Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créé en mars 2007

computer

Fury Magazine, toujours à la pointe de l'actualité d'il y a cinquante ans en arrière.

Nos garanties :

- Tous nos articles sont écrits sur des ordinateurs à fiches perforées gros comme une camionnette.

- Nos rédacteurs ne communiquent entre eux que par téléphone filaire.

- L'un d'eux est né avant 1960.


"Nous sommes l'avant-garde du passé."

Modern life is rubbish...

periscope.jpg
... quoique...
Par Oddjob
  

"Dans des aventures sensationnelles, inédites… Spirou présente… Un type extraordinaire les amis ! Jean VALHARDI ! Un gaillard plein d’allant et de courage que vous aimerez. Comme vous aimez les héros de Spirou…"

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ! Précipitez-vous chez votre libraire favori et plongez-vous dans les aventures de VALHARDI, le célèbre détective dont la poignée de main, franche et ferme, était le signe de reconnaissance des membres du Club des Amis de Spirou. Eh oui, les belles éditions DUPUIS, nous proposent, enfin, une magnifique intégrale digne de ce nom, avec un premier tome regroupant les années 1941 à 1946, avec Doisy au scénario et surtout Jijé au dessin. Alors mieux qu’une distribution de cartes de rationnement gratuites… lisez les enquêtes de VALHARDI !

Vous En Voulez Encore ?

Trop chauve pour être une rock star, trop asthmatique pour être footballeur, pas assez alcoolique pour être écrivain, trop Français pour être Anglais, pas assez suicidaire pour être artiste, trop intelligent pour la télé-réalité. Il ne me restait pas grand' chose, et ce pas grand' chose, c'est devenu Fury Magazine. Hong Kong Fou-Fou


Rédaction :
wally gator logo Wally Gator : rugby de village, communion solennelle et charcuterie.
Eleve-Moinet-2.jpg  Elève Moinet : permis B, Première étoile, BEPC (mention Assez bien)
oddjob logo 2 Oddjob : KPM, RKO et Kop Boulogne.
barbidule-logo.jpg Barbidule : contradictions, bals de village et coloriage.
Getcarter logo Getcarter : mod, mod, mod.
hkff logo Hong Kong Fou-Fou : soins capillaires, huile de moteur et kilomètre arrêté.

N'hésitez pas à nous écrire : fury.mag@gmail.com (Pas de compliments, nous sommes modestes. Pas de critiques, nous sommes susceptibles. Pas d'insultes, nous sommes hyper baraqués. Pas de propositions à caractère sexuel, nous sommes fidèles.)
Vous pouvez également devenir fan de Fury Magazine sur Facebook (ici : Fury Magazine sur Facebook).
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 21:57
Par Hong Kong Fou-Fou

Les Hushpuppies sortent leur nouvel album le 5 novembre, intitulé "Silence is golden". A l'écoute de la musique de ces dandies électriques, force est de constater qu'il n'y a pas que le silence qui soit d'or...

Ma rencontre avec les Hushpuppies date d'une bonne quinzaine d'années, alors qu'ils s'appelaient encore les Likyds et qu'ils n'étaient pas encore "montés à la capitale". A l'époque, mes copains et moi, nous ne nous appelions plus "Ska Gang 66" ni "Ram Jam Club" mais nous avions toujours le poil ras, un blouson matelassé kaki et des chaussures orthopédiques aux pieds. Une soirée avait lieu dans la salle des fêtes de je ne sais plus quel village des alentours de Perpignan, les organisateurs ne voulaient pas nous laisser rentrer, il avait fallu négocier sec, promettre d'être sages, bla bla bla... Les préjugés sont tenaces... Bref, juste avant qu'un DJ insipide dont la discothèque contenait autant de disques qu'il y a de livres dans la bibliothèque d'un joueur de foot nous impose ses goûts musicaux douteux, les Lykids ont donné l'un de leurs premiers concerts. Je me souviens bien de l'évènement pour deux raisons : j'avais été immédiatement séduit par le talent, la fraîcheur et la motivation de ces apprentis-mods et, surtout, la soirée s'était mal terminée, certains jeunes villageois aux idées aussi étroites qu'un sillon de charrue ayant décidé qu'il fallait se payer "ces pédés en chemises à jabot" qu'étaient à leurs yeux les Lykids. Nous, on était plutôt chemises à carreaux mais on s'était immédiatement rangés du côté de ces gamins de seize ans légèrement débordés. Les souvenirs sont flous, je me souviens juste d'un patron de bar qui sortait facilement un fusil de dessous son comptoir et du boucher du village, tiré du lit à quatre heures du matin pour défendre son petit frère contre les méchants de la ville. Le petit frère en question étant soit dit en passant l'un des crétins qui avaient hurlé avec les loups en réclamant la peau des membres du groupe... Bref, fermons le carton à souvenirs, depuis cette première rencontre, la vieille génération des mods et skins perpignanais s'est prise d'affection pour ces gamins, qu'on voyait sans doute comme notre relève (en fait de relève, on est toujours là, même si les cheveux se font rares et si les bedaines enflent...). Les Lykids ont écumé les bars de la région pendant quelques années, et puis chacun a suivi son chemin, certains se retrouvant bien loin de Perpignan, ce qui a entraîné bien sûr la fin du groupe. Et puis les hasards de la vie ont fait que la bande de copains s'est retrouvée à Paris, à l'exception du bassiste. Il n'a pas fallu longtemps pour que l'envie de faire du bruit les reprenne, les Hushpuppies étaient nés. On ne va pas retracer dans le détail l'histoire du groupe. Deux EP en 2004, la sortie du premier album, "The Trap", sur le label indépendant Diamondtraxx en 2005. Plus de 20000 exemplaires vendus, une tournée d'une centaine de dates, le fond sonore des pubs Mennen et Toyota. C'est la gloire en France, les jeunes aiment encore les groupes à guitares, ouf ! Même Philippe Manoeuvre (oui, oui, l'enfant du rock un peu décati) ne jure que par eux et leur fait régulièrement les honneurs des pages de "Rock & Folk".

Avec "Silence is golden", le groupe franchit haut la main l'écueil du deuxième album. Celui-ci est aussi bien que le premier, avec un bon gros son bien dense, des morceaux qui donnent envie de taper du pied et des refrains que l'on reprend en coeur dès la deuxième écoute. Les Hushpuppies ne délaissent pas leurs influences sixties mais ils ont su évoluer et moderniser leur musique, contrairement à tant d'autres qui ne cherchent qu'à imiter les Who ou les Small Faces. Mais c'est en concert que le groupe donne vraiment le meilleur de lui-même. Une énergie incroyable, un public prépubère (cool, les kids sont toujours alright et ne sont pas tous tombés dans le brouet Tektonik !...). Bon, j'ai un peu de mal avec le slam... Le choc des générations, sans doute...

La plus grande qualité du groupe reste la simplicité. Alors que certains adoptent des attitudes de petites frappes orgueilleuses avant même d'avoir fait leurs preuves et trouvé le succès, eux ont su conserver leur naturel et leur spontanéité. Dans leurs interviews, ils ne laissent pas passer une occasion de rappeler leurs origines perpignanaises ou de rendre hommage à des groupes locaux qui sont leurs aînés, comme les Feedback ou les Ugly Things. Ah, une dernière chose, pour la petite histoire, le nom du groupe vient de Hush Puppies, une marque de chaussures très prisée dans les années 60-70...

Partager cet article

Repost 0
Published by Hong Kong Fou-Fou - dans Musique
commenter cet article

commentaires

Merci de faire de la pub pour notre magazine en insérant sur votre site la bannière ci-dessous. Dès que nous aurons des locaux suffisamment vastes, nous érigerons votre statue équestre grandeur nature, en marbre et porphyre, dans le hall d'entrée, en signe de reconnaissance indéfectible.

banniere.jpg

Code de la bannière :
<a href="http://www.furymagazine.fr" title="Fury Magazine">
<img src="http://img181.imageshack.us/img181/3842/bannierebp8.jpg
" height="60" width="468" border="0"></a>

Domination mondiale

Vous êtes fiers de lire Fury Magazine et vous voulez le montrer ? Cliquez sur Bruce Lee ci-dessous pour devenir notre faux ami sur Facebook et rendre ainsi vos autres faux amis fous de jalousie !


 

Et maintenant Fury Magazine est aussi sur Twitter. Ah ben v'la aut' chose, tiens...

 

Retrouvez les palpitantes aventures de Hong Kong Fou-Fou sur Action/Réaction et sur Instagram :


Instagram  ar bannière