une froide nuit de décembre, je me retrouve à me balader, ivre mort et seulement vêtu de mon caleçon "Chuck Norris", sur les pentes du Mont-Blanc, et que soudain je dévisse, je reconnais que, du fond de ma crevasse, je serai bien content de voir une ou deux barres de réseau s'afficher sur l'écran (enfin, le double, si je suis ivre mort...). Ou pire : ma chère et tendre m'envoie au supermarché acheter une boîte de haricots verts. Errant dans le rayon "Légumes en conserves", aussi hébété que les lycéens sus-mentionnés, je ne me rappelle plus si elle veut des "extra fins" ou des "méga fins". Un simple appel avec mon portable me permet d'éviter une scène de ménage à mon retour à la maison. Mais, outre ces situations extrêmes et, avouons-le, légèrement tirées par les cheveux, le portable, c'est du superflu que l'on a érigé au rang d'indispensable. Comme l'a dit le sociologue Jean-Louis Zitoun dans son livre "Crimes, arnaques et anthropologie" : "Le téléphone portable est à l'homme moderne ce que le fromage à tartiner est au varan de Komodo". Hein, alors, on fait moins les malins !...
Allez, faites-moi plaisir, entrez en résistance ! Si chacun d'entre vous envoie à tout son répertoire un texto appelant au boycott du portable, en quelques semaines, ce sont des millions de messages qui vont être échangés. Les opérateurs de téléphonie mobile vont devoir ajouter des antennes-relais pour transmettre les messages destinés à les éradiquer. C'est beau, le progrès !...
Et n'oubliez pas, le monsieur ci-dessous a raison : vous n'êtes pas un numéro, surtout à dix chiffres !


Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Paul Reynolds 11/07/2008 22:49

Brillant billet d'humeur.Brillant comme la tenue et la teneur de ce blog, me permettrais-je d'ajouter.

Hong Kong Fou-Fou 01/08/2008 18:26


Ce commentaire venant de l'un des Lords of Blenheim est apprécié à sa juste valeur ! Merci mon cher !


fraize-delicieuse 10/07/2008 15:07

coucou !Je suis juste de passage sur ton blog pour te souhaiter la bienvenue sur boosterblog^^ pour que tu débutes bien dans les stats je te mets +5Moi je rends les +5 que l'ont me met tous les soirs ! Et exceptionellement je rends les com's x3 (à partir de 10 com's chez moi) jusqu'à demain soir minuit alors c'est le moment d'en profiter !Fraize-delicieuse.boosterblog.com(blog de montages de stars, fashion, bébés, ascii, poèmes, sondages et citations)

Jean-Marc 10/07/2008 08:51

Fantastique !

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière